Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Challenge National des Raids – Les « Drôles de dames » de 400 team

Souvent recrutées par les garçons à la recherche de la perle rare pour leurs équipes mixtes, les équipes 100% Filles ne sont pas toujours très nombreuses sur les raids.  Mais elles sont à l’honneur sur le Challenge National des Raids avec un classement spécifique. Avec deux victoires sur deux courses, les filles de 400 team porteront le maillot jaune de leader lors de la prochaine finale nationale en 2012. Entretien avec deux de celles qu’on aurait pu nommées  la « Karine Team »  Karine Ouvrard et Karine Brochier (auxquelles il faut ajouter Karine Dizgrana)
Quelle est votre première impression à la lecture de ce classement ?
Karine Ouvrard : Nous sommes bien étonnées d’une telle place car de mon côté, c’était ma première saison de raids multisports et  nous ne faisions pas "la chasse" au classement même si nous avions connaissance du challenge.  Bon, en même temps nous sommes la seule équipe de filles à avoir fait deux manches donc forcément on marque plus de points …
Karine Brochier : On est très fières d’être en tête du classement, deux étapes oui, mais deux victoires.

Vous ne vous y attendiez pas trop alors ?
Karine Ouvrard :  Non, surtout au RBMA pour mon premier raid long où toutes les meilleures équipes du Sud Est étaient présentes. Mes coéquipières sont plus aguerries. Karine Brochier et Karine Dizgrana ont été au top au raid des Dentelles  avec une 55ème place / 102 au scratch. Compte tenu du niveau c’était une super belle perf.
Karine Brochier : On fait avant tout des raids pour se faire plaisir, entre copines, c’est ça le plus important pour nous. Deux de nos courses seulement faisaient partie du Challenge National des raids: le RBMA, raid qui nous faisait envie de part sa technicité en orientation, son côté stratégique, et son côté hivernal nouveau pour nous. Et le raid des dentelles qui est devenu un incontournable dans notre calendrier.

Alors, c’est mérité ?

Karine Ouvrard :  Ben oui… nous avons serré les dents et appuyé sur les pédales…
Karine Brochier : Oui, on n’a pas volé notre place. On est toutes les trois, mine de rien, très compétitrices, et en général quand on arrive sur un raid, c’est pour faire du mieux possible en filles, mais aussi au niveau du classement scratch. Bien sûr, on s’en sort toujours mieux quand il y a beaucoup d’orientation, et que ça ne se joue pas que sur le physique. D’ailleurs, si cela pouvait développer la participation des filles et des équipes 100% féminines, ce serait un vrai plus. Sur certains raids, on ne parle que des classements masculins et mixtes…

Considérez-vous ce classement comme un vrai plus pour votre équipe, notamment vis à vis de vos partenaires ?  
Karine Ouvrard : Disons que maintenant 400 team a aussi des filles.  Concernant les partenaires ce sont plus les garçons qui sont concernés.
Karine Brochier : Oui, nous, nous n’avons aucun partenaire. C’est pour cela qu’on ne peut pas multiplier notre nombre de participation à des raids, ni participer à des raids trop chers ou trop éloignés de chez nous. Mais si vous avez des bons plans, n’hésitez pas à nous en faire part.

Serez-vous présents au "Raid des Dentelles" 2012 (la finale), avec quels objectifs ? Et dans la mesure où 400 Team est l’organisateur principal aurez vous la possibilité matérielle et "temporelle" de courir quand même ?
Karine Brochier :  En fait, Kanouche seulement (Karine Ouvrard) fait partie des 400 teams, elle sera donc tenue éloignée de toute la préparation de cette épreuve. Nous, en habitant à Annecy, on la rejoindra la veille du jour J. On espère bien sûr être présentes, en baver, se faire plaisir et donner le meilleur de nous-mêmes, comme d’habitude.
Karine Ouvrard : Oui en théorie cela aurait peut être été possible car je ne m’occupe que des inscriptions et du site internet.  Je suis rarement au courant des tracés et ne participe pas aux reconnaissances. Cela aurait été un beau challenge me concernant, cependant mes coéquipières risquant d’être indisponibles car M’dame Dizgrana attend un heureux événement pour janvier et M’Dame Brochier oublie de vous dire qu’elle s’est fracturée et luxée la cheville… Bilan 3 mois d’arrêt mini.  Il est trop tôt pour dire si nous serons en course. Mais bon il y aura surement beaucoup à faire ce week-end là côté organisation.
Vous porteriez un chasuble distinctif lors de cette finale, vous attendez vous à une pression supplémentaire ?
Karine Brochier : C’est sûr que cela fait une pression supplémentaire, mais "c’est ça qui est bon", surtout s’il y a, je ne sais pas, au moins 5 ou 6 équipes féminines d’engagées !

Recueilli par Luc Micoud