Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

10e Guadarun – Le Saux au paradis !

Dix bougies cette année pour le trail par étapes guadeloupéen organisé par Lucien Datil et son équipe. Un anniversaire fêté comme il se doit par une superbe édition malgré les soucis liés à la crise sociale qui a soufflé sur la Guadeloupe ces derniers mois.

Une participation record, avec des coureurs venus de toutes les régions françaises et même pour la première fois de la Réunion, ainsi que l’ajout d’une sixième étape pour un tour complet de l’archipel étaient les deux aspects marquants de cette dixième épreuve. La chaleur était à nouveau au rendez-vous et fut le principal adversaire des coureurs tout au long de cette semaine antillaise. Le parcours de 160km réparti sur des étapes de 15 à 30 km présentait des parties roulantes mais également des parcours très techniques comme l’étape de Basse-Terre disputée dans des chemins extrêmement boueux. C’est donc d’une belle capacité d’adaptation et de polyvalence qu’ont dû faire preuve les coureurs lors de ce périple guadeloupéen.
Coureur polyvalent, Christophe Le Saux l’est assurément : marathonien de bon niveau (2h35), excellent trailer (2e dernièrement de l’Everest Sky Race et 3e du Manikou, entre autre), il achevait sa préparation pour les championnats de France des 24 heures en participant au Guadarun. Habitué de cette épreuve qu’il avait déjà remportée, il a survolé les débats sans jamais paraître puiser dans ses réserves. Nullement gêné par la chaleur ou par la nature du terrain, le guyanais prenait la tête dès la première étape pour ne plus la lâcher. Derrière lui c’est Philippe Bourgeois, un coureur de 41 ans, militaire de carrière, qui se surprend à la deuxième place pour sa première expérience en courses par étapes. L’autre guyanais, Stéphane Piquemal, assure la troisième place. Il faut noter la densité de coureurs de bon niveau cette année avec la présence de nombreux spécialistes, tels Patrick Michel ou les frères Eclapiers.
Chez les femmes, Christine Liot, maître nageur à Larmor Plage, l’emporte facilement. Elle a dominé toutes les étapes loin devant Marie-Noëlle Charrier et Delphine Gohin-Borghesi.

Le Guadarun a donc bien passé le cap de la décennie en s’affirmant encore une fois comme une course originale permettant une découverte de toutes les îles de l’archipel et de la diversité de leurs paysages, entre champs de cannes, plages paradisiaques, côtes rocheuses ou encore forêt tropicale. Une découverte au pas de course qui n’a toutefois rien d’une ballade de santé, la difficulté des parcours ainsi que des conditions de récupération toujours plus délicates en bivouac donnant à ce Guadarun son caractère .Une véritable course d’aventure qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Remy Jégard