Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Premier bilan du Team Sigvaris

Auteur d’un bon début de saison avec des objectifs très ciblés, le team trail Sigvaris s’est déjà illustré sur de nombreuses épreuves.
Nico Martin a fait une bonne saison de cross avant de s’imposer au Trail hivernal du Sancy et au Trail de l’Ardéchois il y a 1 semaine, Patrick Bringer gagne Le Ventoux et Tulle Brive Nature, Yann Curien après un gros bloc d’entraînement s’est imposé de belle manière à l’Ultra Tour du Môle pour finaliser sa préparation pour La Transvulcania, le talentueux Yoan Meudec a pris une belle 3ème place du Lyon Urban Trail après avoir accompagné longtemps Julien Rancon et s’était imposé au Trail hivernal du Sancy en Janvier quant-à Martin Reyt, il fait une reprise en douceur.

Etats des lieux « des troupes » et objectifs

1 / Mai se profile et les grands RDV arrivent, comment vous sentez-vous après ces 4 premiers mois ? 

YANN CURIEN : pour une fois, je sors de l’hiver dans une bonne conditions physique. Bien que j’ai toujours un peu de difficulté à traverser les mois hivernaux, j’ai été épargner par les pépins physique, du coup mars et avril ont été 2 bons mois de préparation. Après une rentrée au Ventoux convenable, la préparation pour la Transvulcania s’est clos la semaine passée, ce qui permet d’attaquer la suite avec de la confiance.

NICO MARTIN : La saison se passe plutôt bien même si de façon volontaire, il n’y a eu que 3 trails au programme ! J’ai connu plutôt un bon début de saison malgré une légère déception au Ventoux. J’ai remporté une première grande classique à l’Ardéchois dans des conditions difficiles mais en maitrisant bien mon sujet.  La forme est ascendante en prévision des futurs objectifs. Je ne pense pas encore être revenu au niveau des Templiers 2012 mais il faut savoir être en forme le jour J. Il y aura un bon test le 19 mai sur le Grand trail du Limousin avec quelques uns des meilleurs trailers français (Clavery, Antolinos, Court, Chartoire…)

MARTIN REYT : L’hiver a été rude et long cet année dans le Cantal. J’ai en plus de cela été malade en décembre et mars, ce qui a retardé ma préparation pour le printemps. J’ai repris la compétition en avril avec 3 courses, 2 régionales et le LUT 23km. J’arrive début mai avec une grande fraicheur et les jambes reviennent au bon moment avec le retour des beaux jours.

PATRICK BRINGER : Le début d’année a été concluant avec 3 courses (Ventoux, Tulle/Brives et Roc de la Lune) et 3 victoires dont la première dans un contexte relevé. L’envie est là, pas le moindre pépin physique. J’ai bien tiré enseignement des premières années de trail en faisant beaucoup de jours de repos complets et sans course à pied.

Côté forme j’ai bien re-développé ma VMA en particulier le mardi midi avec les copains (du team comme Yoan ou d’autres team comme Thomas ou encore des triathlètes) et le bilan est bon à mon niveau personnel qui reste toutefois moyen dans ce secteur +-21 km/h. J’ai aussi travaillé spé le week-end aux côtés de Fabien Chartoire et je pense surtout m’être amélioré dans le « pentu » et dans les descentes techniques où je suis capable désormais de suivre sans trop laisser d’énergie ce qui est agréable.

YOAN MEUDEC : Sincèrement, bonne voir très bonne !!! C’est étrange mais des sensations comme celle-ci, ca faisait 4/5 ans que je ne les avaient plus ressenti. Peut être normal aussi car après une phase de transition, fin des études, début de la vie professionnelle…adaptation à ce nouveau mode de vie, il fallait retrouver une organisation optimale. C’est chose faite, et l’hiver a été consacré à beaucoup, beaucoup de VMA. Aujourd’hui, je pense que c’est inévitable de passer sur la piste au minimum 1 fois/semaine si l’on veut être performant en Trail, car les courses sont de plus en plus rapide. Quelques Trails régionaux, car un entrainement ne remplace pas une compétition, Un très bon trail au Lyon Urban Trail et une grande déception au Trail du Ventoux. Mais il faut savoir rebondir et de très belles courses arrivent…avec aussi les beaux jours.

