Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

F. D’Haene : « Oui, j’ai souffert »

Grand Raid 2016 - Frencois D'Haene

Et de trois ! François D’Haene s’est réveillé ce matin avec un CV encore plus épais. En 23h44’57, et au terme d’une impressionnante démonstration de force, il s’est offert la troisième Diagonale des Fous de sa carrière après ses succès de 2013 et 2014.
Parti très fort, le coureur de Salomon a creusé  un impressionnant écart, comptant plus d’une heure d’avance sur Antoine Guillon à la sortie du cirque de Mafate. C’est là, après le sommet du Maïdo qu’il a commencé à souffrir, sans rien laisser transparaitre, d’abord. Quelques heures plus tard, alors que sa victoire se profilait nettement, François D’Haene, les larmes aux yeux, s’est fait soigner à la Grande Chaloupe, à 24 kilomètres de l’arrivée.
La suite ? Un long calvaire jusqu’à l’arrivée. Incapable de trottiner, et en serrant les dents, il s’est finalement  imposé avec 31 minutes d’avance sur Antoine Guillon. L’Espagnol Javier Dominguez-Ledo a complété le podium.

PHOTOS GRAND RAID 2016

Ce départ rapide, c’était prévu ?
« Ca part toujours vite à la Réunion ! Tant qu’à faire, mieux vaut être devant. Ca évite les bousculades et une mauvaise chute. On s’est vite retrouvé dans un joli groupe en tête. Et puis, le Réunionnais Freddy Thevenin a décidé de mettre le feu après Montvert. Nous nous n’étions plus que tous les deux en tête. Petit à petit, il a lâché.

Et vous êtes retrouvé seul très vite…
C’était vraiment bizarre. Je ne pouvais pas m’arrêter pour l’attendre. Alors je me suis bien ravitaillé, je me suis changé et j’ai décidé de continuer seul à mon rythme. En attendant que ça revienne derrière moi. Je devais juste en garder sous le pied pour Mafate. J’avais vraiment de bonnes sensations. Tout s’est bien passé jusqu’au Maïdo. Là, c’est devenu dur.

Vous n’avez rien laissé transparaitre…
Le Maïdo, c’est toujours compliqué. Surtout à l’heure du déjeuner. Il faisait chaud en bas. Mes jambes sont devenues toutes dures. C’est au sommet, en basculant dans la descente vers Sans-Souci que j’ai commencé à vraiment souffrir. Oui, j’ai souffert. Et cela a été de pire en pire au fil des kilomètres. La Possession, la Grande Chaloupe… C’était très long.

« Je suis allée la chercher très loin… » : F. D’Hhene

Vous vous êtes longuement arrêté à la Grande Chaloupe….
La dernière petite descente pour arriver à la Grande Chaloupe a été un calvaire ! J’avais des larmes qui coulaient le long de mes Grand Raid Reunion 2016 - Frencois D'Haenejoues. J’avais vraiment besoin de me poser un peu. Mes proches étaient là. Ils m’ont bien poussé à continuer. Il fallait attendre que ça passe. Heureusement que j’avais pas mal d’avance. J’ai même pu me permettre de marcher dans la descente vers la Redoute.

Diriez que cette victoire est la plus belle des trois décrochée ici à la Réunion ?
C’est celle où j’ai le plus souffert. Je suis allée la chercher très loin.

A quoi avez vous pensé dans les tous derniers kilomètres ?
A rien ! Vraiment. Je voulais juste arriver le plus vite possible. Et que ça se termine.

Avez-vous eu peur qu’Antoine Guillon vous rattrape ?
J’ai essayé de bien appuyer dans les montées pour amortir le temps que je perdais en descente. C’était juste. Mais cela a suffi.

Et une nouvelle fois vous voilà accueilli en héros au stade de la Redoute…
Oui. C’est toujours aussi génial Je n’ai jamais vu autant de monde sur le Grand Raid que cette année.  Quelle fête ! C’est ce qui fait tout le charme de cette course. J’ai encore vécu un moment fabuleux ».

Hommes

1/ François D’Haene (FR), team Salomon, 23h44mn57s.
2/ Antoine Guillon (FR), Experun Globetrailers, 24h15mn22s.
3/ Javier Dominguez-Ledo (ESP), team Vibram, 24h36mn24s.
4/ Ex aequo Ryan Sandes (AFS), team Salomon / Maxime Cazajous (FR), team Mizuno, 25h23mn32s

Femmes

1/ Andrea Huser (CH), team Mammut, 27h44mn13s
2/ Juliette Blanchet (FR), team Trail Isostar, 29h26mn07s
3/ Emma Roca (ESP), 30h10mn53s

Par Lukas Garcia – photos Organisation – Jean Pierre Vidot

Grand Raid - Frencois D'Haene