Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Maud Gobert – "je reste avant tout une maman"

Maud Gobert s’est offert samedi dernier une nouvelle victoire mais surtout une ligne de plus à son palmarès avec un titre de Championne du Monde.
Ce titre est la récompense de 3 années de compétition au plus au niveau, elle qui a déjà tout gagné ou presque, avec notamment une victoire aux Templiers, la CCC, un titre de Championne de France 2009, 2 victoires au Marathon du Mont Blanc, à la 6000 D, la Sainté Lyon ……
Elle revient pour Trails Endurance Mag sur cette victoire.
Tu faisais partie des favorites, est-ce que cela t’a mis la pression ?
Non, je ne me considère jamais comme favorite même si on l’écrit et on le dit.
Je me dis simplement que personne n’est invincible et qu’au départ de chaque course je me lance un nouveau défi, celui d’arriver au bout.
Je ne préfère pas me donner une tactique avant la course, elle se construit au cours de cette dernière.
Tu t’es blessée au 14ème kilomètre alors que tu étais en tête, comment va ta cheville et as tu douté un moment ?
Je m’étais jusqu’à ce jour jamais blessée en Trail, je me suis dit que ce n’étais pas trop grave, puisque je pouvais continuer à courir.
Je me suis arrêtée pour regarder « les dégats », c’était très gonflé.
Tant que ma cheville était chaude et tenait, je ne me voyais pas arrêter.
Si la douleur s‘amplifiait, j’aurai alors dû prendre une décision.
Le parcours qui traversait des rivières m’a également permis de mettre la cheville dans l’eau froide ce qui me faisait du bien, je pense que mes manchons de compression ont permis d’éviter que ma jambe ne gonfle trop.
Le staff médical de l’équipe de France s’est occupé de moi à l’arrivée et le lendemain.
Aujourd’hui je peux marcher avec une attèle sans trop de douleur.
A quel moment as tu alors cru que tu pouvais revenir sur l’Italienne et gagner ?
Lors de la seconde ascension de Benbaun, j’avais de bonnes sensations, la douleur ne s’était pas aggravée, je m’étais bien alimentée et ré-hydratée.
J’avais croisé Cécilia sur le demi-tour (1/2 h plus tôt), elle comptait un peu plus de 4 minutes d’avance et j’ai pu remarquer qu’elle semblait un peu fatiguée.
Dans l’ascension je voyais son maillot bleu de mieux en mieux, je montais à mon rythme.
Je l’ai rattrapé après la descente et lorsque je l’ai doublé j’ai vu qu’elle ne s’accrochait pas, j’ai alors commencé à penser que je pouvais l’emporter.
Que t’apporte personnellement ce titre ?
Etre Championne du Monde ne change rien pour moi, pour ma vie de femme ; je reste avant tout une maman et je tiens à garder la tête sur les épaules.
Aux regards des autres c’est peut-être différent c’est certain.
Je suis heureuse pour la discipline «trail»,  j’espère que ces titres (individuel et collectif) vont permettre la mise en avant de ce sport difficile qui n’est que très peu reconnu.
Quel sera ton programme dans les prochaines semaines ???
Déjà, dès demain, je vais aller faire une « révision » totale de ma cheville gauche afin de savoir ce qu’il en est vraiment.
Je verrai ensuite selon le verdict des médecins, mais je ne serai sans doute pas au départ de la 6000 D.
J’envisagerai la suite par rapport à mon travail d’accompagnatrice en moyenne montagne, tout cela dépendra de l’état de ma cheville.
Autrement, ce sera repos forcé  jusqu’à l’UTMB si je peux le faire….           
Et puis ce sont mes filles qui vont être contentes, car je pourrai passer plus de temps avec elles !
J’avais oublié,……je vais quand même fêter ce titre avec mes amis de Valloire.