Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Ecotrail de Bruxelles par Benoît de Préville

Benoît de Préville (Kalenji) termine 2nd en 7h15min du 80 kilomètres de la seconde édition de l’Ecotrail de Bruxelles derrière Bernard Questiaux, il revient sur son expérience Belge.

A l’image de l’Écotrail de Paris, maintenant connu et reconnu, Bruxelles proposait aux coureurs ce samedi de découvrir sa ville côté poumon vert… oxygénant son cœur tout proche !
Malgré le peu de coureurs, du moins sur le 80km solo, l’organisation est remarquablement bien huilée pour cette seconde édition.Au programme, forêts et parcs, en empruntant le maximum de petits chemins.

Au programme aussi, bien que nous franchement désirée, la pluie… mais ça, c’est pour le folklore ! Ca me permettra de savoir ce qu’est une « drache » !

Un peu d’histoire …..

Dès le départ, nous nous retrouvons à deux, Bernard et moi, et commençons à discuter.

Belge, il m’apprend que l’immense forêt de Soignes dans laquelle nous évoluons, nous la devons à la défaite de Napoléon sur ces terres, devenues dès lors terres inconstructibles… pour l’éternité ? Même le ring, périph’ local, les contourne, nous permettant d’être immergés dans une immense forêt en plein Bruxelles !!

Alors que notre premier ravitaillement se situe à proximité du lion de Waterloo, sagement immobile sur son piédestal, nous entamons notre remontée par un autre versant. C’est l’occasion pour moi de craindre que si ce trail devient trop connu… les pressions migratoires vont devenir encore plus fortes vers ces superbes coins !!! Les maisons sont d’une beauté extraordinaire, nichées au cœur d’une verdure omniprésente.

Tout ceci se fait en compagnie de notre ouvreur à vélo, qui partage son temps entre Bruxelles et Millau, et qui nous facilite le travail, évitant de nous poser des questions sur le chemin à suivre, tout en agrémentant cette belle balade de conversations bien sympathiques.

Au second ravitaillement, correspondant au marathon, j’avertis Bernard que mes jambes sont dangereusement raides, et c’est vers la 52ème kilomètre que je lui dis de partir devant tant je me sens vidé… Viennent alors 20 km durs, très durs, où le plaisir fait place à la lassitude. Heureusement, les équipes de « Bike / Bike / Run » (2 vélos pour 3 concurrents) me doublent régulièrement, venant rompre un peu cette solitude dans l’effort.

Beaucoup de passages me font dire que cette course est un peu le « Paris Roubaix» des traileurs, car les portions de pavés sont nombreuses, et parfois rendues bien glissantes par la pluie.

Enfin, les 10 derniers kilomètres me permettent de retrouver un semblant de forme, et de goûter à ce qui m’entoure, en particulier les nombreux parcs, situés sur cette promenade verte spécialement conçue pour les promeneurs et cyclistes.

L’Atomium finit par apparaître, superbe, mais il reste encore une dernière petite boucle, nous permettant de voir encore de superbes édifices, et de passer pas loin du palais du roi.

Pour boucler cette belle balade, il suffit de monter en haut de l’Atomium… 220 marches qui me donnent réellement des ailes ! Un petit salut du haut à ceux qui sont en bas est prévu, et l’arrivée à l’intérieur d’une des boules est bien agréable !

Elle me permet de discuter avec les organisateurs des 2 Écotrails, vraiment soucieux de s’occuper au mieux de nous, et c’est réussi : décidément, dans le nord, la chaleur est vraiment à l’intérieur !!! N’est-ce pas là l’essentiel ???

Je regrette seulement vraiment qu’Isabelle n’ait pu être là, avec nos 4 petits gars, mais en voyant Bernard manger avec son fils qui vient de faire le 50 km… ça me donne des idées pour dans quelques années !!! Faut que je tienne jusque là !

Le retour à Lille chez Jean-Luc me permet de débriefer sur les produits de grande qualité que Kalenji nous offre pour courir… et qu’il cherche à améliorer sans cesse.
Merci à vous, merci à toute l’équipe de l’Ecotrail… et allez tenter l’aventure !!!