Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Le combat de L. Vicente et A. Camboulives pour le maillot tricolore à Zermatt

Laurent Vicente et Aline Camboulives - Championnats du Monde 2015 de course en montagne

Disputée le samedi 4 juillet 2015 au cœur du Haut-Valais, le légendaire Zermatt Marathon servait de support, pour son 14ème opus, aux Championnats du Monde de course en montagne longue distance sous l’égide de la World Mountain Running Association.

Deux Français, à savoir Aline Camboulives et Laurent Vicente, arboraient pour l’occasion la tunique de la sélection tricolore, constituée à… trois jours de l’échéance !

Aline Camboulives 2ème, Laurent Vicente 17ème.

D’une longueur certifiée de 42,195km pour un différentiel positif de 1944 m et négatif de 444 m, l’épreuve s’élançait à 1116 m de Saint-Niklaus avant d’atteindre, à mi-parcours, la célèbre station de Zermatt, à 1615m. L’arrivée était jugée à Riffelberg, à 2585m, deuxième des trois gares intermédiaires située sur la fameuse ligne de chemin de fer à crémaillère, mise en service en 1898 et joignant Zermatt à la montagne du Gornergrat, à 3090m. En guise de récompense aux héros du jour, l’admirable panorama frisait l’indicible, embrassant en effet pas moins de 29 sommets de plus de 4000m, dont l’emblématique Cervin (4478m), et ce sur les 82 portés aux nues par la chaîne alpine. De quoi avoir le souffle coupé, cette fois-ci pour de bon !

Podium dames des Championnats du Monde de course en montagne longue distance 2015.jpg

Podium dames – Championnats du Monde de course en montagne longue distance 2015

Heurs et malheurs
Après avoir terminé 2ème en 2012 puis triomphé en 2013 et 2014, Aline Camboulives s’appropriait la seconde place mais dans un contexte autrement plus relevé, Mondiaux obligent bien sûr. Du même coup, elle enfilait le costume de vice-championne du Monde, bonifiant ainsi de deux rangs son ultime prestation à ces mêmes Mondiaux, intervenue le 8 septembre 2012 dans le cadre de la Jungfrau Marathon. C’est donc une prouesse de haut vol qu’elle offre à son pays, Aline revêtant pour l’occasion, et in extremis, le maillot de l’équipe de France (cf. infra). Sans risque de se tromper, on peut affirmer qu’elle est, et de loin, la meilleure Hexagonale sur ce type de parcours, sans souci d’appui et quasiment dépourvu de descente.
Pourtant, elle aura dû cravacher ferme pour récolter un résultat aussi brillant, avouant sans fard : « En réalité, j’ai terriblement souffert, éprouvant de la fatigue à cinq jours de l’échéance, avec des jambes en coton. Fatigue qui allait malheureusement perdurer jusqu’à samedi ». De même, la chaleur accablante régnant dès 8h30 au moment du départ, que n’atténuait pas l’altitude, ne lui facilitera pas la tâche. En conséquence, n’arrivant plus à ingurgiter les gels à mi-chemin, elle se limitera à l’eau et aux boissons sucrées, rendant la gestion de course extrêmement délicate sur une distance aussi longue.
En dépit de cette redoutable adversité, l’égérie du Team 42km195 et de l’Athlé Saint-Julien 74 manquait pour 9 petites secondes d’abattre son temps référence, établi l’an passé en 3h29’36. Et comme à l’accoutumée, celle qui soufflera le 13 juillet prochain ses 42 bougies grimpait sur le faîte du podium V1.
De suspense, il n’y en eut point ou si peu. Dès l’entame, la Suissesse alémanique Martina Strähl, âgée de 28 ans, prenait les devants. Elle précédait alors, avec un différentiel n’excédant jamais les 30’’, un quatuor où figuraient : la Haut-Savoyarde, les Italiennes Ivana Iozzia (A.S.D. Calcestruzzi Corradini Excelsior), 42 ans, et Catherine Bertone (Athletica Sandro Calvesi), 43 ans, ainsi que l’Anglaise Julia Bleasdale (Hillingdon/Thames Hare and Hounds), 33 ans, qui la rejoindront avant le 1er semi.
L’espoir sera de courte durée. A 1,5km de Zermatt qui marquait le terme du 1er semi, la pensionnaire du L.V. Laugenthal partait en effet comme une balle à tel point qu’elle reléguait Aline à 42’’ au passage du 21ème km, un écart infinitésimal départageant chacune des quatre poursuivantes. Alors 4ème, avec Bertone dans son dos, la native de Valence pointait en 1h27’53, soit un gain de 42’’ comparé à l’an passé, avant de fléchir hélas dans la seconde partie autrement plus montagneuse.

