Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Arnaud Lejeune : entre espoirs et doutes

Arnaud Lejeune, vainqueur du trophée du trail catégorie « révélation de l’année 2012 », 2ème le week-end dernier de l’Aravis Trail, a connu un début de saison très perturbé par des soucis de dos.

Si il est de retour sur les sentiers, le coureur du team Hoka doit encore composer avec des douleurs dorsales et des blessures qui l’empêchent d’être au top de sa condition. Il revient ici et en exclusivité pour Trails Endurance Mag sur son hiver difficile, sa reprise, ses premières courses du printemps entre espoirs et doutes et sur ses perspectives pour le reste de l’année.

« Mes soucis ont débuté cet hiver, alors que tout allait bien jusque là. Après une douleur au dos, je pensais avoir une contracture mais les douleurs ont continuées.

Arnaud lejeune+ utmbAprès IRM et scanner le médecin décèle une anomalie au niveau de la vertèbre l5 S1, une fracture de la vertèbre mais qui serait présente depuis ma naissance, malheureusement la vertèbre a légèrement glissé en avant me provoquant de fortes douleurs. Impossible de courir plus de 300 mètres sans rentrer en marchant la larme à l’œil.

Le médecin m’a annoncé que cela aurait pu arriver avec ou sans la pratique du trail, et il me dit également que la course a pied sera très compromis pour moi pour la suite.

Une reprise en douceur et progressive

Dur à encaisser, mais je me suis dis que beaucoup de blessés sont revenu à la compétition et grâce au soutient de nombreuses personnes j’ai continué à faire de février à fin mars uniquement du home trainer puis reprise de la course petit à petit depuis avril. Des douleurs étaient toujours présentes mais j’avais déjà l’espoir de recourir sur un trail.

J’ai ainsi pu participer au trail du Salève début mai 37 km et je n’ai pas eu trop mal, mais l’après course fut très douloureuse.

Puis j’ai continué l’entraînement avec des jours à faible douleur et le mental revenant au beau, puis le jour suivant de nouveau des douleurs toujours au dos, adducteurs… et ainsi de suite.
J’alternais les bons et les mauvais passages. 

Ensuite j’ai couru au trail du gypaète fin mai avec toujours de douleurs handicapantes mais 74km parcourus alors que 3 mois auparavant je ne faisais pas un footing de 2 minutes… en plus une récupération d’après course encourageante car hyper rapide permettant de bonnes séances d’entraînements jusqu’aux Aravis me redonnait un peu confiance.

Retour des douleurs…

Mais l’Aravis Trail a été compliqué pour moi, une fois de plus vécu avec ce mal de dos qui est présent à chaque foulée et une douleur au tibia qui arrive rapidement et m’handicape énormément dans les descentes durant lesquelles je ne peux lâcher les jambes comme d’habitude.

Je fini ce trail content de ne pas avoir abandonné, mais en souffrant d’une tendinite d’Achille, de ce mal de dos très prononcé et d’une périostite au tibia droit.

Aujourd’hui, 5 jours après la course, impossible de reprendre une activité physique. En plus mon travail dans la restauration m’empêche une récupération optimale : debout entre 12 et 16 heures par jour en ce moment avec un boulot extrêmement intense a cette période de l’année.

Je suis un peu déçu de ne pas pouvoir participer au course sans douleur et de ne pouvoir être a 100%.
Je vais devoir faire ainsi pour 2013, et essayer de participer aux courses du programme en jonglant avec les douleurs.

Je prévoie ensuite dans l’hiver une bonne période de récupération pour pouvoir me soigner correctement en espérant que cela ne lâche pas avant.

Normalement, mes  prochaines courses seront :

-Restonica ultra le 6 juillet

-Courchevel x trail début août

-UTMB fin août

-UTAT début octobre

-Une Course à étapes au Pérou sur 15 jours en octobre avec mon ami Christophe le Saux.

-Trans-martinique début décembre.

Cet été il me sera sans doute difficile d’être bien physiquement pour les courses mais j’aime tellement cela que cela vaut la chandelle même si je suis qu’a 70%. Le principal pour moi reste de participer, de profiter des sentiers, d’atteindre la ligne d’arrivée en ayant fait au mieux avec la forme du moment, bonne ou moins bonne. »

Sylvain Bazin – photos Fred Bousseau & Christophe Assailly

SAMSUNG