Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Kilian plus vite, Jornet plus fort, Burgada plus haut…

Ce fut sous un Mont-Blanc dans toute sa splendeur que le 11e Marathon du même nom s’est élancé.  Au programme : 42 km, +2511 m, -1490 m, de Chamonix (1035 m) à Planpraz (2050 m). Un départ rapide à l’image du déroulement de la course. Recordman de l’épreuve, Kilian Jornet (Espagne) avait annoncé la couleur. « Si je suis poussé dans mes retranchements, je pense que pourrais mettre moins de 3 h 38. » La vitesse ascensionnelle de Marco De Gasperi (Italie), en tête au Col des Posettes, n’a pas contraint le Catalan à se mettre dans le rouge. Ni même dans le jaune, l’autre couleur de son drapeau «  sang et or ». « La course s’est accélérée à Argentière, expliquait Kilian. Marco est parti vite, mais je l’ai repris dans la descente. »

LE FILM DE LA COURSE commenté par Kilian Jornet

60 PHOTOS POUR ILLUSTRER CE MARATHON

Après que le Transalpin ait terminé son échappée belle, les deux hommes ont couru de concert et effacé les secondes au rythme des mètres verticaux gagnés. Si bien qu’à Trélechamps, le duo avait six minutes d’avance sur le temps de référence. Alors que l’Espagnol Luis Alberto Hernando Alzaga était pointé à trois minutes de la paire catalo-ultramontain. Lancé dans un contre-la-montre, autant vertical qu’horizontal, Kilian et Marco étaient toujours ensemble à La Flégère. C’est à ce moment-là que l’Isard de Puigcerda a pris son envol. Une impression encore dans la dernière bosse avant Planpraz où l’ultra-terrestre courrait encore, alors que l’Italien marchait, les mains sur les genoux… Battu lors du Kilomètre Vertical par le Colombien Saul Antonio Pauda Rodriguez, Kilian a démontré que de « zéro à l’infini », il était le plus vite.

Marco de GasperiPlus vite que l’an passé (3 h 38’24) et comme pour montrer qu’il n’habitait pas, tout à fait, sur la même planète, Kilian a « satellisé » son propre record en 3 h 30’41. « Comme le niveau était plus relevé, je savais que le record serait battu, rapportait-il à son arrivée. Marco fait partie des meilleurs mondiaux et courir ensemble nous a permis d’aller plus vite… Cette année, il y avait les meilleurs à Chamonix et cela fait plaisir de courir et de gagner à domicile (Kilian habite aux Houches, ndlr). Le parcours du marathon est roulant, alors réalisé 3 h 30 c’était possible… » Reste qu’il devra revenir l’année prochaine pour descendre sous les 3 h 30 ? Et de répondre : « Oui », dans un sourire.

Si Kilian a été plus vite, Jornet a été aussi le plus fort… « Il m’a poussé durant toute la course, soufflait Marco. Pourtant, j’avais fait le choix de partir vite, mais Kilian était vraiment plus fort. » Compliment pour compliment, mais aussi respectueux de la course de son adversaire du jour, le Catalan soulignait : « Pour son premier marathon, Marco a fait une course exceptionnelle. » Comme à Zegama, les écarts entre les concurrents se resserrent sur le Circuit Skyrunning.
Si à Chamonix, il y avait une minute entre Kilian (3 h 30’41) et Marco ( 3 h 31’42), en Espagne, le Catalan n’avait que 10 secondes d’avance sur Luis Alberto Hernando Alzaga (Espagne). Certes, cela ne l’a pas empêché de remporter son sixième succès sur le Zegama Aizkorri Marathon (42 km, +/- 2736 m), mais comme le précise Kilian : « Il n’y a pas que sur le format marathon que les écarts diminuent, en ultra aussi. »

A Chamonix, si Kilian a été plus vite et que Jornet a été le plus fort, pour preuve ses presque six minutes d’avance sur Alberto Hernando (3 h 36’14), Burgada est resté le plus haut en enfilant le maillot de leader du circuit Skyrunning.

Le Top 10 messieurs
1. Kilian Jornet (Catalogne/Espagne) 3 h 30’41 ; 2. Marco De Gasperi (Italie) 3 h 31’42 ; 3. Luis Alberto Hernando Alzaga (Espagne) 3 h 36’14 ; 4. Nicola Golinelli (Italie) 3 h 43’02 ; 5. Eirik Dagssonn Haugnes (Norvège) 3 h 47’59 ; 6. Didier Zago (France) 3 h 48’42 ; 7. Alex Nichols (USA) 3 h 48’54 ; 8. Jordi Bes-Ginesra (Espagne) 3 h 53’22 ; 9. Florian Reichert (Allemagne) 3 h 55’45 ; 10. Oli Johnson (Grande-Bretagne) 3 h 56’32…

Bruno Poirier – © Fred Bousseau

Marathon du Mont Blanc