Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Raid Edhec – Le 1er raid long de Jérémy Pouge

La 20ème édition du raid Edhec vient de se terminer avec une arrivée ensoleillée sur la légendaire promenade des Anglais. Les visages fatigués, cernés mais heureux des raiders prouve une fois encore que ce raid par étape est exigeant pour les organismes mais aussi une belle réussite. Derrière la victorieuse équipe masculine LAFUMA et le team PASSION RAID NANTES – MX3, nous retrouvons la 1ère équipe Mixte, le team X-Bionic, chère au raid Edhec puisque avant, seules les équipes mixtes participaient à l’épreuve. Au sein du team, nous retrouvons l’ex-champion du monde d’aviron Jérémy Pouge, reconverti avec succès sur les trails courts qui participait à son 1er raid long. Il revient sur son aventure : 276km, 11 800 m de D+.

Jérémy, le Raid Edhec est ton 1er raid long, comment as-tu été embarqué dans cette aventure ?

Lorsque que j’ai intégré le Team X-Bionic, mes objectifs se sont orientés Trails tout en souhaitant découvrir d’autres disciplines comme le raid et partager de nouvelles expériences avec les autres sportifs de l’équipe. Laurent, le team manager, m’a proposé ce raid et j’ai accepté.

Que peux-tu nous dire sur ce Raid Edhec ?

Je ne peux comparer avec d’autres raids puisque c’était mon premier. L’organisation mise en place par les étudiants de l’EDHEC est vraiment énorme et ils ont assuré un déroulement de l’épreuve sans réelle fausse note. Sinon ce fut 5 étapes toutes aussi longues et difficiles dans un cadre magnifique avec des points de vue splendides ponctués d’épreuves atypiques pour moi (via ferrata, canyoning, rafting, kayak de mer).
 
As-tu été surpris par ce type d’épreuve ?

Le déroulement ne m’a pas particulièrement surpris, par contre j’ai vraiment dû être attentif aux consignes de mes coéquipiers en terme d’organisation et de timing ; comme par exemple : préparation du sac d’avant course avec juste ce qu’il faut, les transitions, la gestion du temps en bivouac, les décisions prise en course sur les balises optionnelles. Ce fut autant de situations différentes auxquelles je n’étais pas préparées. Et là Ofé, Juju et Lolo ont assuré et je leur dis un grand merci !

Quelle a été l’ambiance dans ton équipe ?

Avec Ju, notre orienteur de folie qui nous a fait « bartasser » juste ce qu’il faut, Lolo, l’homme d’expérience qui m’a beaucoup soutenu et Ofé, la battante version Gold, une ambiance au TOP ! Il me semble que chacun a trouvé sa place pendant ces 4 jours et c’était très agréable, sans trop de prise de tête.

2013-05-30 09.59.35

Vois-tu des différences entre un bateau d’aviron à 4 rameurs et une équipe de raid ?

Je vais la faire à l’envers et plutôt essayer de donner des analogies : donner le meilleur de soin même au sein d’un équipage, pour un team et des partenaires ; s’adapter aux différentes conditions ; pouvoir communiquer et échanger avec les 3 autres dans les bons comme dans les mauvais moments (enfin, je vous rassure sur une course d’aviron, on ne peut pas trop communiquer vue l’intensité de l’effort!) ; et bien entendu passer la ligne d’arrivée tous ensemble (petite dédicace à Juju : pas comme en aviron où le premier passe en dernier…).

Quel rôle devais-tu jouer au sein du team ?

Encore une analogie avec le bateau de 4 en aviron, j’essayais d’être moteur en milieu d’étapes pour essayer de garder un rythme régulier en utilisant au mieux mon endurance générale ; les débuts et les fins d’étapes n’étant pas toujours faciles (à 5h30 du matin sur un VTT ou à 7h dans un kayak, çà pique un peu !).

Tes meilleurs moments ?

Les arrivées aux sommets, les points de vus à 360°, la via ferrata, les fous-rires avec la fatigue et la promenade des anglais.

Tes pires ?

Une coupe en VTT vraiment hard, les descentes en VTT trop technique où j’ai subi, une sale tendinite aux releveurs du pied gauche.