Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Interview Alexandre Daum

Alexandre Daum (AS VEO 2000), 31 ans, semble bien parti pour réaliser une belle saison en 2011. Après une troisième place sur le Trail Blanc de Serre Chevalier il a confirmé sa belle forme actuelle et remportant un succès probant dimanche sur les 33 kms du Pilat Raidlight Winter Trail.
 
Endurance Mag : Alexandre, comment as tu géré ta course aujourd’hui, avec ces conditions très froides (-15°) ?
Alexandre Daum : Les conditions ne m’ont pas gênées, j’étais bien équipé. Seuls les ravitaillements étaient problèmatiques car tout gelait dans les bidons et aux postes aussi les bouteilles gelaient. Donc je n’ai pas bu grand chose. Mais cela ne m’a pas déconcentré, j’étais fixé sur mon objectif.
 
EM : Et le fait de ce départ commun aux trois courses (13, 23 et 33 kilomètres) cela n’est pas déstabilisant quand on vise la victoire?
AD : En fait non, je suis parti avec les premiers du 13 et du 23 et j’ai vite su que j’étais en tête du 33. Comme j’avais couru ici l’an passé où j’avais terminé deuxième derrière Benoit Laval en 2h45 mais avec une couche de neige beaucoup plus épaisse, j’avais estimé que je pourrai courir en 2h30 au vu de l’état du sol aujourd’hui. Et c’est ce que j’ai fait, même cinq minutes de mieux. Quand j’ai su que Benoit ne participait pas cette année, je me suis dit que je devrai faire la course seul, à mon rythme, pour l’emporter. Le parcours était roulant, la couche de neige permettait de courir normalement, il fallait juste faire attention à quelques pièges sur les plaques de glace.
 
EM : Après un podium sur le Trail Blanc, ta saison démarre bien, quels sont tes projets pour 2011 ?
AD : C’est vrai que j’aime bien l’hiver, les trails blancs. Pour l’instant tout n’est pas encore fixé. Je pense cependant courir à nouveau au Tour des Glaciers de la Vanoise. J’y ai bien couru deux fois mais la troisième fois, l’an passé, j’y ai connu ma plus grosse défaillance de ma courte vie de coureur… J’étais dans le trio de tête et puis plus rien à partir du 55e kilomètre. Je me souviens d’un calvaire pour monter le col de Chavières. C’est une course que j’aime bien alors je vais peut-être y retourner. Je suis aussi tenté par viser une bonne performance à Courchevel où j’ai remporté le 34 kms l’an passé…Et il y a d’autres courses…
 
EM : Quelles sont tes conditions d’entrainement ?
AD : J’ai la chance de travailler comme technicien forestier dans le massif de l’Ubaye et c’est une chance inestimable. Je suis tout le temps dans la montagne. L’hiver, c’est souvent skis au pied. Pour se préparer au trail c’est vraiment un avantage de vivre en montagne. J’ai des amis à Paris qui doivent vraiment s’inventer des entraînements pour préparer l’UTMB par exemple. Ce n’est pas le cas dans l’Ubaye. C’est tellement simple de partir plusieurs heures en montagne.
 
EM : Un point sur lequel tu penses pouvoir t’améliorer pour passer un palier cette année?
AD : Je pense que je vais vraiment testé plus de choses aux ravitaillements et travailler cela. Comme beaucoup, j’ai souvent tourné aux gels, mais sur le long je trouve que ce n’est vraiment pas toujours facile de s’y astreindre et j’ai des difficultés à les assimiler. Là je teste un ravitaillement liquide salé qui me parait apporté un plus pour la digestion. Je sature trop du sucré. Je pense que cela peut être une clé surtout si je veux aller vers des ultras dans l’avenir.