Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Raid des Châteaux

L’épreuve d’Azay-le-Rideau (37) est sans doute la plus belle, mais aussi la plus dure du département d’Indre-et-Loire. La quatrième édition n’a pas dérogé à la règle.
Il est 8 h 30, samedi matin. Les organisateurs donnent les derniers conseils aux 190 équipes de ce quatrième raid des Châteaux. L’affluence est record. Difficile même d’accueillir plus de participants sans que cela pose des problèmes au niveau logistique.
9 h. Les 80 équipes s’aventurant sur le grand tracé (90 km) prennent la direction d’une base militaire non loin de la cité ridelloise. Un parcours en VTT les attend. Problème : ce terrain est prévu pour des chars. Sensations garanties.
9 h 30. Le reste des équipes, moins présomptueux, s’attaque au tracé Découverte, 45 km tout de même. Chacun prend place dans un TER, direction Chinon. « C’est du tourisme en fait ! », lance un concurrent venu de la région parisienne. Patience, la course d’orientation qui arrive va le ramener aux réalités. Elle se déroule en pleine ville et s’avère très physique. Les plaisirs locaux ne sont pas conseillés.

Le sourire reste de mise

Puis le canoë prend le relais. Les courageux du grand raid arrivent déjà, alors que les premiers se dirigent vers Saint-Benoît-la-Forêt. Au programme, lance-pierres, tir à la sarbacane et tyrolienne. On souffle.
13 h 00. Les équipes de tête pensent que le plus dur est fait. Erreur ! La dernière « CO » en forêt s’avère des plus piégeuses. Elle fait la différence et creuse les écarts.
15 h 30. Les deux compères de Tours’N Aventure 1 franchissent le pont de palettes, synonyme d’arrivée. Premières impressions : « Le parcours est super, très varié comme d’habitude », glissent essoufflés les lauréats. Les équipes en terminent au compte-gouttes. 19 h 30. Fatigués, éreintés parfois, les derniers participants gardent pourtant le sourire. Étonnant ! Eddy Boucher, Jean-Paul Lelann et toute leur équipe sont comblés. Enfin presque, il y a une prochaine édition à préparer…