2 / Quelles sont les ambitions pour les prochaines échéances ?

YANN CURIEN : Les ambitions sont surtout pour la fin de saison avec pour challenge de doubler championnat de France et Grande course des Templiers. D’ici là c’est poursuite de l’apprentissage!
Ce samedi ce sera la Transvulcania, le premier gros challenge de la saison avec une start-list très dense et des spécialistes des 4 coins de la planète. J’apprécie ces courses car c’est là que l’on mesure son véritable niveau. La forme est là, la confiance aussi, je vais prendre le départ sans complexes et tenter de suivre le plus loin possible. Un top 10 sera un bon résultat !

NICO MARTIN : Le grand trail du Limousin (manche du TTN) n’est pas forcément un objectif prioritaire pour ma part. J’irais bien évidemment avec des ambitions et j’espère faire aussi bien voire mieux que l’an dernier (3ème en 2012). Toutefois, je prends cette course comme une répétition grandeur nature des championnats du monde de trail. Ces championnats seront mon premier gros objectif de la saison. Je fais partie de ceux qui pensent qu’il faut savoir cibler ses objectifs et non empiler les compets. Porter le maillot bleu est un rêve pour moi donc j’espère faire honneur à cette sélection. Une place parmi les 3 premiers français serait déjà une belle récompense lors de cette course.

MARTIN REYT : la Marathon Race le 25 mai est une course que j’affectionne particulièrement : un marathon en montagne dans un spot pour tous les amoureux de sport outdoor ça donne forcement un caractère unique a ce trail.
Second l’an passé j’aurai l’avantage de connaitre le parcours cette année. Je vais me concentrer sur un gros travail en bosse pendant les 3 semaines à venir car c’est une course qui demande de bonnes qualité d’ascension.

PATRICK BRINGER : pour les Canaries il est très difficile de se livrer au jeu des pronostics car j’ignore tout de la concurrence et aussi du circuit. Il faudra déjà rallier rallier l’arrivée car l’an passé nombreux sont ceux qui ont pris de gros « tirs » sur le final dont K.Jornet, donc je me méfie et je reste prudent car je n’ai pas disputé légion de courses au dessus de 6h. Pour être plus précis je dirai que le top 10 serait bon et le top 5 optimal mais on verra sur place !

Après il ne faut pas se tromper de cible et après un premier semi objectif au Ventoux le prochain est début juillet pour les mondial au Pays de Galle, je n’ai donc pas préparé spécialement les Canaries. je le prends comme une bonne rampe de lancement vers l’été et une façon de progresser au contact de solides trailers, rien de plus. Comme à chaque course si les cannes sont là je tenterai ma chance.

YOAN MEUDEC : les ambitions seront déjà personnelles, en validant le travail fait à l’entrainement, en compétition. Puis les durées et les kilométrages vont s’allonger…ce sera donc davantage un challenge sur soi même que sur les autres compétiteurs. J’ai opté pour le Festitrail pour deux raisons.
Une région magnifique du côté du Pic Saint Loup avec de la technicité et de vrai sentier de trail. Une épreuve qui grandit et qui fait le plein cette année. Une bonne occasion donc de se frotter aux cailloux Héraultais.

3/ comment avez vous préparé ces différents objectifs ?

YANN CURIEN : Comme à mon habitude, peu de courses pour privilégier l’entrainement avec quelques gros we (notamment à S-4 et S-3), une course pas trop longue à S-2 puis du repos!

Pour ce qui est de la suite pas de courses prévue au programme, ce sera des bornes et du dénivelé à l’entraînement en vue du trail de Verbier Saint Bernard le 6 juillet. Ce sera un nouveau challenge avec 110km et au minimum 14 heures de course pour moi qui n’ai jamais dépassé 8h !!!!

