Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Besançon – Un match Lafaye / Truel chez les filles…

A peine le Nivolet-Revard, 3e manche du Trail Tour National (TTN) long, a-t-il éteint ses lampions que se profile dès ce dimanche l’étape suivante : le 45km du Trail des Forts du Grand Besançon, accusant un différentiel positif de 2020m et négatif de 1780m.
L’occasion d’un coup de projecteur sur la saisissante opposition qui se prépare entre la Haut-Savoyarde Céline Lafaye et la Francilienne Aurélia Truel. ??Agée de 29 ans, seule femme intégrant cette année le Team Asics, Céline Lafaye étrennera pour la circonstance sa plus longue distance. La dernière remontait il y a tout juste un mois sur le 38km du Lyon Urban Trail qui l’avait vue accomplir « la course de sa vie », dixit Jean-Louis Bal, son coach de l’Espérance Favergienne à qui elle doit beaucoup. Victorieuse, elle avait superbement devancé Maud Gobert de 11’07’’ ! ?Prestation exceptionnelle qui allait être amplement confirmée le 17 avril par un succès de même acabit sur le 23km du Trail Drôme Lafuma, servant de 3e épreuve sur le TTN court. Ce jour-là, sa grande rivale mais désormais amie Stéphanie Duc ne s’adjugeait que la place de dauphine, mordant la poussière pour 2’39’’. Remarquons que son irruption sur ce 45km est consubstantielle à une sortie collective de son team.??
Analogies et disparités 
?Pour toucher le jackpot dans la capitale comtoise, et ce pour la troisième fois depuis l’orée 2011 dans l’Hexagone (triomphant par ailleurs à plusieurs reprises en Belgique où elle demeurait avant fin février), il lui faudra contourner le redoutable écueil dénommé Aurélia Truel. ?Née le 4 avril 1975 dans le 13e arrondissement parisien, Aurélia est pensionnaire du Sporting Club de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) et du Team Tecnica. Elle présente des similitudes avec la Haut-Savoyarde : même morphologie (1m54 et 46kg contre 1m57 et 42kg pour Lafaye), ancienne internationale de course en montagne en 1998 (2005 et 2009 pour Lafaye).?Mais aussi de sensibles dissemblances, la Francilienne étant à l’origine une talentueuse crosswoman (7e aux France junior en 1996) et routière (records sur marathon en 2h47′ en 1998, sur semi-marathon en 1h16’50’’ en 1996, sur 10km en 34’50’’ ; Lafaye : temps étalon portés à 1h26’45’’ sur semi en 2004 et 37’11’’ sur 10km en 2009). ?Cette saison encore, elle performe sur ces deux disciplines. Elle s’est ainsi classée 29e aux France élite de cross et a réalisé de beaux chronos sur route : 1h20’30’’ sur semi et 36’08’’ sur 10km (contre 38’20’’ pour Lafaye le 20 mars dernier à Villeurbanne). ?
Enfin, le trail les sépare également. La Favergienne excelle en effet sur la courte distance qu’elle découvrit en 2005 sur le 22km d’Albertville, accaparant aussitôt le faîte et le… 6e rang au scratch ! Le point d’orgue, elle l’atteint l’an passé, s’octroyant alors le titre de Championne de France du TTN court. Titre qu’elle entend bien conserver cette saison où elle a déjà engrangé une victoire, à Buis-les-Baronnies donc, et l’ultime marche du podium dans le contexte très relevé du 21km du Trail Givré.?
En revanche, en excellente marathonienne qu’elle fut, la Val-de-Marnaise résidant dans la cité rouge d’Ivry-sur-Seine s’est d’emblée spécialisée sur le grand format où ses prouesses ne font que pulluler. Son trail initiatique fut le Marathon des Causses en 2008, jalonné par une 1ère position et la 29e au général. Elle disputa ensuite le TTN long en 2009 et 2010, finissant respectivement 2e et 3e. Cette année, elle a déjà dans son escarcelle le 80km de l’Ecotrail de Paris, 2e compétition du TTN long concourue à domicile. Son objectif majeur, même si elle jouera la gagne sur le TTN, se situera le 9 juillet avec les Championnats du Monde de Trail ayant pour cadre l’Irlande, faisant équipe avec Laurence Klein, Maud Gobert et Isabelle Jaussaud.
?A n’en pas douter, cette course dans la course à travers la merveilleuse cité doubiste s’annonce d’ores et déjà envoûtante. Avantage Aurélia, accoutumée à ce type de longueur, a contrario inédit pour la protégée de Jean-Louis Bal. Mais celle-ci a tellement dominé son sujet sur le 38km du Lyon Urban Trail qu’elle peut sans entraves engendrer une nouvelle et splendide action d’éclat.?
En plus de Lafaye, une autre illustre ambassadrice haut-savoyarde honorera de sa présence, en l’occurrence Sandrine Motto-Ros (Annecy-le-Vieux Of Course, Teams 42km195 et Tecnica), 41 ans, qui visera la 3e place derrière les deux intouchables gazelles. Cette année, la compagne de Pascal Giguet lorgne sur le podium du TTN long après sa belle escapade 2010 sur le Challenge Salomon Endurance Mag, marquée par son second rang derrière l’inamovible Josiane Piccolet. ?A l’heure actuelle, elle peut croire en son étoile, décrochant en effet la timbale sur la première joute du Gruissan Phoebus Trail dans l’Aude, le 13 février dernier. Au demeurant, elle y fît coup double, écartant par ricochet une de ses plus dangereuses émules en la personne de la Brestoise Virginie Govignon, qui se contenta du 3e rang, identique au Nivolet-Revard du 1er mai.?
François Vanlaton, photos JM Mouchet