Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Trail de l’Arbarine 2013

LE VISAGE D’UNE MAURIENNE SI MECONNUE, SI ENVOUTANTE !

Au comité des fêtes de Saint-Alban-d’Hurtières, maître d’œuvre de l’Arbarine disputé en  Basse-Maurienne (1), on ne dispose que d’une seule arme mais pas n’importe laquelle : l’opiniâtreté. Face à l’affluence maigrichonne des quatre premières éditions qui en aurait découragé plus d’un, les organisateurs n’auront en effet jamais renoncé malgré les fréquents appels du pied en ce sens.

Foultitude
Force est de reconnaître qu’ils n’ont pas eu tort au vu des chiffres de la participation qui pour la première fois excédaient la centaine de concurrents. Précisément, 122 porteurs de dossards dont 58 sur le 28 bornes et 64 sur le 19km. De quoi mettre du baume au cœur aux principales chevilles ouvrières de l’Arbarine et à leur escouade forte d’une cinquantaine de bénévoles.

Authentique enfant de Saint-Alban, l’athlète Fabien Thimonier, sapeur-pompier de profession, aura réussi à convaincre Dominique Vins, président du comité des fêtes, de l’opportunité d’un trail dans la Chaîne des Hurtières, cette « terre des orties » qui marque l’extrémité nord de Belledonne. En réalité, il prit exemple sur la Transmontjoie, ancêtre de la course nature en Maurienne, qui arpente la Lauzière, une autre sierra voisine des Hurtières, mais située sur la rive opposée de l’Arc.

Label
Très vite, Vins a compris tout le bénéfice que sa commune pouvait récolter d’une telle manifestation.
Notamment en donnant une autre image de marque à la Basse-Maurienne, qui sans renoncer à son passé industriel se tournerait également vers la valorisation de son patrimoine naturel, ignoré mais tellement enchanteur.

Chargé du volet administratif, Vins s’entoure d’hommes de confiance à l’image de Christophe Villard, responsable du PC course, et de Raphael Giraud, en charge du parcours. Depuis l’an passé, une quatrième personnalité s’est greffée à cette équipe en la personne de Steve Thiaffey, nouveau président du comité des fêtes.

Une organisation qui aura fait preuve de responsabilité et de réactivité lorsqu’elle a décidé, en raison de l’enneigement conséquent, d’amputer de trois bornes l’épreuve reine sur sa partie supérieure, contraignant les trailers à quitter la Crête des Mollard dès le Lac des Grenouilles. En revanche, le 19km ne subissait aucune retouche.

Résurrection pour Pommeret et Chaix
Vainqueur huit jours auparavant du Grand Raid 73 dans des conditions météo exécrables, Ludovic Pommeret (Teams Hoka et Altecsport) semblait accuser le coup au départ de l’épreuve reine qui lui était inédite. La preuve, il pointait au premier ravitaillement (km5,5) avec 55’’ de retard sur un duo de tête qui menait grand train, formé de Lionel Bonnel (Team Tecnica) et de Christophe Boebion (Entente Athlétique de Chambéry).

Mais c’était bien mal connaître les ressources du Modanais qui passait à la vitesse supérieure sur la crête faîtière des Hurtières, grillant la politesse à Boebion avant le Col du Champet (km9,5), puis rattrapant Bonnel, son camarade du Team Sybelles, avant le Lac des Grenouilles (km15). La dégringolade qui s’ensuivit allait être fatale au Saint-Jeannais qui s’inclinait à 5km du but devant les qualités hors norme de descendeur de Pommeret qui signait par ricochet sa 5ème victoire de la saison.

In fine, le podium sera entièrement l’apanage du Team Sybelles, la 3ème place revenant à cette autre figure du ski-alpinisme mauriennais en la personne du Saint-Jeannais Valéry Chaix qui réussira à devancer au sprint Boebion, victime de crampes, et ce après un retour phénoménal. A l’image de Pommeret, il fera ainsi la différence dans la descente après avoir pointé en 8ème position au km5,5, à 4’50 de Boebion, puis à 3’20 du même prétendant au km15, engrangeant alors quatre places.

Chez les filles, Laure Pion, l’égérie de l’Association Sportive des Cheminots Mauriennais Endurance, n’aura eu aucun mal à faire tomber dans son escarcelle ce 28km, et ce après l’avoir déjà emporté en 2010 devant la même adversaire : Alice Lauga, autre personnalité bien connue du Team Sybelles.

Son triomphe, puisqu’elle relèguera celle-ci à 11’31, prendra forme, là encore sur le chemin du retour en grande partie descendant, le différentiel la séparant de la compagne de Chaix n’étant que de 4’30 au km15. C’est la Lyonnaise Sandra Estèves qui s’appropriera le bronze, à plus de 14’ d’Alice.

Pollet-Villard dans la souffrance

Sur le 19km, l’affrontement tant attendu entre le Cluse Thibaut Pollet-Villard et Damien Margueron (Union Athlétique de Maurienne et Team Altecsport) a bien eu lieu. Il aura d’abord tourné en une claire et nette démonstration du Haut-Savoyard qui fit étalage de son talent dans les portions ascensionnelles où il ne cessera de creuser l’écart avec le beau-frère de Pommeret : 3’ au km5,5 ; 5’ au km9,5 ; enfin 8’ au km15.

Délaissant en ce début d’année le travail de côte afin de bosser sa vitesse, avec au final deux  records personnels à la clef sur semi-marathon (1h14’37 à Annecy) et sur 10km (33’26 à Aix-les-Bains), Margueron ne put opposer aucune résistance jusqu’à l’entame de la descente. Dévalant à la vitesse de l’éclair et mettant à profit les douleurs lombaires de son émule, il entreprit une époustouflante course poursuite qui s’acheva sur les talons du vainqueur, 13 petites secondes distinguant les deux athlètes.