Ensuite ce sera coupure puis préparation des objectifs de fin d’année!

NICO MARTIN : La saison hivernale a été consacré à un travail de qualité (VMA, seuil…) avec une saison de cross pleine jusqu’aux Frances. Depuis début mars, la préparation est plus classique avec la reprise du travail spécifique au trail comme le dénivelé, l’endurance de force… Le mois d’avril a été volumineux avec un mix de vélo et de travail à allure spé et quelques bonnes séances de pliométrie. Bien entendu, on axe la préparation sur les courses objectifs donc on s’adapte au profil proposés sur ces courses.

Pour les 2/3 mois à venir, je ne vais pas faire beaucoup de compétitions. D’ici le 6 juillet, il n’y aura que le grand trail du Limousin (19/05) puis les championnats du monde le 6 juillet. Il y aura sans doute des courses plus courtes tout en sachant qu’à partir du 9 juin, les athlètes sélectionnés ne doivent pas prendre part à des compétions de plus de 40 kilomètres. Peu d’objectifs, le but étant d’être frais mentalement pour les grosses batailles et d’essayer de préserver le corps pour être présent toute la saison et aussi les suivantes.

Bonne saison à tous et profiter des beaux jours !!!

MARTIN REYT : L’entrainement pour ce premier rendez-vous va tourner essentiellement à du travail au seuil en côtes et quelques sorties longues en montagne.

Pour la suite je pars 2 semaines en vacances en Corse début juin puis je vais courir le WE du 22 juin soit à l’UTPMA à Aurillac soit au marathon des Burons à Nasbinal en Aubrac.

PATRICK BRINGER : Comme je l’ai dit pas de préparation spéciale pour les Canaries, j’ai découpé l’année en 3 blocs uniquement tournées vers le Mondial :
=> Une phase classique en hiver avec une préparation foncière et axée sur la VMA. Le but était donc de développer des qualités physiologiques de coureur à pied « normal ». Dans ce cycle aucune compèt’ pour ne pas casser le travail et bien régénérer le physique et le mental.
=> Un Bloc « dénivelé » de mi février à mi avril englobant le Ventoux en gros test et des courses secondaires. Le but ici était d’orienter le travail physio aux spécificités du trail et de se « blinder » musculairement tout en réalisant les sorties longues nécessaires pour un format 5/6h.
=> Un bloc spé à venir (mi mai à fin juin) axé travail spé selon le profil du Mondial donc beaucoup moins de sorties longues mais un travail spécifique associé à un simple entretien des qualités développées ci-dessus.

Les Canaries sont donc la clôture de ce second bloc.

YOAN MEUDEC : planifier, c’est déjà s’organiser avec le volume horaire du travail.
La course à pied reste un plaisir, donc si je n’ai pas envie de sortir les baskets, elle reste au placard.

J’en ferai plus le lendemain. Sinon Je garde un travail de VMA classique et j’allonge les sorties par du Vélo et des sorties à pied avec dénivelé. J’essai de plus en plus de cadrer ces séances longues et spécifiques en fonction des parcours «  course » où je vais courir. C’est important car on arrive avec moins d’incertitudes le jour J. Le vélo c’est un bon moyen et ludique de varier les plaisirs, surtout dans notre belle région d’Auvergne. Côté course, probablement une autre course fin mai et mi juin et le marathon du Mont Blanc fin Juin.

Enfin, et c’est  plus le mot pour conclure du Manager, Et j’ai la certitude que nos athlètes, sont tous en grande forme…et je suis hyper satisfait ! Pas de pépins physiques, ils prennent du plaisir dans ce qu’ils font et on le ressent à l’extérieur. Ils savent maintenant tous gérer et planifier leurs saisons avec beaucoup d’intelligence et de professionnalisme. C’est appréciable, mais surtout ils gardent beaucoup de simplicité et d’humilité.
C’est essentiel, pour durer !

Team Sigvaris