Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Les Marocains dominent le DUST

Le DUST, un trail en 3 étapes dans le désert marocain, a connu son épilogue hier. Il est apparu comme un trail idéal pour découvrir  les joies de la course à pied dans le sable, et les trésors du désert marocain.

ETAPE 1

Un ciel bleu, une température de 24°C, un vent modéré, des conditions idéales pour une course dans le désert. C’est ainsi que les coureurs se sont donc élancés longeant la côte. Ils ont progressé le long du littoral atlantique sur un parcours roulant avant de rentrer dans les terres pour affronter un revêtement plus sablonneux. Ils ont ensuite traversé l’immensité du lagon à marée basse pour rejoindre l’arrivée au bivouac de la Dune Blanche.

C’est le français Vincent Viet qui remporte cette première étape du 30 km en 2h07’47, devançant de 10 secondes le marocain Abdel Kader El Maouaziz qu’il double à  un kilomètre de l’arrivée. « On a vraiment été à la bagarre avec les Marocains tout au long de la course pour arriver au coude à coude avec Abdelkader. Et les paysages étaient vraiment magnifiques, génial de courir dans un tel cadre. »  Côté femme, la marocaine El Kebira El Jmri arrive première du 30km devant Anne Valéro et Renée-Pierre Audibert
Sur le 50 km, 3 Marocains prennent place sur le podium, respectivement Mohamed Moudouji (3h45’16), Abderahmane Moatacim, Mohamed El Morabity.

DUST Dakhla Ultimate Saharian Trail 06/11/2015

ETAPE 2

Comme la veille, le 30 km masculin se termine au Sprint. Mais cette fois-ci, c’est le Marocain Abdel Kader El Maouaziz qui arrive 30 secondes avant le Français Vincent Viet.  Côté femmes, le classement reste inchangé avec 1 marocaine et 2 françaises sur le podium.  Sur le 50 km, les 3 premiers marocains conservent le podium. L’arrivée des 2 premiers se fait au sprint avec le passage de l’arche main dans la main de Mohamed Moudouji et Abderahmane Moatacim.
A l’arrivée de l’étape, les coureurs unanimes ne manquent pas de qualificatifs pour parler des paysages qu’ils ont traversés « ultra variés », « sompteux », « à couper le souffle », « époustouflants »… Les participants ont en effet entamé cette étape dans une vallée en cuvette où la chaleur était étouffante, puis escaladé des crêtes offrant une vue imprenable sur la baie, pour finir par traverser la mer à marée basse avec une vue imprenable sur la Dune Blanche.

DUST 2

ETAPE 3

Chacun a déterminé son objectif du jour : simplement finir en profitant une dernière fois des sublimes paysages, limiter les blessures, conserver sa place au classement, ou tenter de monter sur le podium. Au départ, tout le monde affiche un franc sourire. Les muscles et articulations endolories, la fatigue et les bobos de la veille ne sont plus dans les esprits. Ils veulent simplement savourer. Ils attendent avec impatience de passer cette ligne d’arrivée et d’être finisher de la première édition du DUST.
Cette dernière étape a été la plus éprouvante des 3 jours. La température a bien grimpé, le vent s’est apaisé, il n y a quasiment que du sable. Les concurrents franchissent quelques dunes et descentes abruptes. Les marocains qui sont habitués à ce type de parcours font alors la différence. Certains doivent redoubler d’attention pour suivre les balises. Les nouveaux paysages du jour sont aussi sublimes que la veille : plaines arides, plateaux désertique avec vue sur la mer. « Au final, cette étape aura été très sélective pour les concurrents. Le Finish n’a pas bouleversé le classement général » explique Bruno Pomart, l’organisateur du DUST.

Au classement final, Abdel Kader El Maouaziz  remporte le 90km en 6h26:55 devant Vincent Viet 6h28, imité chez les femmes par El Kebira El Jmri. Sur le 150km, victoire de Mohamed Moudouji (12h00:45).

Infos : www.dust-trail.com

Photos Pierre Costabadie