Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Interview de Nadège Cavagna, lauréate du 23km du Trail de Mirmande

On te connaît bien en Rhône Alpes, mais peut-être moins dans les autres régions…
J’ai commencé la course à pied, il y a environ huit ans par la route et en intégrant le club de l’Entente Athlétique de Chambéry (EAC), notamment la section trail. Aujourd’hui, je suis une habituée des courses de montagne. J’ai commencé sur du 25 km, puis, j’allonge progressivement.
L’année dernière, il y a eu les 18 km des Côtes d’Arey (1ère féminine, en battant le record au temps), l’Incontournable à Pralognan la Vanoise 33 km (2ème), la CCC en 14h40 (18ème), le Tour du Lac du Bourget 57 km en relais à 3 (3ème équipe mixte), les Foulées des côteaux 18 km (1ère féminine), etc.

A Mirmande, c’était une première ?
Oui, c’était la première fois. J’ai adoré le profil, les côtes, les relances… J’ai une bonne puissance musculaire, je monte assez facilement. Depuis le mois de juin de l’année dernière, je vais en salle une fois par semaine pour des séances de step, de vélo elliptique, et j’ai l’impression que ça a payé. Les cross m’ont beaucoup aidée aussi. J’ai recommencé la saison avec deux première places, sur la course du Suzon près de Vienne, début mars, et le week-end dernier, à Mirmande.

Tu travailles chez ActivaSport à Chambéry, qui est à la fois ton employeur et ton sponsor. Tu disposes de quelles facilités pour t’entraîner ?
J’ai des horaires et des demi-journées aménagés dans la semaine. J’ai aussi la chance d’avoir deux coachs qui sont aux petits soins pour moi : Bruno Freudenreich, triathlète de haut niveau et responsable de la section hors stade de l’EAC, et Christine Denis-Billet, dix sélections en équipe de France du 100 km. J’ai le côté technique et pointu avec Bruno, et l’expérience terrain et le côté « féminin » avec Christine. En ce moment, mon gros objectif, c’est Cruet, le Grand Raid 73 dans le massif des Bauges, qui aura lieu le 25 mai (73 km et D+ 4 800 m).

Pour un objectif comme celui-ci, il faut se préparer combien de temps avant ?
Cruet, ça fait deux ans que je veux le faire, mais pas sans préparation spécifique, car cette course est difficile et très traumatisante. C’est un enchaînement de longues montées et descentes… Pour cet objectif, j’ai fait les cross cet hiver ; ils m’ont aidée à gagner en rapidité. Et depuis début mars, je m’entraîne tous les jours sauf le samedi.

Mes semaines alternent des séances de VMA (mardi), salle (mercredi), côtes (jeudi), seuil (vendredi) et sorties longues vallonnées (dimanche et lundi). J’ai du casser de la fibre, pour renforcer le muscle et mieux encaisser les descentes. J’essaie aussi de « doubler » une fois par semaine, en intégrant à ma séance journalière une séance à jeun le matin. Puis, je vais devoir m’organiser dans les semaines à venir pour réaliser des sorties longues d’au moins cinq heures, le dimanche. J’essaie de suivre le plus assidument possible mes plans d’entraînement par respect pour le travail de mes coachs, et parce que j’ai envie de progresser encore techniquement.

Texte et photos : Nathalie Mathieu