Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Aline Camboulives s’éclate sur la Jungfrau…

Encore une magnifique année pour la Haut-Savoyarde Aline Camboulives, égérie du Team New Balance, qui a fêté ses 40 ans le 13 juillet dernier.?Pourtant, sa blessure engendrée par sa terrible chute au départ du Semi-Marathon de Boug-en-Bresse en début d’année, pareillement ses éreintantes vies professionnelle et familiale, auront grandement altéré sa préparation. D’où d’inévitables défaillances, à l’image de sa 5ème place aux Championnats de France de course en montagne ou sa capitulation à Sierre-Zinal.

Mais inversement les prouesses pullulent : record personnel sur marathon (2h36’44 à Paris) ; victoires au Cross du Mont Blanc, au Marathon de Zermatt et au Bélier ; record de l’épreuve à Thyon-Dixence.?Samedi, pour sa troisième participation au prestigieux Marathon de la Jungfrau (1829md+ et 305md-), concouru au cœur de l’Oberland Bernois, Aline a réussi le tour de force d’achever son épopée à une splendide seconde place. Cerise sur le gâteau, elle a bonifié son record personnel de 2’47 en regard de 2012 (classée 4ème) et de 4’47 par rapport à 2011 (victorieuse).

Adversité

Un exploit d’autant plus remarquable qu’elle devait affronter une concurrence encore plus redoutable que celle prévalant sur les deux ultimes éditions, comprenant notamment : les Autrichiennes Andrea Mayr (championne d’Europe de course en montagne 2013) et Sabine Reiner (2ème en 2012 en 3h24’10) ; la Suissesse Martina Strähl (championne d’Europe de course en montagne 2009 et 2011 ; détentrice du record de la Montée du Grand Ballon en 2008) ; l’Américaine Stevie Kremer (lauréate en 2012 en 3h24’10, sinon cette année recordwoman du Marathon du Mont-Blanc, 2ème à Sierre-Zinal, 3ème à Zegama) ; l’Italienne Elisa Decco (vainqueur de Sierre Zinal).

A l’instar de l’an passé, Aline prit le commandement sur les 26 premières bornes, roulantes à souhait, faisant ainsi étalage de ses extraordinaires qualités de routière, précédant pourtant de sacrées références dans ce domaine comme Mayr (2h30’43 en 2009 sur marathon). ?Hélas, dès la première rampe et ses 26 virages en lacet (km26), elle ne put s’opposer à la rébellion de Mayr qui excelle sur les forts pourcentages, omniprésents dans cette portion finale. Alors qu’elle distançait de 44’’ l’Autrichienne au km 25,6, elle lui concédait 46’’ au km30,2 puis 2’51 au km 37,9. Dès lors, celle-ci, âgée de bientôt 34 ans et vivant en Haute-Autriche à Gmuden, s’envolait à une vitesse stratosphérique en se permettant le luxe de faire irruption au Col de la Kleine Scheidegg (2061m), où est juchée l’arrivée, en 3h20’20, synonyme de nouvelle marque référence de l’épreuve. L’ancienne, propriété de la Fribourgeoise Marie-Luce Romanens depuis 2001, était gommée pour 43’’. Du grand art !

Résistance

Devancée de 4’48 par la lauréate, Aline s’employait à préserver son costume de dauphine, et ce contrairement à l’année dernière où, après avoir été déposée par Kreimer, elle dut, éreintée, rendre les armes devant les coups de butoir assénés par Reiner puis l’Américaine Kim Dobson, laissant alors filer le podium. L’épilogue fut à couper le souffle. Reléguant à 2’05 Reiner, à 2’15 Strähl et à 4’02 Kremer, et ce à un peu plus de 4 bornes du but,  Aline offrit une résistance héroïque pour finalement les coiffer sur le fil : de 15’’ sur Strähl, de 51’’ sur Reiner, enfin de 2’01 sur Kremer. Une fois de plus, elle confirmait qu’elle était sans égal en France sur ce type de terrain n’excédant pas la quarantaine de km, sans soucis d’appui et dépourvu de technicité ainsi que de descente.

A l’avenant

Sinon, chez les hommes, la course fut également de haute volée, le tiercé de tête descendant sous la barrière fatidique des 3h. D’ailleurs, à l’exemple des femmes, on a bien failli assister à l’annihilation du temps référence, détenu à compter de 2003 par le Néo-Zélandais Jonathan Watt en 2h49’01. En effet, le Kenyan Geoffrey Gikuni Ndungu, 29 ans et installé en Autriche, précisément dans le land de Styrie, crédité d’un chrono de 2h08’33 sur marathon (Dublin 2011), franchira la ligne en 2h50’28. Le talonneront deux émules des plus redoutables : l’Erythréen Petro Mamo, champion du Monde de course en montagne 2012, en 2h52’49 ; puis l’Helvète Viktor Rothlen, champion d’Europe de marathon 2010, en 2h53’21.?En outre, on relèvera les prestations des Chablaisiens Alain Gillet (Team Scott Odlo Les Saisies), 44ème en 3h35’27, et Daniel Challande (Lou Tavan), 76ème en 3h47’15.?Enfin, ce 21ème opus aura rencontré, comme de coutume, un énorme engouement populaire avec 4120 marathoniens qui parvenaient au but dont 950 féminines.

 ?François Vanlaton

JM13_314_130914060918hR6