Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

29ème O’Bivwak : Succès complet !

Affluence, grand soleil, nature verdoyante, paysages magnifiques, parcours exigeants, il n’a visiblement rien manqué à cette nouvelle édition du célèbre raid d’orientation qui pose chaque année ses valises dans un coin différent de la région Rhône Alpes. 

Les passionnés s’en souviennent, la météo avait été un élément difficile en 2009 du côté de St Cirgues en Montagne. Magnanimes, Eole et Zeus avaient décidé cette année d’offrir aux 2000 participants toutes les palettes de couleurs que le plateau du Vercors sait offrir quand le soleil monopolise l’azur. Le peloton joyeux et fringuant avait dès lors le pied léger samedi au sortir de La Chapelle. Mais l’ascension vers Carri avant la prise des coordonnées de postes fit taire les beaux parleurs. Certains commençaient déjà à remettre fortement en cause la dénomination de « plateau ». Au terme de quelques paires d’heures c’est la pelouse de Darbounouze qui accueillait la troupe à quelques encablures de Chaud Clapier. Entre temps, tous avaient jonglé avec plus ou moins de brio avec la boussole, la carte, le carré de report et le stylo, seules armes disponibles pour déjouer les pièges de la forêt vertacomicorienne. Taquin, le massif leur offrit quand même une petite nuit très alpine. Ce n’est donc pas la rosée qui recouvrit les tentes, mais le givre ; les poils de certaines moustaches aussi paraît-il ? Juste retour des choses, ce sont les plus aguerris, ceux qui courent le podium,  ceux qui allègent au maximum le paquetage qui sentirent le mieux les 2 petites degrés du matin. Petit matin ? Façon de parler : 5h du mat. Réveil au clairon, 6h départ, pas le temps de se refroidir que le soleil baigne déjà le plateau des Gagères. Encore un qui porte difficilement son nom. « C’est tout troué » diront certains, « Faut encore descendre !? » diront d’autres. C’est que le traceur est coquin et la balise tant convoitée est souvent au fond du scialet. Oui mais lequel ? Il en sort de partout des bipèdes le nez collé sur leur carte ! Quand l’arrivée approche, c’est le Cid que l’on rejoue. La caravane se gonfle progressivement de coureurs venus de toutes les directions, de retour des 8 quêtes proposées aux courageux. Certains ont tout juste une dizaine d’années et emboîtent le pas d’un paternel protecteur, d’autres pourraient être leur grand père et tiennent plus à leurs lunettes qu’à leur boussole.

Cités parmi les grands favoris, Yann Locatelli et Philippe Benacek, tous deux de l’Ecole Militaire de Haute Montagne de Chamonix gardent 10 minutes d’avance sur leurs poursuivants, pour conquérir de nouveaux lauriers sur O’Bivwak, tout comme Nathalie et Christine Grosjean en féminines ou Johann Thomas et la régionale Laëtitia Tardy en mixtes.

Avec eux, tous franchissent la ligne le sourire aux lèvres. Après la douche et le repas, va pouvoir commencer la 3° mi-temps de l’orienteur : le « retour sur carte ». Refaire son chemin, comparer avec les copains, analyser ses erreurs, de quoi en parler pendant une année entière, juste pour être au top l’année prochaine, ?.du côté du Pilat cette fois-ci et au mois de juin.

Ils ont dit :

Yannick Gagneret et David Audisio (O’Jura : 3°, du parcours B)

On a eu de superbes conditions. Certes la nuit a été fraîche, et musicale (un hibou nous a bien bercé) mais on s’est bien tirés la bourre avec les copains du club pour le podium. C’était plus facile aujourd’hui (dimanche) parce que le profil était plutôt descendant, mais on s’en est bien sortis. C’est mon 7° O’Bivwak et c’est un régal.

Sandrime Delorme et Marianne Chopard (Vainqueurs du parcours E)

C’est notre premier raid d’orientation et notre première C.O., tout bonnement. On est plutôt ski alpinisme, escalade, mais là on avait un circuit assez facile au niveau orientation, et un peu long en distance, donc parfait pour nous. Courir avec un sac bien chargé fut un peu surprenant, mais on a pris beaucoup de plaisir dans ces paysages.

Sylvain et Sébastien Camus (Valbonne Sophia Antipolis : 10° du parcours A)

On n’est pas des pratiquants réguliers de C.O. pure, on a perdu pas mal de temps sur les reports de postes et surtout sur la première balise hier. La semaine dernière, on était au Merrell Oxygen Challenge dans le cantal, ça a laissé des traces dans les jambes. En tout cas, je pensais que la photo de l’affiche officielle de l’événement avait été retouchée, mais on a vraiment eu droit à ces paysages magnifiques. Ces pelouses, ces dépressions vertigineuses, on avait jamais couru dans ce type de paysages.

Maiken, Per, Stinna et Synnove Sandberg (Norvège : engagés sur le parcours H)

On cherchait un événement d’orientation sur internet pour ce week-end quand on a trouvé O’Bivwak. On réside à Genève, le trajet n’était pas trop long, alors on a signé. Il existe beaucoup de courses d’orientation en Norvège, mais pas avec autant de parcours, et autant de monde, des familles, des élites,?On va réfléchir mais on reviendra peut-être l’an prochain. Par contre, on aimerait bien voir la maison de Raphaël Poirée, savez-vous où elle se trouve ?

Reportage dans Endurance #82