Au forceps
Deux-trois bornes plus loin, la championne de France en titre de course de montagne, mettant à profit une portion bien raide, s’installait définitivement en seconde position après avoir déposé Iozzia et Bleasdale qui dès lors perdront énormément de terrain (1). C’est dans le mur final de 3km (pente à 20%), qu’elle accentuera de façon spectaculaire son retard sur Strähl, de l’ordre de 6’ environ. Un déficit directement lié à la température ambiante qui l’épuisera presque totalement au point qu’elle sera contrainte de marcher, contrairement à la précédente édition.
Elle n’en supervisera pas moins ses arrières afin de maintenir à distance Catherine Bertone et l’Américaine Stevie Kremer (Team Salomon Agisco), 33 ans, qui, in fine, lui concéderont respectivement 4’11 et 5’53, accaparant les 3ème et 4èmes rangs. A vrai dire, la cerise sur ce gros gâteau valaisan lorsqu’on analyse de plus près les pedigrees de ces deux athlètes chevronnées : records en 2h32’46 sur marathon en 2014 et en 1h14’49 sur semi en 2015 pour Catherine ; 1ère à la Jungfrau Marathon 2012, au Marathon du Mont-Blanc 2013, à Sierre-Zinal 2014, 1ère en 2013 et 2014 de la Coupe du Monde de Skyrunning sur la distance sky marathon pour Stevie.
A l’arrivée, Aline se demandait si elle aurait pu faire mieux : « Quelle que soit l’état de forme ou la météo, la victoire était inaccessible. En revanche, j’aurais pu effacer ma marque si je n’avais pas perdu très rapidement 3’, soit le temps que j’avais prévu de gagner par rapport à l’année dernière. »

Martina en apesanteur
Ravie de son statut de dauphine après avoir conclu en 3h29’45, avec à la clef la 34ème place au scratch, elle prenait également conscience de l’énorme perf accomplie par Martina Strähl dont la confortable avance, 8’07 précisément, illustrait sans conteste son emprise sur la course. Une emprise telle qu’elle pulvérisait le record de l’épreuve, ses 3h21’38 se substituant aux 3h29’13, accomplis en 2012 par sa compatriote Daniela Gassmann-Bahr (TSV Glgenen). Classée cette fois-ci 5ème en 3h36’59, celle-ci n’en faisait pas moins bonne figure, qui plus est à bientôt… 51ans qu’elle fêtera le 23 juillet prochain !
Du coup, son chrono stratosphérique lui permettait de se hisser en 19ème position au général sur quelques 905 finishers, s’immisçant sans entrave au cœur de l’élite masculine. 1’30 seulement la sépareront du 17ème en la personne de Laurent Vicente (Alès Cévennes Athlétisme), 36 ans, considéré comme l’un des tous meilleurs coureurs de montagne hexagonaux, étant d’ailleurs le seul avec Aline à intégrer la sélection tricolore. Tout aussi insensé, elle devancera de 23’’ le 21ème qui n’était autre que l’autochtone Martin Anthamatten, 30 ans, connu pour être l’une des quatorze étoiles du Swiss Team de ski-alpinisme durant l’ultime saison hivernale.
En vérité, le succès de Strähl ne fait que refléter son immense talent qui éclatera au grand jour, au terme de la décennie 2000, sur la course de montagne courte distance comme en attestent les faits d’armes suivants : meilleur chrono féminin sur la fameuse Montée du Grand Ballon en 46’42 entre 2008 et 2011, championne d’Europe en 2009 puis 2011.

