Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Mondiaux de trail 2015 – Court vient à bout d’Hernando

SYlvaon Court - Champhion du Monde de Trail 2015

Champion de France en 2014, Sylvain Court (voir son portrait dans Esprit Bleu ICI) a complété aujourd’hui son palmarès d’un formidable titre mondial, décroché au terme d’une bataille exceptionnelle avec l’Espagnol Luis Alberto Hernando (interview d’avant course ICI), le grand favori annoncé. Grâce aux 3e et 5e places de Patrick Bringer et Nicolas Martin, l’équipe de France masculine décroche en outre un titre mondial par équipes, sur le parcours de la Maxi-Race (85km – 5 300mD+).

PHOTOS CHAMPIONNATS DU MONDE DE TRAIL 2015

Epuisé par les 8h16min de course disputées sous une chaleur devenue écrasante à la mi-journée, Sylvain Court s’est effondré sur la ligne d’arrivée, assommé par l’émotion et la difficulté de l’effort qu’il venait de s’infliger. « C’est incroyable, jamais je n’aurais pu imaginer pouvoir remporter ce titre mondial » expliquait, dans des sanglots, le coureur Bordelais. « J’en ai ch.. (sic) du début à la fin ; je n’y croyais pas, et finalement, je réalise mon rêve, c’est incroyable ».

Sur sa lancée d’une saisons 2014 très réussie (champion de France de Trail 2014 et 2e aux Templiers notamment), Sylvain Court aura dû livrer une bataille intense pour parvenir à ce bonheur final. Sur un parcours assez roulant, sans trop de grosses difficultés techniques, on savait que l’allure serait rapide. On a été servi, le temps du vainqueur de l’an dernier ayant été battu de près d’une trentaine de minutes (dans des conditions météo et un parcours analogues). Un rythme d’enfer entamé dès 3h30 du matin, heure très matinale à laquelle a été donné le départ. « Franchement, c’est comme si j’avais couru un cross de 8 heures aujourd’hui » dira Sylvain Court. « On n’a eu aucun temps mort, c’est parti très vite d’entrée, ça relançait tout le temps. On n’a pas eu trop le temps d’admirer les paysages, ce qui rend ma victoire encore plus belle. Je me suis surpris, jamais je ne me serais cru capable de tenir un tel rythme aussi longtemps ».

Championnats du Monde de Trail 2015 - Luis Alberto Hernando et Sylvain Court

Luis Alberto Hernando et Sylvain Court

Il faut dire que Luis Alberto Hernando aura proposé une opposition féroce, du début au terme de l’épreuve. Encerclé par l’armada française en début de course (Xavier Thévenard, Sébastien Spehler, Julien Rancon, et déjà, Sylvain Court), Luis Alberto Hernando montrait quelques difficultés à suivre le rythme d’enfer du Jurassien et de l’Alsacien, ce qu’il confirmera sur la ligne d’arrivée. « Je suis sans doute parti trop vite sur les premiers kilomètres, c’est pour cela qu’à un moment j’ai volontairement baissé de rythme. Mes jambes ne suivaient pas, j’ai joué la prudence. La concurrence était terrible, notamment côté français » assurait Luis Alberto, qui tout au long de la journée, n’aura cessé de lutter contre les velléités d’une équipe de France dominatrice, toujours prête à « tomber » sur le coureur espagnol, à l’isoler. Côté tricolore, on avouait ne pas avoir eu de stratégie à « tiroirs » consistant à lancer des premières « flèches » contre l’Espagnol pour l’épuiser, afin de le « cueillir » à la fin. « On n’avait pas vraiment de stratégie de ce type » assurait Sylvain Court. « On voulait seulement réussir sur le plan collectif, remporter cette médaille d’or par équipe, sur notre sol ». Reste aussi que Luis Alberto Hernando n’aura pas forcément été bien protégé et épaulé par ses équipiers, vite débordés dans le massif alpin, et qu’il devra rapidement compter sur lui et lui seul pour assumer son statut de champion du monde de Skyrunning, décroché sur un parcours proche, l’an dernier, à Chamonix. Il regrettera, également, de s’être peut être trop donné il y a trois semaines sur la Transvulcania. « Je ne remets pas en cause ma préparation, mais peut-être n’aurais-je dû jouer que la victoire sur la Transvulcania, et ne pas m’user à battre le record de l’épreuve » reconnaissait l’Espagnol à l’arrivée. « J’ai vite senti que je n’avais pas de super jambes dès que la pente s’élevait, je pense que le début de course m’a un peu « grillé » ».

Championnats du Monde de Trail 2015 - Patrick Bringer

Patrick Bringer

Au fil des kilomètres, Xavier Thévenard, Julien Rancon baissèrent eux-aussi de rythme, Sébastien Spehler abandonnait dans le dernier quart de de course, victime d’un malaise, laissant Court au coude à coude avec Hernando. Un mano à mano qui allait perdurer jusqu’au dernier sommet du parcours, le Mont Baron, avant la dernière redescente sur Annecy-le-Vieux. « On est arrivés ensemble au dernier ravito, puis Hernando a attaqué fort » expliquera le nouveau champion du monde. «J’ai serré les dents, j’ai réussi à recoller, et pendant 3 kilomètres on est restés côte à côte. Et j’ai enfin réussi à m’échapper avant la dernière descente ». Plutôt à son avantage dans cet exercice, Court doutera cependant jusqu’à la fin d’un possible retour d’Hernando. «  J’ai dû me retourner 1000 fois dans la dernières descente, pour voir où il était. J’avais trop peur de finir au sprint. Ça aurait été terrible. Au final, ce fut une belle bagarre, bien dans l’esprit » conclura Sylvain Court.

PHOTOS  DES PODIUMS DES
CHAMPIONNATS DU MONDE DE TRAIL 2015

Une équipe de France formidablement dans l’esprit tout au long de la journée elle-aussi, toujours en vue et à l’offensive, présente sur la 3e marche du podium grâce à un Patrick Bringer opiniâtre et très beau gestionnaire de course. Ludovic Pommeret 5e, Nicolas Martin 7e, Xavier Thévenard 8e, complètent la razzia bleu-blanc-rouge, qui fait oublier l’adversité du jour, rapidement mise sous l’éteignoir, malgré un très beau final de Tom Owens (GBR) 4e, et un Top 10 de l’Américain Alex Nichols (6e). « C’est assurément la course la plus difficile que j’ai faite de toute ma carrière » avouera ce dernier, largement satisfait de cette place d’honneur.

Fabien Antolinos 11ème, Benoit Cori 13ème et Julien Rancon 19ème

Résultats Championnat du Monde de Trail 2015

Retour sur la victoire de Nathalie Mauclair ICI.

Luc Beurnaux – Photos Yves-Marie Quémener