Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

L’ITV de la Semaine – Eric Muller, multiprises

L’Oisans, c’est du top terrain pour l’outdoor ! De l’eau vive, du trail à profusion, du VTT forcément costaud. Et bien sûr, des locaux qui y croient, mordicus ! Eric Muller est de cette trempe. Amoureux du Valgau, il s’implique dans quantité de projets, dont une reprise trail, sur l’emblématique montée du Gioberney. Explication !

Endurance : On a plutôt l’habitude de te voir en VTT. Dans ta catégorie, tu comptes parmi les meilleurs nationaux. Alors pourquoi la course et le trail ?
Eric Muller : D’abord, il y a un gros truc historique chez nous. Faut savoir que le Valgaudemar, c’est du terrain à coureur. On a eu des épreuves très tôt. Dans les années 80, la Soulane attirait les meilleurs nationaux. En fait, tout est parti de là. Ensuite tu as eu la montée de Gioberney et puis la Bambée Verte, vraiment dans l’esprit « village »… Bref, on a tous baigné là-dedans.

E : Mais toi ? Un mec qui vient du VTT, comment va-t-il s’impliquer sur du trail ?
E.M : Parce qu’on fait tous du multiactivités. C’est vrai qu’en été, je sors plus volontiers le vélo. Mais l’hiver, c’est le ski de fond, la rando à peau de phoque, et puis on fait toujours de la course, des séquences avec les copains… Ce que je veux dire, c’est que la vallée pratique tout azimut. D’ailleurs, si tu as des épreuves comme le « Raid in France » qui met son PC à la Chapelle, ça n’est pas un hasard.

E :
Pour en revenir à la course, ce « Défi du Gioberney », tu le voulais comment ?
E.M : D’abord remettre du trail dans le paysage. Ce n’était pas possible qu’un coin pareil, avec toute cette histoire, n’ait plus d’épreuve. Ensuite, il y avait deux options. Soit une montée « route », vraiment sympa aussi, soit de prendre le GR 54®… et les coureurs nous ont demandé ça. Mais on voulait aussi que ça reste abordable. Qu’un max de gens puisse en profiter. On a donc raboté la partie d’en haut. Plus de montée au lac du Lauzon, mais une arrivée sous les glaciers. C’est un choix. Je pense qu’on n’y perd rien, et que des coureurs de tous les niveaux peuvent s’y mettre. Je te dirais que c’est dans le même esprit que ce qu’on trace avec la Valgaude VTT. T’as une option course, à fond le dimanche, sur 55 bornes, mais tu peux aussi rouler en famille, sans chrono, avec des variantes multiples. Si bien que t’as la famille qui vient ou le gros costaud qui fait la coupe de Provence. Je pense que le trail, ça peut aussi fonctionner comme ça.

E :
Justement le format ? Douze bornes et 600 m+, t’as pas peur que les trailers trouvent ça un peu short ?
E.M : Ah bon ? Je vais leur dire de venir. Parce que c’est vraiment de la course de montagne, avec en plus du paysage. T’es jamais le nez dans le guidon, tu t’en prends plein les yeux, et si t’aimes le côté speed, il y a de quoi faire. La montée au Rif, c’est pas donné et même chose à partir des Clôts. Venez… en plus on vous paiera l’apéro (rire) !

Recueilli par Jean-Luc Mayé

Infos : Eric Muller (04 92 55 25 42).
Pour hébergement et renseignements : SI Chapelle en Valgaudemar (04 92 55 23 21)