Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

3 questions à… Karim Talaouanou, leader du TTN Court

Grâce à sa victoire sur le Trail Givré le week-end end dernier à Montanay, Karim Talaouanou a pris les commandes du Championnat de France de Trail, version Courte. Un formidable encouragement pour l’ancien pistard et crossman, bien décidé à persévérer dans cette deuxième carrière, même s’il a conscience qu’il lui faudra encore un peu de temps pour rivaliser avec les meilleurs sur des terrains plus techniques.

Karim, quel est ton passé d’athlète ?

Je suis un pur produit de l’athlé de club traditionnel. Je suis un ex-coureur de 1500M de niveau national (troisième des France de 1500m, finaliste aux France Indor sur 1500M), et coureur de cross-court à la base. J’ai à mon actif 12 titres départementaux de cross country sur le court et le long, des titres régionaux, et des podiums aux demi-finales des Championnats de France.
J’ai un record à 29’45 sur 10Km et 1H05 sur semi-marathon. Mais j’ai toujours apprécié les footings et autres fartkleks dans les grands espaces de nature et de moyenne montagne.J’ai dans ma carrière fait des tentatives en course de montagne et en trail, sans une vraie préparation spécifique.Des échecs logiques….

Comment as-tu vécu cette expérience sur le Trail Givré ?

Je n’ai pas souffert sur cette épreuve. Je suis un coureur de train, donc je me suis calé très soigneusement derrière le duo de tête.Je voyais bien que la tête s’employait plus que moi. Je savais donc qu’il fallait durcir le rythme sur la fin de course, et les derniers kilomètres sur un sol dur m’ont aidé. Je suis venu pour me positionner sur le TTN et je repars avec la victoire, je ne peux être que ravi !  Mais je suis bien conscient que cette épreuve était à mon avantage. Le reste de la saison sur le TTN et les trails plus techniques vont être difficiles. Mais je suis là pour apprendre. Mon entraîneur MUSTAPHA MEKRALDI, ex pistard lui-aussi se documente et s’informe beaucoup pour la préparation des entraînements plus spécifiques qui m’attendent… J’ai un deuil à faire de ma carrière d’ "athlète" pour devenir un trailer ! Les échecs antérieurs sur la discipline s’expliquent en partie pour cela… Il y a quelques temps, j’aurais privilégié la saison de cross et les championnats régionaux qui se déroulaient le même jour à Aix les Bains, parcours qui m’a révélé il y a quelques années !

Comment vois-tu ton avenir dans le trail ?

Je voudrais devenir un vrai trailer, intégrer un team prestigieux, et participer à de grosses manifestations sportives populaires et mythiques du monde du Trail. Mais je suis conscient que cela ne se fera pas en quelques semaines ou quelques mois. Je suis un petit trailer et il va falloir du temps avant de devenir grand. J’ai été patient pour en arriver à ce que je suis actuellement, sportivement et socialement. Je suis aussi prêt à l’être dans ma nouvelle carrière. C’est toutefois pour moi un monde et un univers particulier. Je n’ai pas trop encore de contact. Je me sens un peu atypique. Mais je pense que d’ici une saison j’aurai pris mes marques. Le plus important pour moi, c’est de reprendre du plaisir. Et là,  cette nouvelle orientation de carrière m’attire énormément.
Après, secrètement avec Mustapha, on a jalonné les deux ou trois prochaines saisons et les prochains objectifs ! Comme je dis souvent, et je le rappelle à mon groupe d’entraînement de mon club l’ATHLE FORM 42, j’ai vécu des hauts et des bas dans ma carrière. Et le plus important, c’est d’être soutenu pour affronter les traversées du désert. Moi j’ai toujours trouvé cet appui chez mon coach. On peut dire que je sors d’une traversée du désert. Mustapha,  Phillipe Colard( CTR Régional et ex-coureur international sur 800m), et les dirigeants de l’Athlé form 42 sont vraiment les seuls qui pensent que je ne suis pas "fini" et que j’ai encore à prouver. Je réalise vraiment qu’il y a de la place dans le monde du Trail, mais que ce n’est que le début… J’attends avec impatience le reste de la saison et les entraînements techniques, même si je souffre terriblement sur ces entraînements… Mais j’apprends Et je sais ce que ce mot veut dire: je suis directeur d’école !

Recueilli par Luc Beurnaux – Photos Photogone et collection perso