Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Raid Nature du Pont d’Arc : 16° édition dimanche

Ils seront pas loin de 1 000 « lapins de Pâques » à prendre le départ d’un des deux parcours adultes proposés aux participants du 16° Raid Nature du Pont d’Arc, véritable promoteur de l’esprit sport et nature « made in Ardèche ». Sur le parcours Aventure, une victoire au Pont d’Arc est un titre qui fait référence.

65km de course attendent les raideurs dimanche, à l’heure où certains partiront plus sobrement à la chasse aux œufs. Mais pour les concurrents du grand parcours Aventure, elle sera quelque peu particulière. A Vallon, il faut d’abord savoir « courir sur des œufs » sur une première section de 9km de trail toujours incontournable. En effet, les postulants à la victoire devront prendre un départ canon, s’ils veulent entrer dans les sentiers monotraces bien placés et éviter de se retrouver serrés « comme dans une boîte à œufs » (ou à sardines, c’est selon) au milieu du peloton. Puis la section canoë est l’occasion de rappeler qu’on « ne peut pas faire une omelette sans casser des œufs » et qu’il faut parfois savoir se mouiller pour se sortir de la rivière Ardèche, même si le débit n’est pas annoncé au plus fort. De toutes façons, pour ceux qui (poules mouillées ! ) auraient soigneusement évité de se mouiller plus que les pattes, la section « aventure » suivante (11km) les contraindra forcément à  plonger intégralement leur crâne (d’oeuf) dans l’eau froide des célèbres marmites et autres passages à gué. Charge à eux de ne pas y faire « des œufs durs » mais plutôt « à la coque », bref d’y rester le moins longtemps possible. Ceux qui ne seront pas encore « pochés » pour la course à la victoire devront avoir pris garde de ne pas mettre tous leurs « œufs dans le même panier » et d’avoir gardé un peu de forces pour les 36 km  de VTT restants, le tout sur les chemins si caillouteux du Sud Ardèche. S’il faut en avoir dans la coquille pour avaler ce menu un beau matin de Pâques, c’est aussi parce que les parcours sans cesse renouvelés et la qualité de l’organisation ont donné à l’épreuve une réputation nationale au fil de ces 15 éditions précédentes.

Parmi tous ces « coqs » en quête de victoire, on suivra certainement le jaune (d’œuf) des Ertips Samuel Hubert et Christophe Girod, seconds en 2013 et débarrassés cette année des Noirs de Garmin (Camus / Brunel), à peine rentrés de Madère et encore… cuits dur. Le duo 400 Team Raichon/Gaudion sera finalement de la fête et aimerait bien pour une fois ne pas être chocolat à Vallon, même s’ils trouvent les œufs beaucoup trop faciles à dénicher sur le parcours tout balisé. Les locaux ne manqueront pas à l’appel : Durand/Lhermet ou Armand/Gilly joueront dans leur jardin, un avantage non négligeable. S’il ne court plus comme un lapin de Pâques, le « sénateur » de l’épreuve Denis Merlin (16 participations en 16 éditions) sera toujours à surveiller avec son acolyte Alex Pons. Et s’ils ne sont pas loin de sortir de l’œuf, les deux « gamins » Balaskovic et Navarro voudront forcément être les premiers dès le départ. Derrière les duos devront trouver la bonne entente et le bon rythme pour atteindre l’arrivée même si on entendra forcément quelque équipier en perdition lancer à son compère beaucoup plus fringuant « Vas te faire cuire un œuf ! »

Crédit photo: organisation.