Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

ITW de Max King : "En europe, le trail est plus technique"

Max King, Champion du Monde de course en montagne 2011 était l’un des invités de cette 11ème édition du Marathon de Zegama, ou il a terminé loin de ses objectifs (16ème).
L’occasion de rencontrer ce coureur discret au petit gabarit qui dégage une énergie et une tonicité impressionnante.
Peux tu te présenter en quelques mots :
Je suis originaire de Bend, dans l’Oregon, je suis marié et j’ai un petit garçon de 2ans ½.
J’ai une formation d’ingénieur en pharmaco-chimie mais depuis 4 ans je suis professionnel et je vis de la course à pied.
Je pratique la course à pied depuis que je suis au lycée, j’ai fait de l’athlétisme avec du cross country, de la piste et beaucoup de courses sur route.
Depuis 2 ans, l’hiver Je pratique, comme Kilian (sourire), le ski de montagne dans l’Oregon.
J’ai récemment réalisé 2h14min sur marathon dans le cadre des sélections Américaines pour les Jeux Olympiques de Londres (NDLR : il n’a pas été qualifié pour les JO).
J’ai remporté en 2011 les Championnats du Monde de course en montagne en Albanie et j’ai gagné 4 fois consécutives les X-Terra World Championship.
Etais tu déjà venu courir en Europe ?
Oui, j’ai participé en 2011 à Sierre Zinal, ou j’ai terminé déçu à la 19ème place.
J’avais également pris part à des Championnats du Monde de Cross en Irlande mais, Zegama était mon second Skyrunning Marathon en Europe.
Comment as-tu préparé ce rendez vous de Zegama ?
Pour moi c’était une course très importante …………
Je me suis bien préparé, j’ai effectué beaucoup de travail en dénivelé pour cet objectif, mais je n’étais pas assez prêt pour les descentes difficiles.
A Sierre Zinal, l’an passé j’avais connu une défaillance, j’étais bien parti, j’avais fait une bonne ascension, mais une fois que j’étais sur le replat je n’avais plus de « jus » pour relancer, je ne souhaitais pas que cet situation se reproduise.
D’ailleurs ma préparation pour les courses en montagne et le Trail m’a permis d’améliorer mes temps sur route.
Comment se compose le reste de ta saison ?
Je n’irai donc pas aux Jeux Olympiques, je suis un peu déçu, car les Jeux Olympiques restent un rêve pour tous sportifs.
J’ai accepté cela, et je me dis que la course en montagne est un sport fabuleux qui me plaît beaucoup, je vais me re-concentrer sur cela.
J’attendais mon résultat ici pour décider de la suite de ma saison, je reviendrai sans doute à Sierre Zinal, je pense courir Speed Goat fin Juillet et peut-être Pikes Peak.
Entre temps j’espère participer aux Championnats du Monde de Course en montagne en Italie.
Tu as couru des marathons aux côtés de coureurs africains, penses tu qu’ils puissent gagner des trails d’une distance semblable au marathon ?
Ce sera difficile pour eux de venir s’imposer sur ce type d’épreuve dans l’immédiat car leur style de course et leur physiologie est adapté à la course sur route et non aux courses techniques.
Je pense que  s’ils s’y mettent ils pourront gagner, mais cela demandera une grosse adaptation et beaucoup de travaille spécifique.
Quel regard portes sur le trail en Europe ?
C’est complètement différent, beaucoup plus technique en général, il faut préparer chaque course spécifiquement en travaillant le dénivelé positif et négatif et pouvoir aller aussi courir dans les passages techniques.
Ici il y a une culture de la montagne très importante, les bons coureurs sont spécialisés dans les courtes distances ou les longues distances, il y a alors plus de prétendants à la victoire.
Aux Etats Unis, nous avons surtout des longues distances, nous allons devoir nous  adapter à courir sur des formats plus courts.
Recueilli par Fred Bousseau avec l’aimable collaboration de Joe Grant.