Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

ITW de Dakota Jones : « pour moi Kilian est un exemple »

Dakota Jones vient de remporter la 4ème édition de La Transvulcania devant les 2 grands favoris Andy Symonds et Kilian Jornet.
Une suprise ???, pas tant que ça quand on connaît les performances du jeune Américain que certains observateurs avaient déjà repéré en 2010.

Dakota Jones, humble et réservé, nous a accordé quelques instants au lendemain de cette course mémorable, il sera ce samedi au départ de Zégama avec ses compatriotes Américains.

Peux tu te présenter en quelques mots :
J’ai 21 ans, (il fêtera ses 22 ans le 5 décembre prochain),  je suis originaire de Durango (Sud du Colorado).
J’ai étudié la littérature Anglaise à l’université et depuis 6 mois je suis professionnel de la course à pied, j’ai intégré le team Montrail, je ne fais donc plus que ça.
Je viens de l’athlétisme, j’ai toujours couru mais je n’ai pas de référence sur 10 km ou sur semi marathon, je pratique aussi l’escalade et le ski.
Je vis dans le Colorado, sans avoir de domicile fixe et je m’entraîne aussi là bas.
J’ai remporté il y a 1 mois le Trail Lake Sonoma (50miles), terminé second de la Hard Rock 2011 (derrière Julien Chorier), second de la TNF San Francisco 50M (derrière Mike Wolf) et j’ai gagné la course du Grand Canyon (42miles – 3000 D+) en 2012 et 2011 (avec le record de l’épreuve l’an passé en 6h53min).

As tu pensé que tu pouvais perdre la course ?
Je n’ai jamais cru à la victoire avant les 2 derniers kilomètres, dans la dernière descente avant la plage Andy Symonds est revenu sur moi et Kilian Jornet, je me suis alors dis qu’être 3ème serait une bonne place.
Après le ravitaillement de la plage, on est reparti ensemble, Kilian n’était pas bien (il était tombé déjà 2 fois), j’ai alors repris mon rythme sans jamais accélérer.
Dans la dernière montée au milieu des bananiers, je marchais, Andy courait mais j’arrivais à lui reprendre un peu de distance.

Dans la dernière ligne droite  à l’entrée de Los Llanos, je me suis retourné, je ne le voyais plus, j’ai alors pensé à ce moment là que j’allais gagner.

Que représente cette victoire face à tous ces coureurs ?
Ce n’est qu’un début (rire) !!!
Je suis très content, c’est une belle victoire mais ce n’est pas non plus un aboutissement !!
J’étais dans un bon jour et j’ai pu voir que je pouvais m’accrocher aux meilleurs et courir au même niveau que Kilian Jornet, Andy Symonds, Mike Wolf et les Européens.

Kilian avait gagné l’an passé la Western States (première fois qu’un non Américain gagnait cette course), est-ce que c’était « une revanche » de vouloir gagner en Europe ??
Non, pas du tout, j’estime qu’il n’y a pas de différences entre les compétiteurs.
Chacun fait sa course et le meilleur l’emporte, il n’y a pas de « guerre » Europe / USA.
J’aimerai bien que plus d’Européens viennent courir les grandes courses des Etats Unis.

Quel type de terrain de convient le mieux ?
J’aime la montagne, j’aime courir en montagne, c’est un milieu qui me plaît et me convient.
J’apprécie particulièrement les parties techniques que je passe bien, c’est d’ailleurs le type de terrain ou j’évolue dans le Colorado.
Je m’entraîne entre 15h et 20h par semaine, je m’adapte donc assez bien à la chaleur et j’ai bien supporté les conditions de course de La Transvulcania.

Comment juges tu le niveau en Europe ??
Il y a un très bon niveau en Europe, j’ai vu des coureurs que je ne connaissais pas.
En Europe, il y a de l’argent sur certaines courses ce qui va aussi faire que le niveau va s’accroître.

Ici, il y a un vrai engouement avec des courses très populaires comme La Transvulcania, Zegama, UTMB®, c’est incroyable de voir tout ce public à l’arrivée et que certaines épreuves sont retransmises à la télévision.
Aux US, on passe un peu pour « des fous », notre sport est méconnu au delà de la communauté des Ultra-Trailers.

Que penses-tu de Kilian Jornet ?
C’est un mec super avec beaucoup de talent.
Il a de grosses capacités mais je sais aussi qu’il travaille très dur et qu’il passe beaucoup d’heures en montagne….pour moi, Kilian est un exemple.
Il a un très bon esprit, nous avons couru presque 6 heures ensemble et même si nous n’avons pas beaucoup parlé, je pense qu’il était plus fort que moi et qu’il avait le niveau pour gagner.
Dans les montées, il prenait quelques longueurs d’avance et m’attendait en haut, il était facile, je m’accrochais et je pensais qu’il pouvait partir à tous moments et que je ne le reverrai plus….avant l’arrivée !!

Quels sont tes points faibles ?
J’ai vraiment besoin de me perfectionner en montée (sourire).
Je dois travailler la puissance et le rythme pour être meilleur surtout en fin de course.
Mais je dois aussi travailler le mental pour mieux me préparer aux longues distances.
Il faut que j’apprenne à repousser mes limites psychologiques et accepter de pousser mon corps aux limites de ce qu’il peut supporter tout en gardant le même rythme.

Va t-on te revoir en Europe ?
Oui, je reviendrai courir en Europe, peut-être cette année, mais ce n’est pas sûr.
Je prévois de revenir à Chamonix en 2013 pour l’UTMB® (NDLR : il avait abandonné l’an passé).

Recueilli par Fred Bousseau (avec la très sympathique collaboration de Joe Grant).