Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Championnat de France de trail 2013 – S. Spehler confirme, S. Duc concrétise

Le film des France de Trail long 2013 à Gap

Le talent de Sébastien Spehler avait éclos en juillet dernier lorsqu’il avait franchi en co-vainqueur la ligne d’arrivée de la 6000D avec Stéphane Ricard. Aujourd’hui, le jeune alsacien de 25 ans a franchi, en solo cette fois-ci, la ligne d’arrivée des premiers Championnats de France de trail disputés sur un jour, en grand vainqueur.

GALERIES PHOTOS COMPLÈTE ICI

LA VIDÉO DU TRAIL LONG DES CHAMPIONNATS DE FRANCE 2013

RÉSULTATS TRAIL COURT GAP 2013     –     RÉSULTATS TRAIL LONG GAP 2013

IMG_1683Sur le circuit de 57km (3200m D+), dont la dernière descente avait finalement été modifiée à cause des fortes pluies des jours derniers, Sébastien Spehler aura géré sa course comme un vieux briscard. « Je n’avais pas reconnu le parcours, j’étais arrivé à Gap seulement deux jours avant la course, du coup je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je suis donc parti prudemment », raconte le petit gabarit, dans un phrasé très calme. Profitant d’un magnifique lever de soleil au-dessus des Hautes Alpes, Sébastien Spehler et le reste du peloton pouvait prendre son rythme de croisière. Une chance, la météo allait être idyllique toute la journée, délivrant d’exceptionnels panamas aux coureurs et accompagnateurs. L’Alsacien pointait aux alentours de la 20e place en début de course, alors que le rythme imprimé par les favoris s’avérait élevé. Michel Lanne, Julien Navarro étaient les « artificiers » les plus en vue dès les premières pentes. En haut du col de Guizière, les deux leaders provisoires menaient la danse devant un Fabien Antolinos attentif, à moins de deux minutes, et un groupe de neuf unités composé notamment de Bringer, Clavery, Court, Pianet, Martin, Chartoire. IMG_1688Au fil des kilomètres et des difficultés, représentées par un terrain changeant constamment, un quatuor allait sortir du lot, composé de Spehler, Navarro, Antolinos et Lanne. Patrick Bringer était l’un des premiers à abdiquer suite à une grosse entorse de la cheville, suivi bientôt de Stéphane Ricard ou Nicolas Pianet. Malgré un terrain très varié, les positions ne changeaient guère. Personne ne semblait dominer sur les montées raides, ni prendre l’avantage sur les pistes roulantes du parcours Gapençais. Ou peut-être que chacun attendait la dernière difficulté, l’ascension du Pic de Gleize, situé à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée, pour jouer son va-tout. C’est en effet ce qui se passera. Michel Lanne, meilleur grimpeur, n’aura pas réussi à décramponner son monde dans l’ascension, l’écart n’excédant pas les deux minutes entre les quatre premiers hommes.

Tout allait se jouer dans la longue descente finale menant au centre-ville de Gap. D’abord sur les dalles vertigineuses du Pic de Glaize, sis à 2161m d’altitude, puis dans ses marches cassantes, ses single tracks de terre confortables, et sur la partie finale très roulante. Sébastien Spehler, ancien champion de cani-cross, s’y régalera. « C’est vrai que je suis un très bon descendeur. Sans doute à cause du cani-cross. Quand on se fait tracter par un chien de 30kg dans une descente, on est forcé de le suivre, c’est très formateur pour cet exercice » sourit le nouveau champion de France à l’arrivée. « Je savais que je serais certainement à mon avantage dans cette partie si j’arrivais en bonne forme jusque-là. C’est ce qui s’est passé. Je suis passé en tête à 7 km de l’arrivée environ, et ensuite, je n’ai pas relâché mon effort. » IMG_1693Fabien Antolinos, tombé lourdement sur le genou droit sur l’un des derniers passages scabreux de la descente, sera forcé de freiner un peu. Le lyonnais se satisfera pleinement de sa 2e place finale. « Je savais que Sébastien est un jeun plein de talent, qui descend super bien. Je ne me faisais pas trop d’illusions. Donc cette 2e place est une grande satisfaction pour moi » poursuivait le prof d’EPS, qui sera encore sur le pont dans trois semaines à Millau, pour défendre son titre acquis l’an dernier. Michel Lanne, l’animateur du début de course, complétait le podium de ce Championnat de France d’un jour, en prenant la 3e place.

