Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

RAID IN FRANCE – ARRIVEE – SEAGATE tient sa revanche

Déçu par sa 3e place l’an dernier en Tasmanie suite à une pénalité de 4 heures, SEAGATE (NZ) a rectifié le tir cette année en dominant les Championnats du monde 2012, après 125h40 de progression. La dernière nuit de course fut néanmoins pénible pour les Kiwis, suite à la méforme de Nathan Faa’ve sur la section pédestre du Mont Des Merveilles. Le quatuor néo-zélandais a néanmoins su gérer son avance accumulée les premiers jours de course pour terminer en vainqueur un peu avant midi, sur la plage de Carnoles, à Roquebrune Cap Martin. Le dernier parcours VTT de la course ne fut pas une partie de plaisir pour SEAGATE, qui mettra 10 heures à boucler cette section, largement descendantes, mais présentant néanmoins quelques bonnes ascensions sur des chemins caillouteux, et sous un soleil de plomb. La délivrance se faisait au terme de 5 derniers kilomètres en kayak, qui contournait le Cap Martin.
A l’arrivée, Nathan Faave, le capitaine maori, a effectué une tentative d’abordage sur la bateau de ses équipiers, les projetant à la mer, pour fêter cette victoire tant attendue. Seule Sophie Hart résistait à l’assaut de ses équipiers. Le trio masculin rejoignait alors la plage à la nage. Puis ce fut l’ouverture de la bouteille de champagne offerte par le directeur de course Pascal Bahuaud. "On savait que la confrontation serait sévère, notamment avec les équipes suédoises et françaises. Mais si donnait le meilleur, on savait qu’on pourrait gagner" dira Nathan.
"C’est un super moment que de devenir champion du monde et d’atteindre notre but. Cela fut une course fantastique, un vrai Championnat du monde, avec des sections incroyables. Certaines, on n’aurait vraiment pas envie de les refaire, d’ailleurs…Je suis quand même kayakiste à la base, donc j’ai adoré les sections nautiques, mais certaines sections de trek et de VTT étaient fantastiques" poursuivait le capitaine.
Nathan et Trevor auront souffert de l’altitude, surtout en fin de course, mais auront su gérer tant bien que mal les hauts et les bas que ce genre de course impose. Chris Forne, lui s’étonnait de voir à quel point ses équipiers avaient été perturbés par l’altitude. "Ils ont vraiment été malades" dira celui qui décroche là son 2e titre mondial. "Ca fait du bien de retrouver le haut de la "boîte" après 5 ans à faire des 2e ou 3e places…" dira l’orienteur en chef, qui aura su prendre le relais de Faa’ve lorsque celui-ci perdait de son leadership. Sophie Hart, elle, félicitait Pascal Bahuaud d’avoir tracé un tel parcours. " Souvent, on a été aux limites de nos capacités. On est allés chercher loin dans nos ressources et dans notre solidarité pour parvenir à nos fins, tout en tentant de rester décontractés et concentrés pour se montrer efficaces".
Champions du monde en titre, THULE (SWE) aura tout fait pour conserver son titre, notamment Jacky Boisset et Myriam Guillot, particulièrement motivés sur leurs terres. Malheureusement, les Franco-Suédois n’auront pas tous été au diapason, ni au même niveau de lucidité et d’abnégation dans leur effort, pour espérer coller aux basques des Néo-Z. "Il restera un peu d’amertume. On était en France, tenant du titre, on aurait voulu conserver notre couronne. Cela restera tout de même l’une des meilleurs course que l’on aura faites" dira Jacky Boisset. "Le dernier VTT m’a surpris. Je pensais qu’on ferait un parcours tranquille, en fait il y avait de sacrées montées harassantes" poursuivait le Français, qui connaissait pourtant parfaitement le terrain final, pour s’être longtemps entraîné par le passé dans la vallée de Roya notamment. "Il y avait de vraies disciplines, où l’on pouvait s’exprimer totalement, le tout sous une semaine de soleil. Merci et bravo à Pascal d’avoir tracé ce parcours. Si on avait fini premier, Cela aurait été la meilleure course de ma vie", concluait Jacky. le quatuor va s’offrir une petite semaine de récup’, avant d’enchaîner pour une course par étapes en Chine. 
Vice-champion du monde l’an dernier, SILVA (SWE) complète le triomphe scandinave, avec une 3e place obtenue de longue haleine. Bloqués par la dark zone dès la première section nautique sur la Durance, les Suédois auront rattrapé près de six heures de retard pour recoller au peloton de tête et monter sur la dernière marche du podium.
Quechua (FRA), qui aura réalisé une fin de course magnifique, sera une nouvelle fois accablé par le sort, Franck Gorry chutant sur la dernière section VTT, devant être évacué sur l’hôpital de Nice.
RAIDLIGHT CANOE EVASION a fini au coucher de soleil 4e et première équipe française de ce Championnats du monde. "Ca fait du bien quand ç s’arrête" dira Cyril Cointre. "La prochaine fois, vous mettrez de l’eau chaude dans le canyon" plaisantait Sonia Furtado. Quant à Seb Raichon, ceint du drapeau tricolore, livrait une première analyse à chaud. "On n’attendait pas à être à pareille fête, à être un peu dans la cour des grands" dira Seb Raichon. "Après avoir été stoppé sur la dark zone, on a vécu 36 heures extraordinaires. Puis on a accusé le coup les deux jours suivants. Hier, on a failli abandonner sur le Trek de la Vallée des Merveilles. Il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre à ce moment-là. Aujourd’hui à VTT, ce n’était pas simple non plus, avec quelques hésitations en orientation. Cette belle 4e place est seulement ternie par l’abandon en fin de course à quelques heures de l’arrivée. Je suis déçu pour eux, il méritait largement cette 4e place. Cela enlève un peu de joie à notre bonheur".