Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

GRP 2013 : Iker, Karine, Maud, Jérôme et les autres…

Terminer un Grand Raid des Pyrénées (GRP) n’est jamais une mince affaire. Le parcours est en effet technique, piégeux, parsemé de cailloux, racines et cailloux qui font que la vigilance du coureur doit être totale à chaque instant.  Et si la météo n’est pas optimale, cela peut vite devenir un chemin de croix ou donc un vrai petit exploit que chacun garde ensuite au fond de sa mémoire pour s’en délecter ensuite en période de repos.

GALERIES PHOTOS DU GRP 2013 :160 KM ICI & 80 KM ICI (© JM Mouchet)

CLASSEMENT DU GRP 2013 : 160 KM ICI
CLASSEMENT DU GRP 2013 :  80 KM ICI

Cette année, l’association Majuscule, qui est à la base de l’organisation, accueillait un nombre recors de participants avec 10 équipes de 4 sur le Raid de 240km, avec 974 coureurs sur l’Ultra de 160km et 1197 sur le Grand de 80km. C’est dire si les Pyrénées, à l’instar des Alpes, attirent du monde. D’autant plus que le quota a été atteint quasiment dans la foulée de l’ouverture des inscriptions sinon on aurait probablement dépassé les 4 ou 5000 partants. Mais ce GRP sait aussi rester convivial et humble. La petite bourgade de Vielle Aure était déjà amplement surpeuplée pour l’événement et il est évident qu’elle ne pourra certainement pas supporter en terme logistique plus de traileurs. C’est ce qui fait le charme de la course et aussi que les traileurs patientent du coup, une année sur l’autre, pour tenter leur chance…

La météo n’aura pas rendu les choses faciles cette année encore. En effet les quelques orages qui s’abattaient ici et là durant le week-end, plus la pluie qui a commencé à tomber le samedi avant le départ du 80km à 5h du matin, a rendu quelques parties particulièrement mouillées et surtout les coureurs ont dû constamment jouer entre l’air chaud ambiant (17°C par exemple à 5h au départ du 80km et plus de 25°C dans la journée du vendredi) et les moments beaucoup plus froids et humides où l’on frisait plus les 2 ou 3° C. Les corps n’aiment pas tellement ces changements surtout quand ils sont déjà malmenés par l’effort à fournir.

Les favoris au rendez-vous.

Aussi si l’équipe « Les Parfumeux » a mené rondement sa danse sur le 240km, nous tenant constamment en éveil durant tout le weeek-end avec ses 65h au compteur, le grand « Star » de cette 6ème édition fut sans nul doute, Iker Karrera.
GRP 2013 - Karine Herry - JM Mouchet - 08 L’espagnol était annoncé comme grandissime favori et il n’a pas déçu. Il a fait un petit bout de chemin avec Brice Dijoux, le Réunionnais, et puis il s’en est allé seul, quérir un nouveau bouquet en 24h54’. Jamais il n’a semblé devoir être inquiété, toujours souriant, toujours frais, toujours sur le même rythme. Il arrive sur la place de Veille Aure juste après le départ du 80km à 6h du matin. On note donc que son dauphin, lui, a bien tenu le coup. Brice Dijoux est resté deuxième quasiment tout du long et n’a jamais craqué. Contenant même le retour de Sébastien Lefebvre, habitué de ce genre de distance, qui a fait une belle remontée pour finir sur le podium. Karine Herry, pour sa dernière sortie sur Ultra officielle (voir Interview ICI), ne pouvait pas, ne pas gagner. Pourtant elle a dû savoir être patiente, construire sa course et ne prendre la tête qu’en deuxième partie de course. Elle a passé l’espagnole Néréa Martinez qui finira plus loin et Fanny Nédelec arrive finalement plus de 3h derrière elle pour la deuxième place.

Sur le 80km, finale de la Trail Running Cup Salomon Endurance Mag, jamais le niveau n’avait semblé aussi haut cette année. En tout cas, jamais la densité n’avait été aussi remarquable aux avant-postes. On se souvient encore du cavalier solitaire de Dawa Sherpa en 2012, là ils vont être une poignée à animer constamment la tête de course. On a pensé GRP 2013 - Jerome Fournier - JM Mouchet - 19tout d’abord que Pierre-Laurent Viguier, qui a pris les commandes vers Artigues, au 30ème km, allait s’en aller pour ne plus être inquiéter, puisqu’avant Tournaboup, il comptait même 5’ d’avance. Mais ce dernier sera victime de maux de ventre après le col de Barèges et devra mettre le frein. Il réussit toutefois à garder sa place sur le podium. Devant c’est le Luchonnais Jérôme Fournier, pas vraiment habitué à des distances longues, malgré cette année sa 11ème place aux Citadelles (sur le 72km) qui va créer la surprise. Il va tenir jusqu’au bout, lui l’excellent grimpeur, et même creuser un peu son écart dans les tous derniers kilomètres. Il finit devant Julien Navarro, mais à un quart d’heure tout de même… Maud Combarieu a été, quand à elle, impériale et radieuse. Personne n’a jamais semblé en mesure de lui ravir sa couronne, même si Sandrine Prisse, finalement, ne termine pas si loin. Une vingtaine de minutes. Quasiment toujours le même écart tout du long !

Les Pyrénées des lacs et des sentiers bucoliques, les Pyrénées des sommets aussi avec son Pic du Midi, ont laissé passer tout ce monde durant trois jours. Il tarde déjà d’être à la prochaine édition !

SITE DE L’ORGANISATION

Rémy Jégard – ©  Photos : JM Mouchet

GRP 2013 - 80km - JM Mouchet - 02

GRP 2013 - JM Mouchet - 03