Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Ils voulaient voir le Mont-Blanc….

Le récit de l’épopée d’un couple de coureurs Bordelais qui était inscrit sur le Cross et le Marathon du Mont-Blanc et qui a vécu quelques mésaventures mais….. quand on aime … on ne compte pas !!!

Vendredi 26 juin, 19h30, départ pour l’aéroport de Bordeaux, embarquement prévu à 20h55. Nous ne le savons pas encore mais la course du Mont-Blanc pour nous vient de commencer. Un peu de monde sur la route mais nous arrivons à l’aéroport à 20h10. Le temps de trouver le bon guichet (1ère hôtesse d’accueil : « le terminal A se trouve au bout du hall là-bas »). Le tableau d’affichage indique les guichets 19 à 20 : personne au comptoir. A droite destination Oslo, à gauche Casablanca mais au 19/20 … vous restez là ! 2ème hôtesse qui ne comprend pas non plus cet enregistrement fantôme (d’autant que le vol est annoncé retardé à 21h10), elle nous indique un guichet derrière lequel se trouve une 3ème hôtesse aussi « souple » que son chignon tiré à 4 épingles : « c’est trop tard pour l’enregistrement, il fallait être là 45mn avant le départ » (pour info, au vol retour, on nous a annoncé 30mns). Nous voilà plantés là, destination zéro, et mon départ pour le cross du Mont-Blanc prévu le lendemain à 8h30, et celui de Pascal pour le marathon le dimanche à 7h00. On ne peut se résigner à rester cloués au sol, plus de vol certes, mais en voiture c’est jouable : des larmes, je passe aux rires lorsque Pascal me sort une pièce et me dit : « Pile, on y va en louant une voiture, Face, on rentre à la maison ». Voilà, la pièce tourbillonne … C’est Pile.
22h00, nous voilà partis de Bordeaux direction Lyon pour 6 heures de voiture où nous attendent Pascale et Christophe que nous devions retrouver à l’atterrissage à 22h00. Les voilà contraints de poser leur caravane tout près de l’aéroport où nous déposerons la voiture de location vers 4h00 du matin.
Bref, nous les retrouvons sourires aux lèvres comme des enfants devant l’aéroport de Saint-Exupéry, ça y est Mont-Blanc, nous voilà !
Arrivés à 6h30 à Chamonix, nous récupérons nos dossards et après cette mémorable nuit blanche, me voilà sur la ligne de départ du cross à 8h30 comme prévu !!!!!
Notre récompense fût grande et à la hauteur de l’épopée : quel week-end magnifique en tout point. La nature est généreuse et nous a offert un spectacle de toute beauté. Chanceux nous sommes que de pouvoir gravir monts et montagnes (au sens propre et au figuré !) ; et nous sommes riches de cela.
Le retour s’est fait comme prévu ……. en avion…. et sans encombres.