Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

#France 2015 : Romain Maillard, le multicarte

Romain Maillard Championnats de France de Trail court 2015

Piste, cross, route, trail, vélo, ski de fond, duathlon (vous pouvez reprendre votre souffle !), Romain Maillard, 36 ans, sera l’un des outsiders dimanche aux championnats de France de trail (qu’il attend « depuis longtemps »), sur le format court (34 km), chez lui au Sancy.
Rencontre avec le multicarte Clermontois.
Preview avec la liste complète des favoris ICI

Comment se sont passées vos dernières sorties ?
On est jamais sûr de rien, mais j’étais bien sur les Muletiers (6 septembre) au Puy-de-Dôme. C’est une épreuve de vitesse pure, 2 km de montée, et j’ai eu l’occasion de battre mon record (2e en 11’52’’ derrière le crossman et marathonien Timothée Bommier, 11’07’’, ndlr). Ça permet vraiment de voir où tu es en du point de vue vitesse en montée.

Sur le GP de duathlon (le 13 septembre à Gray, également support des championnats de France ; Romain Maillard est licencié au Tri Saint-Amand Dun, club de D1, ndlr), çà allait bien sur le plat. J’étais sorti dans le groupe de tête à pied mais je me suis “vautré“ à vélo alors qu’on était dix devant et que çà roulait. C’était bien parti, mais avec la chute et une pénalité, j’ai terminé 19e.

Romain Maillard-Gerard FayetVous avez terminé 4e l’an passé à Buis-les-Baronnies. Vous allez viser le podium ?
Je vais faire du mieux que je peux. Mais viser le podium serait un peu présomptueux vu le monde qu’il y a au départ avec Cédric Fleureton, Julien Rancon, Benjamin Bellamy, Fabien Demure qui vient de faire 19e (aux Mondiaux de courses en montagne), Bertrand Brochot etc… Il y a pléthore de types susceptibles de monter sur le podium. Je préfère faire ma course et voir ce qu’il se passe. Je connais le terrain, mais c’est tout.

Vous avez commencé le trail il n’y a pas très longtemps ?
Ça fait quand même des années que j’en fais. La première fois que j’ai fait le Sancy, ça doit faire 7-8 ans. J’ai toujours couru dans la montagne. Gamin, je préparais les épreuves de ski de fond. Mais je fumais à l’époque. J’ai arrêté il y a trois-quatre ans donc les résultats sont montés un peu en flèche.

Vous vous découvrez des ambitions au fur et à mesure (également 7e du marathon du Mont-Blanc cette année) ?
A chaque fois que je vais sur une course, c’est pour faire du mieux possible. Après, je ne suis pas non plus tout neuf. Je m’entraîne beaucoup (20/25 heures par semaine). J’ai un boulot (pompier professionnel) qui me permet de le faire. C’est vrai que je vis sport. Des ambitions…j’essaie de rester un peu à ma place car il y a quand même des mecs qui ont de vrais palmarès.

« J’aime bien batailler un peu partout »

Vous êtes toutefois un des seuls à vous aligner autant sur les cross (67e des derniers France de cross long cet hiver), sur la piste (1), sur la route (31’02’’ sur 10 km à Houilles en décembre 2014) et sur trail. Vous ne faites donc pas exclusivement que du trail.
Oui, je trouve que cela fait partie du jeu d’aller faire les cross l’hiver. C’est aussi toujours intéressant d’aller voir ce qu’on vaut sur la piste, d’autant qu’on a un super groupe avec Tim (Timothée Bommier), Badre (Badredine Zioini). Je profite de cela. J’aime bien batailler un peu partout. Je fais aussi du ski de fond l’hiver, çà permet de se diversifier, et peut-être de ne pas trop me lasser du coup.

Ce n’est pas trop compliqué de passer de la piste au trail, et inversement ?
Ce sont d’autres sensations mais je ne vois pas trop de différences. Je trouve que c’est dans la continuité de ce que je fais. C’est vrai qu’il y a plein de pistards qui ne passent sur trail. J’ai toujours eu le pied dans la montagne –avec le ski de fond etc…, d’autant que j’y vis. Ça ne m’a jamais vraiment posé de problèmes. En rajoutant le vélo, c’est d’ailleurs ce qui me permet de passer en trail ; de toujours être un peu partout.

Vous avez des objectifs pour la saison prochaine ?
Je n’ai rien défini mais Jeff (2) part au Kenya avec le groupe marathon (en février). Ce que j’avais en tête, c’est d’aller avec eux au Kenya, et préparer tant qu’à faire un marathon pour le début de l’année (son record : 2h41’33’’ en 2009, ndlr). Sans oublier les cross cet hiver puis le trail le reste de la saison.

Par Quentin Quillon – ©photos Fred Bousseau – Gérard Fayet

(1) Romain Maillard a signé son meilleur résultat aux France de cross cet hiver (67e et champion de France par équipes avec Clermont – il a terminé 6e de son équipe : « j’ai eu en trois ans les trois couleurs de la médaille grâce aux champions de mon club »), battu cet été ses records personnels sur 3 000 m (8’46’’82), 5 000 m (14’58’’48), et sur route en décembre 2014 (31’02’’ à Houilles).

(2) Romain Maillard s’entraîne au Clermont Athlétisme Auvergne sous la férule de David Pellabout. Le groupe de ce dernier et celui de Jean-François Pontier (qui compte en son sein les marathoniens Timothée Bommier et Badredine Zioini ainsi que des jeunes internationaux tels qu’Anthony Pontier) s’entraînent désormais ensemble.

Romain Maillard - Team Craft