Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Abu Dhabi Challenge – Les grains de sable s’en mêlent…

Au programme aujourd’hui, deux sections VTT représentant au total 86 kilomètres. Des conditions dantesques, avec un vent de face et du sable à foison…

Le vent de la nuit n’avait pas cessé ce matin pour le départ de la première section VTT du jour (33km), reliant le bivouac d’Hameem au majestueux hôtel de Qsar Al Sarab érigé en plein désert. Le vent violent a soufflé d’abord de côté sur la première partie du parcours provoquant rapidement des cassures très tôt dans le peloton. Ce qui n’a pas empêché les leaders de QASR AL SARAB (NZL) de s’échapper peu après le départ. A leur suite, un premier peloton d’une petite dizaine d’unités se formait. On y retrouvait notamment VIBRAM SPORT 2000 (FRA), ADCO (NZ), ADSC/WILSA (FRA), LUNDHAGS (SWE), SALOMON CRESTED BUTTE (USA), tous en lutte pour les 5 premières places du général.

VIBRAM SPORT 2000 (FRA) parvenait à son tour à fausser compagnie à ce petit peloton. Equipé de roues de cyclo-cross pour permettre un meilleur rendement sur les routes mi-bitumées, mi-sablonneuses, les Français prenaient environ 2 minutes sur le peloton. "Notre objectif était de reprendre du temps à ADCO, et les faire travailler un maximum pour les fatiguer" expliquait Jacky Boisset, le capitaine. "Mais la tâche fut compliquée, on a eu le vent de face quasi tout le long".

De son côté, ADCO (NZ) redoutait la section suivante, conscient de la supériorité affichée par VIBRAM SPORT 2000. "Ils ont l’air plus frais que nous, et on va chercher à limiter la  casse sur la section suivante" expliquait Stuart Lynch, qui regrettait aussi de ne pas avoir reçu d’aide dans le peloton pour limiter l’écart avec VIBRAM SPORT 2000.

Après une courte pause rafraîchissement à l’hôtel Qasr Al Sarab, les concurrents reprenaient la piste pour une seconde section VTT longue de 53km, jusqu’à Umm Zamul. C’est sous une mini tempête de sable que le peloton s’est élancé de l’hôtel Qasr Al Sarab, aux alentours de 10h30.

Le vent violent a eu pour conséquence de ramener sur la piste déjà sablonneuse quantité de sable des dunes avoisinantes, et de proposer un terrain très meuble et mouvant par endroits. Ajoutez à cela un vent de face quasi permanent, et vous avez là les ingrédients d’une étape dantesque.

Après une petite dizaine de kilomètres, un petit attroupement en bord de piste signalait la crevaison des leaders de QASR AL SARAB (NZL). Devant, leurs adversaires ne les avaient évidemment pas attendus, et les Néo-Zélandais perdaient une dizaine de minutes dans l’affaire. " A ce moment, le doute s’est immiscé en nous, on a craint le scénario catastrophe "notait le vétéran kiwi Nathan Fa’avae. C’était sans compter sur leur volonté féroce de remporter un troisième succès de rang ici, et le quatuor NZ revenait assez vite en tête de course, où un trio se formait, avec ADCO (NZL) et les Allemands de DEPARTMENT OF MUNICIPAL AFFAIRS  (D.O.M.A). Ils disposaient de deux minutes d’avance sur VIBRAM SPORT 2000, ADSC WILSA (FRA), LUNDHAGS ADVENTURE (SWE) ET SALOMON CRESTED BUTTE (USA) après la terrible montée du 32e km. Une portion où les concurrents osaient pied à terre et poussaient leur vélo dans un sable profond et mou.

Mais le trio de tête ne s’entend guère, ce qui permet un regroupement de sept équipes en tête de course, avant que les Allemands de D.O.M.A ne prennent la poudre d’escampette. "On a regardé autour de nous, et on voyait que tout le monde peinait " expliquait Marc Pschebizin à l’arrivée. "Je pense que nos adversaires avaient leurs pneus trop gonflés. Nous, on avait gonflé à seulement 1,5 bar, car on savait par expérience qu’il fallait gonfler très peu dans ce sable".

Les Germaniques filaient ainsi vers une somptueuse victoire d’étape, fêtée dans les cris de joie et les embrassades à l’arrivée par les quatre équipiers au visage "repeint" par un épais masque de poussière.

En 3h27, les Allemands réalisaient le temps scratch, en une heure de plus que les prévisions les plus optimistes, signe de la difficulté de l’étape du jour. A une minute environ, pointait QASR AL SARAB (NZL), puis SALOMON CRESTED BUTTE (USA) à 2 minutes. "On a été assez prudent au début car je me souvenais de ce tracé emprunté en 2007" explique Eric Sullivan. "Après cette gestion du début de parcours, on a mis la gomme progressivement".

ADCO (NZL), menacé par VIBRAM SPORT 2000 (FRA), aura en réalité conforté sa 2e place au général, en terminant 3e de cette section, et en prenant plus d’un quart d’heure aux Français, passés à côté de cette section. "On a été nuls, il n’y a rien d’autre à ajouter" lancera Sylvain Montagny à l’arrivée, terriblement déçu. Les Français sauvent néanmoins leur 3e place provisoire au général, et conservent plus de vingt minutes d’avance sur LUNDHAGS ADVENTURE (SWE), 4e du général.

ADSC WILSA (FRA) aura dû faire face pour sa part à une hypoglycémie de Luc Béguin. "C’était une section très physique" raconte Karine Baillet. "Luc a eu un gros coup de pompe, on a tout fait pour l’aider, on s’est partagé la nourriture, l’eau, on a ralenti un peu, et on a même manqué d’eau sur la fin du parcours" poursuit la capitaine, dont l’équipe perd une place au général, passant de la 5e à la 6e place.

Demain, le suspense promet d’être entier notamment pour l’accession au podium. AU programme, des ateliers de cordes et un trail dans le massif du Djeel Hafeet (20,4km, avant une ultime section VTT en direction d’AL Ain (25km), et un sprint à pied au coeur de la palmeraie de la cité royale (2,4km) menant à l’ultime ligne d’arrivée de cette semaine de course, près du Fort Al Jaili.

Classements complets sur www.abudhabi-adventure.com