Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

ITW de Raymond Fontaine, Champion de France de KV 2013

Entretien avec Raymond Fontaine (Team Asics Trail) qui depuis son île de La Réunion natale, revient sur son titre de Champion de France de kilomètre vertical, lors de cette première édition organisée à Saint Martin de Vésubie, mais aussi sur son échec aux Championnats de France de course en montagne et sur la suite de sa saison.

Résultats complets ICI

Comment expliques tu ta contre performance aux France de Montagne et comment as tu rebondi ?
Championnat de France de KV
Les France de montagne en Alsace était pour moi l’un des plus gros objectifs de la saison. Malheureusement comme vous l’avez pu constater, ce fut un échec total pour moi, pas de podium et pas de sélection.

Grosse déception bien évidemment, car je l’avais beaucoup et peut-être un peu trop préparé.
Le semaine suivante fut très difficile à digérer, car c’était la première fois que je revenais sur mon île avec un tel résultat surtout dans une discipline ou j’ai remporté huit titres de Champion de France.

Après réflexion et un retour sur ce qui a été fait dans le cadre de ma préparation avec mon entraîneur Eric Lacroix, et avec les encouragements de mes proches je me suis petit à petit remis de cette contre performance, car il fallait agir vite si je voulais être prêt pour le Championnat de France du kilomètre vertical qui se profilait à grande vitesse.

Passeé ce délai (j’ai repris les grosse séances le samedi d’après les France), très remonté je me suis vite remis au travail en ne pensant qu’à cette ultime épreuve qui devenait  pour moi le seul moyen de me rattraper de faire vite oublier cette échec à moi-même ainsi qu’aux gens qui ont toujours cru en moi.

Entre le moment de la réflexion et de la reprise des séances, ça été un moment décisif car beaucoup de questions sont passées en boucle dans ma tête.

Il m’a fallu beaucoup de courage et de persévérance pour ne pas renoncer à ma prochaine course sans réellement savoir si j’allais retrouver ma condition physique et surmonter toutes les contraintes psychologiques.

N’est-ce pas difficile de battre son co-équipier de Team (Manu Meyssat) ?

Effectivement, courir contre quelqu’un qui fait parti du même team n’est pas toujours évident, surtout quand c’est quelqu’un pour lequel on éprouve beaucoup d’estime pour l’avoir cotoyé depuis des années sur les courses et en équipe de France.
Mais rassurez-vous, je me suis excusé auprès de l’intéressé à l’arrivée au sommet en lui disant que celle-là était pour moi et que j’en avais vraiment besoin.

Après, on pratique une activité en individuelle et on doit chacun faire de son mieux à chaque fois. Mais pour moi, ça reste une victoire pour tout le team ASICS, car on l’a construit ensemble et beaucoup de personnes avaient mis leur confiance en moi sans jamais me mettre de pression. Je tiens à remercier tout particulièrement notre manager Laurent Ardito, ainsi qu’à Cathy pour leur boulot monstre.

Tu n’aurais pas préféré être au KV de Chamonix et au Cross du Mont Blanc ?

Les deux, pour les simples et bonnes raisons, que j’aurais vraiment aimé être de la fête à Chamonix sur le kilomètre vertical et je n’aurais certainement pas été le dernier sur cette course vu ma condition physique actuelle.
De plus, comme tout bon athlète qui se doit de respecter une hiérarchie fédérale, j’apporte beaucoup plus d’importance à un championnat de France que ce soit la discipline qu’à une course ordinaire, car un titre surtout pour le premier de l’histoire ça restera dans les annales, mais gagner le kilomètre vertical à Chamonix pas sur qu’il y aura grand monde qui s’en souviendra.

Sierre-Zinal* sera ta prochaine échéance, comment va tu préparer ce rendez vous ?
Sierre ZinalExact, ce sera mon prochain rendez-vous. Mais comme je n’ai pas l’habitude de m’endormir sur mes lauriers, encore deux petites journées de repos pour récupérer de la course et surtout de mon déplacement éclair, ensuite ça sera reparti pour un cycle de travail.

Mais je vous l’avoue que je serai beaucoup plus serein dans ma préparation, d’une part parce que les sensations depuis deux ans n’ont jamais été aussi bonnes, et d’autre part être entouré de personnes qui vous donnent toute leur confiance me booste à me surpasser davantage.
Merci à ma femme et à mes deux enfants qui n’ont jamais douté de moi et qui me poussent à aller toujours plus loin.

Encore un grand merci de l’intérêt que vous portez à notre grande discipline.

* Raymond Fontaine a terminé 4ème en 2012 de cette classique à 8min36s de Marco De Gasperi

Par Fred Bousseau (© photos : Mouv-up & Fred Bousseau)