François Vanlaton 

(1) Ivana Iozzia finira 7ème en 3h39’05, Julia Bleasdale 8ème en 3h40’00, devancées de 9’19 et 10’14 par Aline Camboulives.

L’AUTRE COMBAT D’ALINE CAMBOULIVES & LAURENT VICENTE :

Si finalement une équipe de France a pu voir le jour à l’occasion des Championnats du Monde de course en montagne longue distance, on le doit à Aline Camboulives qui aura remué ciel et terre pour parvenir à ses fins mais aussi à Laurent Vicente qui aura contacté Bernard Amsalem en personne pour lui expliquer la situation et demander son soutien.
Aline Camboulives, 2nde des Championnats du Monde de course en montagne longue distance 2015Malgré sa chance non négligeable de médaille, qui, in fine, se concrétisera, la FFA avait décidé de ne pas présenter d’escouade tricolore, sans doute en raison de la trop faible participation d’élitaires français, réduits en effet aux seuls Laurent Vicente et Aline Camboulives. Du coup, celle-ci prenait le départ dans le deuxième bloc, et ce 5’ après les athlètes des 18 sélections nationales présentes, ce qui lui laissait peu d’espoirs de monter sur la boite.
Ni une ni deux, elle contactait la FFA pour tenter de la convaincre d’engager une escouade tricolore, mais aussi la World Mountain Running Association et les organisateurs de la manifestation pour lui permettre d’intégrer le premier bloc, celui des nations. Diverses personnalités étaient également rameutées. De même, elle cherchait à comprendre cette étrange situation où elle avait la nette impression d’être ostracisée, d’autant plus que ses suppliques et autres interrogations demeuraient… sans réponse.
Du coup, cette femme, rebelle dans l’âme, adressait le 28 juin un ultime mail, en quelque sorte celui de la dernière chance, au ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.
Le 1er juillet, dans un message transmis à l’organisation du Zermatt Marathon, ce dernier répondait favorablement à sa requête, à savoir la constitution d’une équipe de France, ce qui lui ouvrait par conséquent les portes du premier sas.
Restaient à se procurer la bannière et la tenue françaises, toutes les deux obligatoires naturellement. En catastrophe, sa mère lui confectionnera, la veille du jour J, un grand drapeau français. Au même moment, elle coupera à la va-vite le tee-shirt qui avait servi le 22 septembre 2013 aux France de semi-marathon afin d’en faire une brassière, vu la chaleur attendue.
Un autre maillot XS prêté à Laurent Vicente qui en était dépourvu, et le tour était joué !
En tout cas, le trop plein d’énergie qu’elle déploiera pour faire triompher son point de vue  n’est bien sûr pas étranger à la fatigue qui l’assommera dans l’ultime semaine. Mais le principal pour elle, quitte à en payer le prix, était bien d’être en cohérence avec ses idées et d’afficher publiquement ses convictions. C’est ce qu’on appelle une femme de caractère.

