Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Des nouvelles de Sylvain Bazin, accidenté au Népal.

Sylvain Bazin raconte sa mésaventure…
 
Après 7 jours sur les sentiers le long de la Tamur River et du Lumba Sumba Himal, dans la Zone de Mechi, située dans la Région Est du Népal, Sylvain Bazin a dû renoncer à son Great Himalayan Trail. Victime d’une double chute, le 1er octobre dernier, il souffre de trois fractures aux bras : une à droite et deux à gauche. De son lit d’hôpital à Kathmandu, il raconte sa mésaventure.
 
Après un départ de Taplejung (1820 m), le 25 septembre dernier, Sylvain a fait route vers le Nord, afin de prendre la Haute Route du GHT, arrivant du Kachenjunga Base Camp. C’est à Olangchunggola (3220 m), au confluent de la Yangma Khola et de la Tamur River, qu’il a rejoint le sentier. Joint jeudi par téléphone, allongé sur son lit d’hôpital à Kathmandu, Sylvain raconte d’une voix claire et apaisée, les circonstances de son double accident. « Jusque-là, la route avait été pénible, car avec la mousson, il y avait eu de nombreux glissements de terrain. Je venais juste de commencer la montée vers le col du Lumba Sumba La (4747 m), lorsque je suis tombé une première fois. Ce fut seulement de ma hauteur, mais de tout le poids de mon corps sur un rocher. Je me suis alors fracturé le bras droit… »
 
Secouru par des Japonais
 
Par chance, Sylvain a rencontré un groupe de 4 Japonais, accompagné par 20 porteurs, et qui faisait le circuit de trekking particulièrement engagé du Lumba Sumba, entre les deux géants orientaux de l’Himalaya : le Kanchenjunga (8586 m) et le Makalu (8463 m). « Tifun, le guide nippon, et ses amis m’ont alors aidé à franchir le col (4747 m), mais dans la descente vers Thudam (3500 m), je suis à nouveau tombé, raconte Sylvain. J’étais fatigué, le sol était instable, une pierre a roulé, j’ai perdu l’équilibre et j’ai chuté, glissé pendant une soixantaine de mètres. La blessure fut plus grave : double fracture du bras gauche. »
 
Opéré à Kathmandu
 
Soutenu par les Japonais, Sylvain a pu atteindre Thudam, petit village Sherpa d’une trentaine de maisons, situé à 25 km au Sud de la frontière nepalo-tibétaine. « Les conditions climatiques ne permettaient pas à l’hélicoptère de voler, alors j’ai continué à descendre jusqu’à Chyamthang (2229 m) », poursuit Sylvain. C’est de ce village Sherpa, situé sur les bords de l’Arun Nadi qu’il a été évacué vers Kathmandu et transféré au Vayodha Hospitals. « Je vais être opéré au Népal, demain (avant hier samedi). Et je devrais être de retour en France cette semaine».
 

« Je suis en vie et j’ai envie de vivre… »
 
Sylvain, qui devait faire une pause durant sa traversée afin de baliser et de disputer l’Annapurna Ultra Mountain, a donc stoppé sa version libre et en solo du Great Himalayan Trail. Un renoncement, certes, mais qui lui a donné envie de vivre. «Sans l’aide de Tifun et de son équipe, je ne sais pas si je serai encore là, souffle-t-il. J’ai vu la mort de près… Et avec mes deux membres fracturés, Terres d’Aventures a fait le maximum pour me rapatrier le plus vite possible à Kathmandu. J’ai aussi conscience que les blessures auraient pu être plus grave… Je suis en vie et c’est dans ces moments-là que l’on a envie de vivre… »
 
Joint par Bruno Poirier.