Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Préparation hivernale : comment s’entraînent les champions ?

Si l’hiver est une période un peu moins chargée sur le plan des compétitions, la saison reste cruciale en terme de préparation. Trails Endurance mag a demandé à trois champions de faire le point sur leur entraînement hivernal. Méthodes différentes, sensations et niveau de forme variables, mais un seul objectif: arriver en pleine possession de ses moyens pour les grands rendez-vous.
 
Emmanuel Gault (Asics) : «Le foncier est ma priorité»

« Cet hiver, j’ai surtout mis l’accent sur le foncier. Après avoir observé une bonne coupure de dix jours en décembre, j’ai repris en axant ma préparation sur le foncier. Beaucoup d’endurance fondamentale. Je cours actuellement de bonnes semaines, aux alentours des 100/120 kms hebdomadaires. J’ai pris plus le temps de récupérer que les années précédentes, où j’avais très peu coupé et repris sur des séances rapides très vite. Là, j’ai ajouté quelques séances de fractionné progressivement, en travaillant sur des séries assez longues, plutôt des 4 minutes en nature que des 30"/30". Cela devrait m’amener en forme pour les premiers rendez-vous de la saison, plutôt roulants, avant d’attaquer une préparation plus tournée vers la montagne. Je vais déjà voir où j’en suis sur Gruissan, qui sera un bon test, avant d’aborder avec plus d’ambitions l’Eco-trail. Je commencerai ensuite à travailler vraiment le dénivelé pour préparer spécifiquement le grand objectif de l’année, l’UTMB »
Virginie Govignon (Lafuma) : « Place à la vitesse »

" Mon plan était basé sur 3 ans. J’ai donc mis une séance de spécifique de plus que l’an passé. Je ne fais que de la CAP en ce moment. Je suis à 6 séances par semaine dont une sortie longue qui ne dépasse pas 2 heures. Après un mois et demi de repos j’ai repris avec le travail de VMA courte (30"-30" et 1′-45" à plat d’abord puis en côte) et depuis peu j’ai introduit les séances de seuil (tps>8′ d’effort) pour travailler le temps de soutien. Ma vie m’empêche de faire de la piste (je n’ai mis les pieds sur une piste qu’une fois cet hiver ) du coup je fais tout en nature. Je pense que l’hiver est la meilleure période pour faire de la vitesse qu’on a tendance à moins travailler quand les compét s’enchaînent…
Cette année j’envisage 4 épreuves du TTN avant l’été pour pouvoir m’offrir de nouvelles compétitions en montagne l’été… J’espère être d’attaque pour Gruissan mi-février, en meilleure forme que mes concurrentes qui, comme moi, seront sûrement dans le début de la prépa des plus longues distances. J’ai noté que mon corps n’aime pas trop se tirer dessus à cette période : mon médecin m’a dit qu’à cette même date à un jour près (!!!), 3 années de suite, j’ai fait une hypotension… On verra si la chronobiologie est plus forte que le mental !
Je sais que j’ai plus la pêche au printemps : l’Eco trail arrivera quand j’aurai travaillé la vitesse et le temps de soutien et que je ne serai pas encore vraiment entrée dans le spécifique et technique montagnard.
D’ici le Célestrail de l’Andorre, j’ai le temps de faire du kilométrage et j’ai l’acquis de puissance des années précédentes que je vais renforcer mais pas tout de suite car je veux rester souple pour dérouler les jambes : oui j’ai noté qu’à trop vouloir bosser la puissance j’ai un peu perdu en élasticité. Je travaille là dessus en ce moment…

Julien Chorier (Salomon): « Ski et course! »

« J’hésitais entre deux options pour ma préparation hivernale: faire du ski de rando, ou bien une préparation classique axée cross-country et développement du VO2 max en course à pied. Finalement, je mixte les deux types de séances. Le ski me fait travailler le foncier et la puissance, la course à pied est réservée pour les séances rapides. Je ne fais pas plus de deux heures à pied en ce moment. De toute façon, enchaîner une séance de 10X400m après une sortie en ski de rando, ça brûle bien les cuisses!  Niveau forme, je vais voir ce que ça donne à Gruissan. Là, j’ai couru les départementaux de cross, ça allait vite, mais c’est un travail intéressant. J’ai encore le temps pour arriver vraiment au top. "

Recueilli par Sylvain Bazin – Photos Salomon et Raph Thiebaut