Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Nicolas Bouvier Gaz relaxé

Nicolas Bouvier Gaz - relaxé

Le 7 février 2017, Nicolas Bouvier Gaz faisait la une des sites web spécialisés running et des réseaux sociaux après qu’un média web spécialisé dans l’athlétisme ait dévoilé l’affaire et divulgué le nom de l’intéressé – Voir l’actu ICI.

Notifié de ce contrôle positif sur l’échantillon A le 14 décembre 2016, lors des Templiers 2016, Nicolas Bouvier Gaz avait été jeté en pâture alors qu’il attendait juste la convocation de la FFA pour pouvoir justifier de sa bonne foi et s’expliquer.

Même si l’affaire a sans doute un peu trainé en longueur, il n’a jamais été suspendu pendant cette période, et a continué à prouver son innocence, s’en est défendu auprès de la commission et vient de recevoir en recommandé le courrier officiel le relaxant de toutes poursuites disciplinaires.

Nous avons joint le Manager du Team New Balance Jack Peyrad qui revient sur cette affaire, la procédure et maintenant la suite de la saison.

« relaxé et dossier classé » : Jack Peyrard

Quand a t-il appris la nouvelle se sa relaxe ?

Nicolas a reçu un recommandé il y a 48h (mardi 28 mars) de la part de la FFA, lui indiquant qu’il était relaxé, qu’il n’y aurait pas suite et que le dossier était classé.

Quelle a été la procédure suite au contrôle ?

Je tiens à préciser que Nicolas n’avait pas demandé la contre expertise de l’échantillon B, à l’annonce du contrôle en décembre il a tout de suite suivi la procédure.
Il a envoyé dans les 48 heures l’ensemble de son dossier médical, apporté les pièces justificatives demandées et il l’a ensuite complété avec d’autres documents pouvant apporter des preuves de sa bonne foi.

On regrette juste que le dossier ait trainé, il n’a été convoqué que le 16 mars 2017, il s’est rendu à Paris seul, comme un grand et serein, souhaitant lui même défendre sa cause, ajouter les éléments nécessaires et répondre aux questions.

La commission en charge de l’affaire, l’organe disciplinaire d’appel, lui a indiqué que le taux relevé correspondait à l’AUT délivré précédemment (Nasacort 55*), un élément qui a joué en sa faveur.

Cette commission lui a alors indiqué que le dossier était complet, sa présence a été apprécié (alors que le même jour d’autres athlètes convoqués étaient absents) et qu’il recevrait rapidement un courrier de décision suite à la délibération.

« On a fait bloc » : Jack Peyrard

Comment réagit-on alors en tant que Team Manager ?

C’est pas simple, quand on reçoit ce type de courrier, on le prend en pleine gueule, on se dit que tout peut subitement s’arrêter.
On a fait bloc, j’ai averti tous les membres du Team en premier et les partenaires.
On a voulu protéger le coureur, car normalement la procédure est sous X.
J’ai ensuite rencontré Nico, on a discuté entre 4 yeux et je lui ai demandé d’être clair avec moi dans nos échanges, je ne voulais pas défendre un dossier bancale.
J’avais alors confiance en lui et cette relaxe confirme mon sentiment.
D’autres Team et coureurs l’ont aussi appelé personnellement pour le soutenir.

Comment va-t-il rebondir ?

On l’a bien entouré pendant cette période, il a continué à s’entraîner en course à pied et à faire du ski alpinisme pour varier les plaisirs et aussi passer du temps avec sa jeune fille et sa compagne.
Une chose est sûre, il va reprendre la compétition comme prévu dans son planning le 9 avril et ne baissera pas les yeux, s’il le faut on s’expliquera de vive voix avec ceux qui le souhaitent.
On remettra l’église au centre du village.
Il sera au départ de Zegama en Mai, en stage avec l’ensemble du Team à Crest mi Mai et aura pour gros objectif la CCC fin août.

Par Fred Bousseau – ©Fred Bousseau

*Même si ce produit n’est interdit qu’en compétition et qu’il ne nécessite pas d’AUT (Autorisation à Usage Thérapeutique) pour le consommer par voie nasale, les règles de l’AFLD sont très claires : «La prise de ce médicament est autorisée hors compétition dans le respect de la voie d’administration. Il est impératif de suivre scrupuleusement la posologie prescrite. Toutefois, ce médicament peut entraîner un résultat d’analyse positif en cas de contrôle antidopage. Dans cette hypothèse, il vous appartiendra de présenter les documents médicaux justifiant de cette utilisation, qui seront appréciés, le cas échéant, par la fédération compétente ou l’AFLD. Pour plus de précisions, contactez votre médecin ou votre pharmacien» – source AFLD.