Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Record du GR 5 de Pascal Blanc

Pascal Blanc - Record GR5 - 2015

Pascal Blanc vient de réaliser une belle performance, (du 26 juillet au 2 août 2015), la traversée en solo Thonon les Bains – Nice soit le GR5 dans sa partie Alpine en 172h35min, soit un peu plus de 7 jours, d’un itinéraire qui se fait en une quarantaine d’étapes en randonnée.
La traversée des Alpes Françaises dans son intégralité du Léman à la Méditerranée représente 630km pour un peu moins de 40 000 m de D+ / D-.

Il faut savoir que le GR 5 part de la mer du Nord en Hollande, traverse la Belgique, le Luxembourg et la Suisse pour un peu plus de 2 600 km.

De la mémoire de Philippe Delachenal, l’un des pionniers de ces traversées sportives et la mémoire du GR5 et de la GTA (Grande Traversée des Alpes), seuls Christian Roussel et le Suisse Jacques Berlié avaient réalisé au milieu des années 90 et en duo un temps de 7 jours mais en n’ayant pas emprunté le « vrai » tracé du GR5.

Nous avons joint Pascal avant son retour sur l’île de La Réunion, encore endolori avec le releveur, il se sent plutôt en forme, dort beaucoup avec la sensation d’avoir bien récupéré de ses efforts.
Retour sur ce record inédit et homologué.

Contrôle anti-dopage, balises GPS et huissier

=> Comment as tu validé ton record ?

Pascal Blanc - Record GR5

GPS, outil de validation

J’étais équipé de 2 balises (dont 1 de sécurité inviolable vérifiée par contrôle d’huissier), avec l’émission de ma position toutes les 10 minutes pour le suivi sur le site et un enregistrement des points toutes les 4 secondes, ce qui ne permettait même pas de couper un virage.
La trace a été entièrement enregistrée, ce qui permet de valider la distance et le dénivelé total, un huissier est venu vérifié cela au départ et à l’arrivée.

J’ai également fait réaliser à mes frais des contrôles anti-dopage à Thonon et à Nice (analyse d’urine et de sang), des échantillons prélevés par le médecin avec la présence aussi de l’huissier qui les a scellé et emmené au laboratoire d’analyse (les échantillons ont d’ailleurs été doublé pour d’éventuels analyses complémentaires).

J’ai refusé les accompagnateurs à vélo, pour éviter toutes contestations, je voulais un défi, clair, propre et net.

Parcourir la muraille de Chine

=> Pourquoi cette idée de traversée ?

J’arrive plus à trouver la motivation pour les courses comme par le passé ; même en 2011, lorsque je termine 2nd du Grand Raid de La Réunion, je n’ai pas eu autant de plaisir que de gagner des courses moins prestigieuses quelques années auparavant.
J’ai du mal à retrouver cette fougue du dossard et de la compétition, peut-être parce qu’avec l’âge on devient moins performant.

J’aime bien faire des choses nouvelles, j’ai du mal à répéter les choses et les courses pour gagner 1 place ou 10 minutes.

Je m’étais lancé le projet un peu fou de traverser la muraille de Chine par des tronçons sauvages et non touristiques autour de Pékin.
Après quelques repérages cartographiques et des renseignements collectés j’arrivai à 680 km, c’était l’origine du projet, mais c’est difficilement réalisable à cause des autorisations Chinoises.
Officieusement je serai autorisé à le faire mais l’on m’interdit de communiquer dessus, c’est donc délicat aujourd’hui en terme de financement sans des relais médiatiques.
Je me suis un peu obstiné dans un projet comme ça et j’ai eu cette envie du GR5.

En Janvier 2013, j’ai réalisé mon Run Trip à la Réunion (440 km en 104 heures / 27 200 D+).
C’était à la fois une bonne occasion pour me tester sur des distances aussi longues (lucidité, réaction du corps et du mental…) mais aussi de tester mon équipe (logistique, médicale…).

Pascal Blanc : «au départ, j’étais déjà à l’arrivée…»

=> Tu as pris du temps au repérage de ce GR5 ?

Oui, je suis arrivé mi juin, j’ai effectué une reconnaissance en 15 jours fin juin pour voir le parcours, repérer des secteurs que je connaissais pas, rencontrer des gens et les gardiens de refuge pour expliquer mon projet, j’ai d’ailleurs eu un accueil formidable.
Mais c’était aussi une manière de réadapter ma chaîne musculaire, car à La Réunion c’est un terrain différent, plus en marche qu’en course.