François Vanlaton

COMPTE RENDU DE LAURENT VICENTE :

Laurent Vicente

Laurent Vicente

17ème (12ème dans la catégorie 30-39 ans) en 3h20’04, le Gardois Laurent Vicente (1), âgé de bientôt 37 ans (il les fêtera le 25 juillet), était l’une des deux figures de la sélection tricolore avec Aline Camboulives. A travers son récit, il revient pour nous sur ces Championnats du Monde de course en montagne longue distance dont il gardera, assurément, un souvenir mémorable.
« Les conditions de course furent insensées : avec plus de 30° à l’arrivée, jugée à 2585m, bon nombre de coureurs ont explosé comme des pop-corn. Malheureusement, j’en ai fait partie. Une crampe à l’ischio-jambier m’a ainsi rattrapé dès le 30ème km. A l’expérience et au métier, je suis parvenu à la contenir en faisant des montées de genoux en guise d’étirements tout en courant, mais surtout en… réduisant considérablement mon allure. Ce fut un miracle !
De toute évidence, le marathon de montagne est une discipline impitoyable qui demande d’être à 200 % prêt physiologiquement et frais physiquement…
La densité était tout bonnement incroyable avec 24 nations représentées par leurs meilleurs spécialistes : un athlète en moyenne franchissait ainsi toutes les minutes la ligne malgré une durée de course de plus de 3h. Mais quel spectacle où à l’entame du dernier mur de 20%, à 3 bornes de l’épilogue, aucune place n’était encore jouée ! En effet, j’en ai gagné quatre tandis que le Kényan Paul Maticha Michieka, recordman depuis l’an passé en 2h55’04, s’écroulait en reculant de six rangs alors qu’il occupait la tête ! Par ailleurs, la 16ème position du Néo-Zélandais Vajin Armstrong et la 15ème accaparée par le 2ème Américain, Peter Maksimow, m’échapperont pour 4 et 19 microscopiques secondes.
A défaut d’être pleinement satisfait de mon périple, je suis heureux d’avoir pu défendre les couleurs françaises ainsi que d’avoir fini, pour mes 3èmes Mondiaux, 1er Hexagonal, et ce pour la troisième fois.
Heureux également d’avoir fait « équipe » avec Aline Camboulives qui, chez les filles, devient… vice-championne du Monde ! Mais oui ! »

Laurent Vicente

(1) Si Laurent Vicente est Gardois en tant que sociétaire d’Alès Cévennes Athlétisme, il est Héraultais concernant son domicile. Il est en effet établi à Crès, commune de 8430 âmes située à 6km à l’est de Montpellier.

– Page « Facebook » de Laurent Vicente

– Page « Facebook » de la Course en montagne – France que gère lui-même Laurent Vicente en compagnie de Julien Rancon :

.
LES 10 MARATHONS DE MONTAGNE D’ALINE CAMBOULIVES :

Sur les 10 marathons de montagne concourus par Aline Camboulives, pas moins de cinq tomberont dans son escarcelle !

– 10 septembre 2011, la Jungfrau Marathon : 1ère femme (1ère dans la catégorie 20-39 ans, épreuve exclusivement féminine) en 3h29’55’’8.
– 7 juillet 2012, le Zermatt Marathon : 2ème femme (1ère dans la catégorie 30-39 ans, 11ème au scratch) en 3h33’39’’1.
– 8 septembre 2012, la Jungfrau Marathon (Championnats du Monde de course en montagne longue distance WMRA) : 4ème femme (4ème dans la catégorie 20-39 ans, épreuve exclusivement féminine) en 3h27’28’’4.
– 6 juillet 2013, le Zermatt Marathon : 1er femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 15ème au scratch) en 3h31’26’’9.
– 14 septembre 2013, la Jungfrau Marathon : 2ème femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, épreuve exclusivement féminine) en 3h25’08’’4, record personnel.
– 29 juin 2014, le Marathon du Mont-Blanc : abandon à 4-5km de l’arrivée en raison d’une sévère hypothermie alors qu’elle était revenue sur le groupe de tête, constitué du futur top 4, intégralement aux mains d’internationales étrangères.
– 5 juillet 2014, le Zermatt Marathon : 1ère femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 16ème au scratch) en 3h29’36’’3, record personnel.
– 13 septembre 2014, la Jungfrau Marathon : 1ère femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, épreuve exclusivement féminine) en 3h27’20’’5.

