Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

3 questions à L. Vinner, organisateur de l’Ice Trail Tarentaise

A la tête de l’association Trailers Pays de Savoie, Laurent Vinnier organise le 15 juillet 2012 à Val d’Isère la 2ème édition de l’Ice Trail Tarentaise, le trail le plus haut d’Europe. Deux courses, une rando et un mini-trail « jeunes » seront au programme 😕
– L’ITT :65km et 5000D+-
?- L’Altispeed : 32km et 2500D+-?
– La Montagnarde (rando): 13km et 1400D+-
Le parcours principal proposera notamment le passage de 4 cols à 3000m d’altitude,  (Rocheur, Fours, Pers et tunnel des Lessières), et deux glaciers à parcourir (Grande Motte et Pissaillas).? Un peu plus d’infos sur ce grand rendez-vous de l’été, où Thomas Lorblanchet et François Dhaene (Team Salomon) sont annoncés !
Laurent, peux-tu nous dire en quoi l’ITT diffère des autres trails du circuit européen ?
Principalement, l’ITT se distingue par son parcours exclusivement en haute altitude, par l’ascension de la Grande Motte, via le glacier, qui relève habituellement des techniques de l’alpinisme (piolet, crampons) et par un aller-retour à l’Aiguille Pers par l’arête nord. Un trail résolument montagne donc !
Quels sont les moyens mis en œuvre pour permettre aux coureurs de gravir La Grande Motte ?
Une semaine de préparation est nécessaire à l’équipement de la partie finale. Yannick PONSON, guide de haute montagne, s’occupe de sa mise en place avec l’aide d’une dizaine de bénévoles qualifiés (sécurisation et tracé). Le glacier, quant à lui, est préparé dès la période hivernale par l’équipe d’Arnaud TRINQUIER, Directeur du service des pistes de Tignes afin d’établir un cheminement sécurisé pour le jour J.
Et pour le reste du parcours ?
D’autres passages sont équipés le long du parcours et selon l’enneigement, notamment pour accéder au tunnel des Lessières
Globalement, c’est une trentaine de pisteurs secouristes, dirigés par Renaud LOBRY sur le secteur de Val d’Isère, 5 guides de haute montagne et une quinzaine de bénévoles qualifiés « montagne » qui veillent au bon déroulement des épreuves.

Faut-il des qualités particulières pour courir à cette altitude ?

L’ITT est un trail difficile et technique. Il est évident que le grand parcours n’est pas réservé aux débutants. Il demande une certaine aisance sur terrains accidentés. Au-delà de 2500m, les effets de l’altitude sont présents et peuvent générer  une légère baisse des performances. Il faut en tenir compte.
D’autre part, l’ITT requiert une préparation spécifique dans la gestion des conditions climatiques difficiles. Car il n’est pas rare à cette altitude d’y être confronté même en plein mois de juillet (neige, pluie, vent fort). C’est pourquoi nous serons intransigeants sur le respect du règlement concernant le matériel obligatoire.
Par sa particularité, l’ascension de la Grande Motte fera l’objet d’une remise de diplôme.
Le grand parcours a été annulé l’année dernière, n’as-tu pas peur que cela se reproduise ?
Météo France avait prévu des conditions extrêmes avec tempête en altitude et 40cm de neige annoncés à 3500m ! C’est un grand manque de chance quand on sait que nous avons pris des coups de soleil pendant le balisage du parcours ! Ca fait partie de la montagne ! Nous avons quand même pris la décision de transférer les coureurs sur l’Altispeed ; ils ont tout d’abord été déçus mais ont finalement vécu une véritable expérience humaine en affrontant les éléments. Ils ont dû s’employer  pour venir à bout des 32km et faire face à des rafales de plus de 100km/h sur l’arête de l’aiguille Pers ! Quelques hypothermies mais pas de gros bobos. Au dire des aguerris et spécialistes, cette édition restera inoubliable.

Le concept semble plaire, le plateau était particulièrement élevé pour une première édition ?
437 inscrits et 12 nations représentées ! Du jamais vu dans les Alpes intérieures pour une 1ère édition ! Et les 20 premiers du scratch, c’était juste un concentré de talents ! La difficulté et le profil du parcours attirent de nombreux coureurs de qualité. Il est très valorisant de faire un podium ou d’être finisher sur ce type de course car cela prouve les qualités physiques et mentales du coureur. C’est un défi de plus pour certains et une forme d’aboutissement pour d’autres. Dans tous les cas, il fait bon de venir faire des globules rouges sur Val d’Isère à cette période à en croire les résultats de Virginie Govignon (1ère Altispeed et 1ère CCC) et du Haut Savoyard, Arnaud Lejeune, l’une des révélations de l’année !(14ème Altispeed, 4ème CCC, 11ème Templiers et 5ème à la Saintélyon !). Pour ne citer qu’eux !