Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Le point sur les Volcans de l’Extrême…

Samedi 19 mai 6e étape ?Bremi 990 m – Celapakan 2365 m 13 km 1600 D+ ?
"C’est une nouvelle étape, qui fait partie d’une trilogie qui nous emmènera demain sur le sommet d’un volcan (Le rengganis) puis un second sommet ( Argopour ). Et la troisième étape permettra de tous redescendre dans la vallée. Un total de 50 km avec + de 2500 m de D+. Ces étapes sont courues par tous, coureurs et marcheurs, ainsi que le staff… et le photographe. Les porteurs font un boulot extraordinaire, pour monter par le même parcours, les tentes, les sacs des coureurs, et le ravitaillement. Ces 3 étapes sont nouvelles et ne faisaient pas partie de la 1ere édition organisée par Dawa Dachhiri Sherpa, et Patrick Michel.
Cette première étape fut une véritable course de côte. 12 km au final pour 1600 mètre de Dénivelées positives. Un terrain d’abord assez roulant, puis une longue succession de marches naturelles dans la forêt tropicale, pour terminer par une longue montée dans de hautes herbes, à flan de colline, pas facile car il faut avancer en aveugle, et si le pied se pose à côté du chemin, le vide n’est pas loin.??Concernant la course, Daniel continue son parcours en tête, toujours talonné par Karim qui passe en 2eme position au général. Suivent Bernard, François, Pascal puis Pierre et Brigid, toujours la 1ere féminine. Quant aux marcheuses, elles ont mis 7h14 pour faire cette étape avec beaucoup de courage."

Jeudi 17 mai – 4e étape – Kalimati 2600 – Rano Pani 1800 m 19 km 1340 D+ / 2450 D
"Cette étape avait un profil très contrasté. Elle s’est courue en 2 parties. La première partie se terminait au sommet du Sumeru à 3700 m d’altitude. Une course de côte de 2km pour plus de 1100 mètres de dénivelée. Une partie d’étape “énorme” par son profil et par la beauté du spectacle au sommet. Le volcan crache régulièrement son panache de fumée et reste fascinant pour tous. Les coureurs ont souffert et se sont surpassés pour attaquer la partie finale de la montée, on pourrait même dire de l’escalade. Un mur de cendre, sol souple qui se dérobe sous les pieds des coureurs. Un pas en avant… deux pas en arrière.D’ailleurs les temps de course montrent à quel point cette montée a été délicate. 2h30 pour le premier (Daniel JUIN), et plus de trois heures pour les autres. La course était neutralisée au sommet pour faire un nouveau départ en milieu de descente. Cette seconde partie d’étape longue et essentiellement en descente se terminait par une longue traversée de forêt"

Mercredi 16 mai 3e étape ?- Lawa Wieu 2100 m – Kalimati 2600 m 29 km 19000 D+ / 1250 D-??
"Nous avons quitté ce magnifique site de la Caldera, avec un départ de l’hotel Lava wieu surplombant cet espace extraordinaire. Un petit suivi de crète, puis une belle descente pour traverser cette caldera et remonter sur une deuxième crête de 300 m de hauteur. Une montée, ou plutôt un mur sur lequel les mains étaient souvent indispensables pour avancer. Puis 3 km de crête avant de saluer les volcans Bromo et Batok et prendre la direction du Sumeru. Mais là Dawa avait prévu une petite surprise. et d’ouvrir une nouvelle trace à travers une forêt vierge. Des conditions très difficiles de l’avis de tous. Ils ont ouvert une nouvelle piste en Indonésie. L’étape longue de 29 km s’est terminée par une longue et éprouvante montée pour atteindre le pied du Sumeru que l’on a pu apercevoir sortant des nuages. Il est impressionnant et attend nos coureurs pour une montée de 1100 mètres sur 3 km pour atteindre 3700 m d’altitude. Cauchemars ou nuit de récupération, ce sera selon. L’aventure continue pour tout le monde, et l’ambiance est très chaleureuse sous les tentes du campement alors que s’invite la pluie…"

Par Cyril Bussat