Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Lorblanchet et Malardé en route pour San Francisco

Le 4 décembre, Thomas Lorblanchet et Christophe Malardé sont engagés en compagnie des meilleurs trailers mondiaux sur The North Face Challenge Endurance Championship à San Francisco. Un ultra marathon de 50 miles soit 80.4672 kilomètres, en bord de mer et dans le Golden Gate National Area sur fond de paysages magnifiques. Le profil est vallonné avec 3200 mètres de dénivelé positif et une altitude entre 0 et 550 mètres.

Propos croisés des deux champions sur leur préparation, objectifs, particularités, difficultés et gestion de course de cet ultra marathon :

Préparation :

« J’ai repris pas mal de vitesse depuis l’UTMB et effectué une bonne préparation après les Templiers sans avoir trop coupé. Pour la récupération, je verrai après le 4 décembre. Dès le retour en France, je vais ressortir les skis de fond après une année sans en raison de la naissance de ma deuxième fille l’hiver dernier. » Thomas Lorblanchet.

« Je me prépare de façon très sérieuse. Après mon échec aux Templiers 2010, qui s’est traduit par un abandon, j’ai une revanche personnelle à prendre. J’ai repris l’entraînement de manière consciencieuse depuis trois semaines. Je suis dans une bonne forme. » Christophe Malardé

Objectifs :

« J’ai envie de courir de belles courses à l’étranger dans les saisons à venir. San Francisco est une nouvelle expérience qui va me permettre de voir et me rendre compte du niveau outre atlantique. » Thomas Lorblanchet.

« San Francisco est pour moi une course magique, comme je les aime, où je vais pouvoir assouvir ma passion des voyages et du trail dans un contexte de haut niveau. Compte tenu de ma victoire à la Saintélyon 2009, je pense que je peux tirer mon épingle du jeu sur un tels parcours, même si mes priorités restent de découvrir ce type d’épreuve et de me confronter au très haut-niveaux américain. » Christophe Malardé

Particularités, difficultés :

« La donne risque d’être différente de celles des courses françaises. Je ne connais pas les favoris et pars un peu dans l’inconnu de ce côté-là, mais cela reste un format de course que je connais et pense maitriser. » Thomas Lorblanchet.

« Sa principale difficulté est sa distance accompagnée d’une succession de montées et de descentes jamais très longues mais incessantes. Le parcours se gagne à une moyenne élevée, autour de 13 kilomètres heure. Il faudra donc être très rapide et endurant. » Christophe Malardé

La gestion de course :

« J’aborde cette compétition sans pression particulière. Malgré mon titre de champion du monde, j’y arrive en outsider. Une belle place serait une cerise sur le gâteau mais ma saison 2010 se termine plutôt bien avec cette troisième victoire aux Templiers. Donc pas de complexe. Je vais observer et voir ce qui se passe au bout de 4 heures et pense que cela sera nerveux. » Thomas Lorblanchet.

« Je vais jouer la carte de la prudence avec l’objectif de rattraper les gars en difficulté dans le dernier tiers de la course. Pour moi, la vitesse, n’est pas un problème. C’est bien la distance que je vais devoir gérer. Il y a également le décalage horaire et la fatigue du voyage qu’il faudra réussir à effacer dans les 4 jours qui précèdent la course. » Christophe Malardé