Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Le Trail des Hautes Pyrénées conté par un bénévole

Jean François Notebaert nous raconte son premier Trail des Hautes Pyrénées, le 14 juin dernier, de son oeil de bénévole…

Les traileurs furent accueillis le 13 juin à la Maison des Sources de la petite commune pyrénéenne de Mauléon-Barousse, dans un cadre magnifique et sous une chaleur estivale, afin de récupérer leur dossard et repérer le tracé du périple qui les attend. Ensuite, pour ceux qui le souhaitaient, le couvert, le dortoir et le petit-déjeuner étaient prévus par l’organisation, une façon également de réunir tout le monde dans une ambiance chaleureuse.
La nuit fut courte : la plupart des sportifs était levée pour 5h30. Laissant juste le temps de prendre un petit-déjeuner énergétique, la navette de 6h démarrait pour rallier le lieu de départ. Le jour se levait à peine et le soleil paraissait caché derrière une épaisse couverture nuageuse menaçante.
Le départ approche. Pendant que Madame le Maire de Mauléon-Barousse énonce son discours, les coureurs veillent aux derniers préparatifs et se regroupent à proximité de la ligne de départ. Sept heures passées de quelques secondes, les 135 inscrits, dont 3 couples sur la course Elle & Lui, s’élancent vers un défi d’envergure : parcourir 54,400 km et gravir ainsi plusieurs cols, dont le col de Nistos, le mont d’Aspet, le Peyressourde (craint par les coureurs du Tour de France), soit près de 4000 mètres de dénivelé positif pour rejoindre Loudenvielle. Également, 3 équipes relais de 2 coureurs et 8 équipes relais de 3 personnes sont au départ. Dès le passage au coeur de Mauléon-Barousse, le peloton multicolore s’étale sur plusieurs hectomètres : chacun prend son rythme de course.
Après que les coureurs se soient éloignés sur les hauteurs pyrénéennes une première fois, nous les retrouvons au 17e kilomètre, au niveau du premier ravitaillement, basé à Nistos. Alors que la pluie s’abat sur la vallée, les coureurs surplombent les bancs de brouillard suspendus en altitude et profitent de conditions météorologiques agréables pour courir, avec 20°c, un peu de vent selon les endroits exposés et un timide rayon de soleil.
Approchant les deux heures d’effort (déjà !) et les 1700m de dénivelé positif, Alain Veper, engagé avec Jean-Paul Bonzoms et Vanessa Huot Marchand dans le relais 3 personnes, surgit le premier dans la descente du mont d’Aspet et lance son coéquipier dans les meilleures conditions, avec plus de 10′ d’avance sur la deuxième équipe relais par 3, composée de Jean Salomon, Pierre Latour et Denis Cibat. Seulement 6′ après Alain Veper, Jérôme Fournier, qui coure les deux premières parties du parcours (soit 33,7 km), pointe au premier ravitaillement avant de poursuivre son effort. En ce qui concerne la course solo., le premier athlète se présentant à Nistos est le vétéran Jacky Puech au moment où le chrono affiche 2h08′. Mais, il ne possède que 2′ d’avance sur Yvon Volatier et 3′ sur Eric Arveux, suivis de Laurent Ousset à 4′, Stéphane Bascovert à 5′ et Jean-Yves Fabry à 7’30". Il reste alors environ 34 km pour que les plus costaux creusent l’écart et que l’on puisse évaluer la gestion de l’effort de chacun.

Au second point relais (km 33,7), situé en bas du lac de Bareille, nous pouvons observer que les équipes relais ont logiquement creusé les écarts sur les concurrents solo. Par contre, des changements semblent s’opérer dans l’ordre de passage. Yvon Volatier, senior venu du département de l’Ain, apparaît en tête devant l’agenais J-Y Fabry. Qui plus est, les nuages étant devenus plus rares autour des cimes, la chaleur amène une difficulté supplémentaire aux traileurs.
En effet, les arrivées, jugées au bord du lac de Loudenvielle, au sein de la vallée du Louron, se font au fil de l’aprèsmidi sous un soleil "de plomb", de coutume à cette époque dans les Pyrénées. A 13h37, Sophie Mazana (relais par 2) concrétise, sur la dernière portion de 20 km, la très bonne prestation de son coéquipier Jérôme Fournier et franchit la ligne d’arrivée main serrée sans celle de l’organisateur Philippe Merlier, tous deux affichant un large sourire. En outre, cette équipe de deux relayeurs, originaires de Poubeau (Haute Garonne), s’impose devant deux équipes de trois coureurs, avec une avance finale de 4′ sur Vanessa Huot Marchand et un peu plus de 11’30" sur Denis Cibat.
Après 7h11’32" de course, Yvon VOLATIER (senior) est le quatrième coureur à passer sous l’arche d’arrivée mais surtout le plus rapide à boucler les 54,400 km en solitaire. Demeurant tout au long de la course dans les trois premières places, il s’impose finalement avec 1’54" devant J-Y Fabry (senior). Tous deux se sont véritablement détachés des autres concurrents. Le troisième, en la personne de Christophe Oulie, a visiblement très bien géré son effort, puisqu’il pointait en dixième position à Nistos (km 17), réalisant ensuite une belle remontée, ce qui lui permet ainsi de l’emporter chez les vétérans en 7h41’51", devant le lannemezanais Éric Arveux (4e au scratch en 7h48’49").
Nous trouvons en 5e position Pierre-Yves Billiez, crédité d’un temps de 7h55’53" (3e senior). Les honneurs de la catégorie V2 reviennent à Gérard Rotge, 6e au général en 7h57’36", et Jean-Camille Roy, 10e en 8h36’03". La première féminine applaudie à l’arrivée se nomme Catherine Barocco, aux côtés de Patrick Guerra sur la course Elle & Lui ; ils bouclent ensemble les 54,400 km en 9h11’33". Quant aux premières concurrentes solo., il s’agit de Marie-Ange Dubois et Pascale Bouvier, toutes deux vétéranes, terminant dans le même temps de 10h22’43". Enfin, nous pouvons mettre en valeur les derniers classés en 11h44’51", Patrick Ferrigno et Frédéric Jouvet, auteurs d’un immense courage, à l’image des 61 solitaires, 3 équipes Elle & Lui, 3 équipes relais 2 personnes et 8 équipes relais 3 personnes qui ont rejoint l’arrivée.
Au delà des résultats, les réactions d’après-course des valeureux sportifs et sportives semblaient unanimes : "super!", "génial !", "à refaire l’année prochaine !", accompagnées de nombreux remerciements envers les organisateurs et les bénévoles, qui ont fait de leur mieux pour assurer le meilleur déroulement de ce trail même si tout n’a pu être parfait pour une première édition, gigantesque sur le plan de l’organisation comme sur celui du parcours… A l’année prochaine donc avec un effectif qui sera limité à 300 participants…

Par J-F Notebaert

Résultats dans la rubrique consacrée