Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

CCC – Miller a vaincu le signe indien

Jamais depuis la création, en 2003, de l’UTMB, la bannière étoilée n’avait flotté au plus haut des cieux sur une course masculine e la mini semaine chamoniarde. Si Nikki Kimball (victoire en 2007), Rory Bosio (victoires en 2013 et 2014), Krissy Moehl (victoires en 2003 et 2009), ou Mike Foote, Mike Wolfe, ou Topher Gaylor avaient brillamment porté les couleurs US sur différents podiums, jamais un athlète américain homme n’avait grimpé sur la plus haute marche de l’une des courses de l’UTMB. Les plus grands noms tels que Scott Jurek, Anton Krupicka, Karl Meltzer, Tim Olson, entre autres, avaient tous échoué dans leurs tentatives – (Preview des favoris course par course ICI).

PHOTOS CCC 2015

Le signe indien est désormais brisé, grâce à la victoire de Zach Miller, en 11h53:32, ce soir sur la CCC. Le jeune américain de 25 ans a appliqué une tactique de course qu’on lui avait déjà vu entreprendre l’an dernier sur la Grande Course des Templiers : une course offensive du début à la fin des 101km de course. S’il avait manqué de souffle l’an dernier dans les Causses pour finir 5e, Zack Miller aura cette fois-ci tenu bon entre Courmayeur et Chamonix, malgré quelques périodes de « bas » dont n’auront pu profiter ses adversaires. « Je n’ai jamais été rassuré sur le parcours » dira pourtant Miller, après un sprint incroyable à l’abord de la ligne d’arrivée, conclut par un simili de saut de haie pour cet ancien ancien spécialiste de cross country. « Nico Martin m’a poussé dans mes retranchements ; je sais qu’en Europe, les coureurs sont très à l’aise dans les descentes notamment, et j’avais peur qu’il me reprenne. Mais j’ai eu mes meilleures jambes après le dernier ravitaillement du parcours, ça m’a permis de tenir bon ».

IMG_4020

Nicolas Martin, vainqueur ici de l’OCC l’an dernier, sera tout de même revenu, un temps, à 1’30, avant de connaître une fin de course délicate, et de sauver malgré tout sa place sur le podium (3e), au courage. Habitué des formats plus courts, ce dernier est arrivé totalement exténué. En sanglots, il dira : « J’ai souffert comme jamais sur cette course. J’ai « crampé » dès Champex, je n’arrivais pas à descendre. Puis les dernières montées ont été terribles, je n’avançais pas. Finir sur le podium avec le mal de jambes que j’avais, c’est comme une petite victoire pour moi. Je n’avais pas fait tous ces efforts à l’entraînement pour finir 4 ou 5e… ».

IMG_4026

Le triomphe américain est complété par la 2e place de Tim Tollefson , coéquipier de Miller au sein du team Nike. Le kiné Californien, ancien marathonien en 2h18, a pourtant bien cru abandonner à un moment donné, tellement la chaleur régnant sur le parcours durant toute la journée l’a mis en difficulté.

Sacha Devillaz et le Suisse Diego Zagos, arrivés main dans la main pour les 4e et 5e place, eux, se sont montrés plus fringants. Improvisant même un pas de danse dans l’ambiance surchauffée de la ligne d’arrivée, le Suisse expliqua leur fin de course commune. « On s’est tirés la bourre pendant 50km avec Sacha. A la Tête au Vent, on s’est dit : « qu’est ce qu’on fait ? » – puis j’ai fait une lourde chute. Alors on s’est dit qu’on finirait tranquille » expliquera l’homme à la casquette de meilleur grimpeur. Sous son bob immaculé, Sacha Devillaz voyait pour sa part l’essentiel ailleurs. Papa depuis 15 jours, il avouera : « Je ne me suis pas trop posé de questions sur mon état de forme ou sur la course, je n’ai pensé qu’à mon enfant durant tout le parcours ».

IMG_7817
Chez les filles, un nouveau talent s’est révélé au public européen sur cette CCC, en la personne de la Néo-Zélandaise Ruth Croft (12h54’53). Impressionnante 8e du scratch, la coureuse kiwi établie à Taipei a dominé outrageusement la course féminine. Ancienne spécialiste de la piste passée par la réputée université américaine de Portland, Oregon, cet ancienne espoir de l’équipe nationale d’athlétisme a trouvé une belle reconversion sur les chemins. Après une victoire en 2013 sur l’épreuve du Mt Kinabalu en Malaisie, quelques expériences en altitude au Népal, la Néo-Zélandaise ne s’est mise à l’Ultra qu’en début d’année, sur l’Ultra Tarawera (NZ), terminant 2e féminine. En finissant devant la favorite Magdalena Boulet (elle-aussi ancienne pistarde et marathonienne qualifiée pour les JO), la jeune néo-zélandaise a prouvé qu’elle avait un bel avenir sur la distance !

RÉSULTATS CCC 2015

RETOUR COMPLET : TDSOCCUTMB

COMPTE RENDU – GALERIES PHOTOS – RÉACTIONS – CLASSEMENTS

Luc Beurnaux – Photo de Une Michel Cottin