Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Le coup de gueule de Patrick Michel après la Sky Race !!!!!

Au retour de la Sky Race disputée hier, l’organisateur Patrick Michel a tenu à pousser un "coup de gueule", plutôt que de s’attarder sur les résultats sportifs. Une façon de s’inquiéter de la tournure que prend le trail selon Patrick, entre débalisage sauvage, pseudo "professionnels du trail", ou randonneurs peu respectueux des organisateurs… 
" – 6H45min, 1er appel radio : la gendarmerie prévue au pont Chancel pour la traversée de la nationale était absente, sans nous en voir alerté ; on suppose donc une urgence sur le secteur ; il a donc fallu renforcer au plus vite le dispositif sécurité en piochant sur d’autres secteurs…
– Ensuite, je suis très surpris de ne pas retrouver (sans avoir été prévenu bien sûr) au départ une ancienne triathlète de haut niveau s’étant présentée à moi comme une traileuse professionnelle (je ne savais pas d’ailleurs que cela existait) et qui bien entendu avait demandé une invitation…
Direction maintenant la vallée des Ayes pour rejoindre le 30e km de la Sky Race et là, nouvel appel, alerté par des signaleurs : le balisage avait disparu sur un secteur pourtant peu fréquenté des petits malins se sont carrément attaqués aux rochers avec marteaux et burins pour faire disparaître les traces de peinture biodégradable ; et bien entendu j’ai du rebaliser en catastrophe cette zone ; inutile de vous dire que j’en ai profité pour en remettre une bonne couche, d’ailleurs j’ai décidé d’aller déposer plainte. Et quand je pense que l’on m’a gentiment demandé de changer mon tracé pour des raisons écologiques !
– Et enfin pour couronner le tout, mon dernier coup de gueule s’adresse à ces  deux ou trois pseudos coureurs ou plutôt randonneurs qui viennent se balader en montagne en toute sécurité, qui passent à l’arrache les barrières horaires pour ensuite se promener (12H00 quand même pour la Sky Race hier), qui mobilisent toute une organisation de 5H00 du matin à 20H00, et qui sont les premiers à râler quand ils arrivent et qu’ils trouvent un dispositif d’accueil plus léger à l’arrivée !"