13 juin 2015, le LGT Alpin Marathon Liechtensten :
 1ère femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 5ème au scratch) en 3h28’22’’6, record de l’épreuve.
– 4 juillet 2015, le Zermatt Marathon (Championnats du Monde de course en montagne longue distance WMRA) : 2ème femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 33ème au scratch) en 3h29’45’’8.

PALMARES 2015 D’ALINE CAMBOULIVES :

– 8 mars, le Semi-Marathon de Bourg-en-Bresse : 1h16’48 (N2). 2ème femme (1ère V1, 16ème au scratch).
– 29 mars, le 10km de Chambéry : 35’16 (N3). 1ère femme (1ère V1, 21ème au scratch).
– 12 avril, le Schneider Electric Marathon de Paris : 2h37’27 (N1). 14ème femme (4ème Française, 1ère V1 et 98ème au scratch).
– 19 avril, le Semi-Marathon International du Lac d’Annecy : 1h18’19 (N3). 4ème femme (2ème V1, 31ème au scratch).
– 24 mai, la Montée du Poupet : 1ère femme (1ère V1, 16ème au scratch) en 1h10’48’’99, record personnel.
– 7 juin, les Championnats de France de courses en montagne dans le cadre de la Montée du Revard : 1ère femme (1ère V1) en 53’31 ; 1ère avec l’équipe féminine de l’Athlé Saint-Julien 74 avec 9 points.
– 13 juin, le LGT Alpin Marathon Liechtensten : 1ère femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 5ème au scratch) en 3h28’22’’6, record de l’épreuve.
– 21 juin, les Championnats Nationaux d’Ekiden : 1ère avec l’équipe féminine de l’Athlé Saint-Julien 74 en 2h34’10, Aline assurant le 2ème relais, long de 10km, en 35’09.
– 4 juillet, les Championnats du Monde de course en montagne longue distance WMRA dans le cadre du Zermatt Marathon : 2ème femme (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 33ème au scratch) en 3h29’45’’8.

TOPS 5 DU ZERMATT MARATHON 2015 :

Scratch (656 classés) :
- 1er (1er dans la catégorie 30-39 ans) : Tommaso Vaccina (Italie) en 3h01’51’’5.
- 2ème (1er dans la catégorie 18-29 ans) : Andy Wacker (USA) en 3h03’51’’2.
- 3ème (2ème dans la catégorie 18-29 ans) : Francesco Puppi (Italie) en 3h04’14’’8.
- 4ème (2ème dans la catégorie 30-39 ans) : Mustafa Shaban Aliosman (Bulgarie) en 3h07’12’’0.
- 5ème (3ème dans la catégorie 30-39 ans) : Massimo Mei (Italie) en 3h07’55’4.
Record de l’épreuve en 2014 : Paul Maticha Michieka (Kénya) en 2h55’04’’8.

Femmes (249 classées) :
– 1ère (1ère dans la catégorie 18-29 ans, 19ème au scratch) : Martina Strähl (Suisse) en 3h21’34’’4, record de l’épreuve.
– 2ème (1ère dans la catégorie 40-44 ans, 34ème au scratch) : Alines Camboulives (France) en 3h29’45’’8.
– 3ème (2ème dans la catégorie 40-44 ans, 41ème au scratch) : Catherine Bertone (Italie) en 3h33’56’’6.
– 4ème (1ère dans la catégorie 30-39 ans, 43ème au scratch) : Stevie Kremer (USA) en 3h35’38’’3.
– 5ème (1ère dans la catégorie 50-54 ans, 47ème au scratch) : Daniela Gassmann-Bahr (Suisse) en 3h36’59’’0.

RESULTATS COMPLETS DU ZERMATT MARATHON 2015 :

Ils figurent sur le site web « Datasport » :

– Hommes : http://services.datasport.com/2015/lauf/zermattmarathon/RANG010.HTM

– Femmes : http://services.datasport.com/2015/lauf/zermattmarathon/RANG020.HTM