La course fut également à rebondissement chez les filles. Si le parcours avait récompensé la fougue et la jeunesse chez les hommes, c’est l’expérience et l’abnégation que ces championnats honoreront chez les filles, en sacrant Stéphanie Duc. La saison 2013 aura été exceptionnelle pour l’athlète de La Plagne. A 36 ans, elle effectue certainement sa saison la plus dense. Stéphanie aura connu en effet sa première sélection en quine de France lors des Mondiaux de Conwy, avant de décrocher ce titre de championne de France. En l’absence de Nathalie Mauclair, Karine Herry, Isabelle Jaussaud ou encore Maud Gobert, récemment opérée d’un genou, Stéphanie Duc aura remarquablement saisi sa chance. Alors que le début de course était dominé par Christel Dewalle, spécialiste du kilomètre vertical, Stéphanie Duc allait profiter d’une défaillance de la leader pour affecter son effort. « Je l’ai rattrapé au Rabou, à peu près (km 26). Dans les montées, Christel allait beaucoup mieux que moi. Mais je voyais que je pouvais rivaliser en descente… Quand j’ai vu qu’elle marchait dans l’ascension du Pic de Chaudin (km 43), je me suis dit que j’aurai peut-être mes chances » confiera Stéphanie sur la ligne d’arrivée.
Ultime frayeur, à 6km de l’arrivée, lorsque Stéphanie se tord la cheville. « J’ai eu peur, sur le coup. Je me suis forcé à ralentir un peu, mais l’écart était suffisant »Caroline Chaverot, spécialiste de l’Ultra-trail, était assez loin effectivement pour ne pas priver Stéphanie de cette consécration. La vainqueur de la CCC 2013 il y a quelques semaines s’emparait d’un nouveau podium. De quoi en faire certainement la révélation de la saison. Maud Combarieu, elle, complétait ce formidable podium féminin, en s’emparant de l’ultime marche du podium !

Deux heures et demie après le départ de l’épreuve phare de la journée, était donné celui de l’épreuve courte (24km/1400m D+). Malgré un certain manque de visibilité du fait de la simultanéité des deux formats, l’épreuve affichait un superbe niveau, notamment chez les hommes. Pour preuve le podium final : sur la plus haute marche l’indétrônable Julien Rancon, sur un format taillé à sa mesure, devant Emmanuel Meyssat, et le Réunionnnais Raymond Fontaine. Trois hommes issus de la course de montagne qui ont fait merveille sur les hauteurs du Gapençais.
Ultra favorite, Céline Lafaye tenait son rang pour l’emporter chez les filles.

Réactions d’après course de Stéphanie Duc, Fabien Antolinos et Séverine Bovéro.

© Luc Beurnaux

TOP 10 Trail Court
=> Hommes

1 Julien Rancon 1h49:50
2 Manu Meyssat 1:51:10
3 Raymond Fontaine 1:51:10
4 ALains Gillet 1:53:15
5 Sylvain Camus 1:53:43
6 Ivan Bizet 1:53:18
7 Benjamin Bellamy 1:54:11
8 Benjamin Petitjean 1:55:22
9 Romain MAillard 1:55:51
10 Mael Alric 1:56:28

=> Femmes
1 Céline Lafaye 2:11:55
2 Caroline Dubois 02:17:24
3 Séverine Bovéro 02:20:42
4 Carine Emo 02:21:37
5 Sandrine Motto-Ros 02:22:17 (CHAMPIONNE DE FRANCE V1)
6 Laetitia Dardanelli 02:29:58
7 CÉline Dodin 02:30:33
8Anne CÉcile Delchini 02:31:21
9 Sophie Mazenc 02:32:07
10 Julia Combe 02:32:40

TOP 10 Trail Long
=> Hommes

1 Sébastien Spehler 5:17:36
2 Fabien Antolinos 5:18:30
3 Michel Lanne 5:18:38
4 Sylvain Court 5:20:57
5 Nicolas Martin 5:29:02
6 Thomas Lorblanchet 5:31:59
7 Fabien Chartoire 5:32:55
8 Julien Navarro 5:33:06
9 Stéphane Bégaud 5:33:34
10 Maxime Cazajous 5:38:06

=> Femmes
1 Stéphanie Duc 6:29:21
2 Caroline ChaveroT 6:38:48
3 Maud Combarieu 6:43:50
4 Aline Grimaud 6:44:30
5 Aline Coquard 6:44:30
6 Sandrine Scharff-Jamot 6:58:31