Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

RAID IN FRANCE – JOUR 3 – Un peloton éclaté des Ecrins au Mercantour…

Les écarts se faisant entre la tête de course et l’arrière du peloton, les équipes étaient aujourd’hui disséminées sur l’ensemble des trois parcs nationaux du parcours….

Au lever du jour, et après une bonne nuit de sommeil pour la majorité des équipes, la plupart devaient se (re-)mettre à l’eau. Certaines flottaient sur la Durance, le froid engourdissant les articulations et le bout des doigts. Plus loin, il s’agissait pour l’arrière de la troupe de s’engager sur le Guil à bord des rafts. Certains d’entre avaient bien du mal à maîtriser l’embarcation, et prenaient quelques "bains" dans une eau glaciale.

Le trio de tête, lui, était déjà bien loin, et flirtait déjà avec la frontière de l’Ubaye. A leur suite, le duo SILVA (SWE) – RAIDLIGHT CANOE EVASION (FRA) restait quasiment roue dans roue, à plus de 5h30 de la 3e place au niveau du CP 14 (Jausiers). "Tout se déroule comme dans un rêve" se félicitait l’un des équipiers de l’équipe française. "On a repris du temps aux Suédois, c’est bon pour le moral" poursuivait-il à CPA 14, à Jausiers, où les splendeurs de la vallée de l’Ubaye s’offrait aux yeux ébahis des équipes.

Plus loin derrière ce duo, un petit groupe de chasse continuait de se battre pour un éventuel Top 10 sur ce Championnat du monde. Sept équipes débarquaient successivement à l’issue de la section kayak. On y retrouvait LAFUMA (FRA), ERTIPS(FRA), RAIDLIGHT LSN (FRA), puis un peu plus loin les Suédois d’AXA ADIDAS et FJS, et les Espagnols de COLUMBIA VIVARAID , puis ADIDAS TERREX (GBR). Puis subitement, on ne voyait débarquer qu’un seul kayak de TEAM SWITZERLAND. Le 2e, percé, avait été échangé au niveau du Rabioux, d’où le retard du 2e équipage suisse.

S’ensuivait deux énormes "bambées" pour ce 3e groupe (que les équipes de tête avaient effectué plus tôt) : un petit trek d’échauffement de 4km, enchaînés avec une bonne "bavante" en VTT de 59km et 2330m D+, puis un trek de 34km. Deux sections grandioses qui emmenaient le peloton de l’Ubaye au Mercantour, via le Lac des Sagnes, les cols de Raspaillon (2510m), Restefond (2680m), Sanguinière, avant de redescendre dans les mélèzes du Mercantour, vers Entraunes.

Partis ce matin à 5h35, SEAGATE (NZ) concluait cette centaine de kilomètres (et quasi 4000M D+) de cette longue journée un peu plus de 12 heures plus tard, à 17h45. Fatigués, mais parfaitement unis autour d’un capitaine Nathan Faa’ve que ses équipiers écoutent religieusement lorsqu’il énonce les consignes du road book. Les Néo-Zéalandais repartaient après avoir pris le temps de réparer le vélo de Sophie Hart, leur féminine (pédale cassée).

Une heure et quart plus tard pointaient à cet endroit le team Thule(SWE) en 2e position. Jacky Boisset ne parvenait plus à s’alimenter depuis un moment, ce qui lui a coupé les jambes. "C’était hard, j’ai les jambes coupées en deux" disait le capitaine du team franco-suédois. Après un passage à vide, Muyriam Guillot, elle, semblait requinquée. "J’ai pris du coca quand ça n’allait pas, et cela semble revenu" dira la jeune fille. Mais je me méfie quand même, il ne faut pas trop crier victoire….". Après 25 minutes de transition à remonter les VTT, les Suédois repartaient alors que la nuit commençait à tomber, et que les bénévoles du CP 17 attendaient désormais QUECHUA (FRA)….
Quechua arrivait à 21 h. Ils ont opéré une longue transition à CP 17. Restauration lyophilisée, avec quelques trésors gastronomiques ramenés d’Outre Atlantique par Yves Bilodeau, mais surtout un problème mécanique à la roue arrière du VTT du Québecois. Roue arrière voilée, rayon cassé. Pas la bonne clé pour réparer. Deux solutions. Soit s’arrêter et attendre le lendemain pour trouver le bon outil ou une nouvelle roue, ou repartir sur les 30km de VTT avec 1000m D+  et 1700M D-, au risque de casser complètement la roue… Discussion entre équipiers, et décision du capitaine Rudy Gouy : "On continue, c’est à quitte ou double". Quechua repart près de trois heures après Thule.