Mais la surprise du chef aura été sans conteste le fait d’armes accompli par le Saint-Pierrain Gilles Martinet, un des leaders de l’association « Les Coureurs du Perron ». Plus que sa 3ème place, c’est le faible différentiel avec ses deux rivaux qui aura marqué les esprits (1’07 derrière Pollet-Villard).
lionel bonne et sa fille

Autre révélation, la skieuse-alpiniste du Team Sybelles, Candice Bonnel, qui n’est autre que la fille de Lionel. Bourrée de talent, 19 printemps au compteur, la Saint-Jeannaise réalisera un authentique cavalier seul, reléguant Véronique Parret (Athlétique Sport Aixois), 2ème, à plus de 22’, et Guylène Blanc (Belles Grimpes SkiAlp), 3ème, à près de 28’. Indubitablement, cette belle jeune fille emprunte déjà les traces de son père. Ca promet !

François Vanlaton
(1) La Basse-Maurienne englobe les cantons d’Aiguebelle et de La Chambre. Trouvant cette expression quelque peu péjorative, les élus du canton d’Aiguebelle l’ont remplacée par « Porte de Maurienne ».

LAURE PION, LAUREATE DU 28KM :

Laure PionAgée de bientôt 47 ans (elle les aura le 1er juillet), Laure Pion est une Mauriennaise pur jus, de souche saint-jeannaise, demeurant à Notre-Dame-du-Cruet, minuscule village d’à peine 200 âmes près de La Chambre. Licenciée à l’Union Athlétique de Maurienne en 2005-2006, elle intègre en 2010 l’Association Sportive des Cheminots Mauriennais Endurance, surgie en septembre 2005 et forte cette année de 31 adhérents. ?Accoutumée aux podiums et même à la plus haute marche dans sa vallée, elle collectionne les accessits ailleurs comme en témoignent ses prestations cette saison : 3ème sur le 30km du  Belledonne Gelon Raidlight et le 35km du Sacré Trail des Collines ; 4ème sur le Trail Blanc de Serre Chevalier et l’Ultra Tour du Môle.

Laure est d’abord une spécialiste du trail courte distance. Cela ne l’a pas empêché d’avoir étrenné la taille au-dessus à l’occasion du millésime 2011 du Trail du Galibier et de ses 42 bornes où elle se classera 4ème dans une chaleur suffocante avec un parcours rallongé en réalité de presque six km. Elle récidivera l’année d’après où elle terminera cette fois-ci 3ème sur un tracé de 41km. Le 21 juillet prochain, elle tentera sa troisième expérience sur ce format  en prenant le départ, pour sa 15ème édition, de la fameuse Sky Race New Balance du Pays des Ecrins, soit au total 48km.

François Vanlaton

PALMARES DE L’ARBARINE :

2009 : 28km (39 inscrits, 38 classés dont 4 femmes) :

– Laurent Vidal (Chambéry Triathlon) en 3h25’04.?– Nadège Cavagna (Entente Athlétique de Chambéry et Team Activasport), 18ème au scratch, en 4h24’09.

2010 : 28km (35 inscrits, 33 classés dont 3 femmes) :

– Jean-Sébastien Daviet (Thorigny-sur-Marne) en 3h09’32.

– Laure Pion (Association Sportive des Cheminots Mauriennais Endurance), 16ème au scratch, en 4h24’50.

19km (27 classés dont 5 femmes) :

– Yoann Balmain (Saint-Alban-d’Hurtières) en 2h37’16.

– Agnès Moreau (Saint-Jean-de-Maurienne), 12ème au scratch, en 3h20’35.

2011 : 28km (48 classés dont 5 femmes) :

– Lionel Bonnel (Teams Tecnica et Sybelles) en 3h03’00, record de l’épreuve.

– Patricia Serda (Union Olympique Albertville Tarentaise), 14ème au scratch, en 3h55’53, record de l’épreuve.

19km (49 classés dont 8 femmes) :

– Stéphane Duc (Saint-Martin-de-la-Porte) en 2h11’00, record de l’épreuve.

– Nathalie Favre-Bonté (Saint-Alban-d’Hurtières), 33ème au scratch, en 3h08’59.

2012 : 28km (30 inscrits, 29 classés dont 6 femmes, 1 abandon) :

– Fabien Pichol (Queige) en 3h32’47.

– Sylvie Negro (Entente Athlétique de Chambéry et Team Activasport), 14ème au scratch, en 4h17’15.

19km (39 classés dont 9 femmes) :

– Nicolas Daru (Bourg-Saint-Maurice) en 2h16’40.

– Nathalie Favre-Bonté (Association Sportive des Cheminots Mauriennais Endurance), 13ème au scratch, en 2h54’25, record de l’épreuve.

2013 :?28km (58 inscrits, 53 classés dont 5 femmes) :

– Ludovic Pommeret (Teams Hoka, Altecsport et Sybelles) en 2h47’55.

– Laure Pion (Association Sportive des Cheminots Mauriennais Endurance), 28ème au scratch, en 3h56’29.

19km (64 inscrits, 62 classés dont 16 femmes) :

– Thibault Pollet-Villard (La Clusaz) en 2h16’08.

– Candice Bonnel (Team Sybelles), 20ème au scratch, en 2h57’15.

Concernant le 28km, le parcours 2009 aura été le plus long, celui de 2013, amputé de 3km environ, le plus court. Les tracés 2010, 2011 et 2012 sont identiques.

Quant au 19km, il n’a jamais vu son itinéraire modifié.