J’ai pris la mesure du défi, il fallait que je coure à l’équilibre sans taper dans les réserves en m’économisant.
Mentalement au départ, j’étais déjà à l’arrivée, j’étais confiant en sachant que j’irai au bout.
J’avais beaucoup travaillé le mental, la respiration et lu des récits de skipper sur la gestion du sommeil.
J’avais une équipe solide avec des potes, un gros soutien moral et on avait bien préparé cela, tout ou presque avait été anticipé.
C’est un gros travail d’équipe, loin d’être un exploit individuel.

C’est cela l’esprit Ultra Skyrace, des copains venus m’accompagner, restés dans l’ombre, juste partager un moment, sans doute un état d’esprit qui se perd un peu dans le Trail.

On en sort tous victorieux.

Pascal Blanc : « j’arrivai à dormir en courant »

Pascal Blanc - Record GR5 2015 - assistance médicale

Pascal Blanc – Record GR5 2015 – assistance médicale

=> comment as tu géré ce défi au fil de ta progression ?

Pour pouvoir passer autant de temps, il faut raisonner en cycles journaliers avec le soleil.
J’arrivai à dormir en courant, au bout d’un moment ça fait comme un pendule, je me retrouvai sous hypnose, j’avais un coéquipier qui courrait devant moi la nuit avec une paire de Trabucco sur lesquelles il y a 2 bandes phosphorescentes et je suivais ce rythme, ça m’endormait.
Seul un léger changement de rythme ou de foulée me réveillait, à presque sursauter, et c’est à ce moment là que je me rendais compte que j’avais dormi.

Quand je titubais, je dormais ½ heure avant le lever du jour pour vraiment avoir la sensation de commencer une nouvelle journée.
Je prenais alors un café, des tartines pain / beurre (comme à la maison) et ça repartait sur un bon pied pour une journée « normale », les repères étaient bons.

Mes ravitaillements, une trentaine, étaient tous organisés de la même manière, je mangeais, je me lavais les jambes et les pieds, je me faisais masser et le médecin m’auscultait pendant que je dormais pour des temps je m’étais donné, entre 30min et 1h, je me réveillais et je repartais requinqué.

=> as tu eu des moments de doutes pendant le défi ?

Je n’ai jamais douté, juste parfois eu peur de ne pas trouver de solutions à quelques petits soucis, mais ceci n’a jamais été contraignant.

Dans la descente du col de l’Iseran, après le refuge du Palais, mon pied s’est accroché et j’ai senti un pincement, j’avais mal entre Bessans et Refuge du plan du Lac, c’est à ce moment là que c’est déclenché ma tendinite du releveur.
J’avais pas de diagnostic médical et je cogitai, il faisait froid avec de la pluie, le médecin m’a examiné, m’a strappé et ensuite il a décidé de me bloquer la cheville….la solution était trouvée.
Un peu plus tard, Romain Olivier, m’a accompagné et il m’a dit « t’inquiète pas la douleur c’est rien, t’es un homme de fer » et ça m’a reboosté.

J’ai fait 40 heures non stop au départ, mais le médecin m’a vraiment conseillé de faire 1h de sommeil à la place des 1/2h initialement prévues.
Au bout de 70 heures, j’ai eu des hallucinations assez fortes, je voyais des arbres sur la route, des panneaux inclinés, un chien qui mordait le coureur qui m’accompagnait…..
Ça te mets dans un autre monde, c’est des sensations autres, mais physiologiquement c’est un peu boarderline et risqué.
J’ai suivi les conseils du médecin en augmentant un peu le temps de sommeil et c’est passé.

Pourquoi pas le GR 10 ?

=> tes prochaines semaines ?

PAscal Blanc - Grand Raid de la ReunionJe rentre ce lundi 10 août à la Réunion, je reprends avec 2 treks sur l’île avec des clients et les reconnaissances du Trail du Bourbon et de la Mascareignes.
Je vais voir pour faire pourquoi pas le Grand Raid, soit pour participer à la fête ou pour essayer de faire un truc….à voir en fonction de la récupération et de la motivation, rien n’est décidé pour le moment.
J’ai envie de continuer à faire ce genre de défi, j’y prends du plaisir, peut-être la traversée de la Nouvelle Calédonie (840 km), j’ai fait la reconnaissance et pourquoi pas le GR 10 dans les Pyrénées.
Ce sont des projets coûteux, il faut trouver les financements et le temps.
J’aime les défis, la nouveauté des challenges, c’est mon émulation et ma motivation.

=> Le record en chiffres

Durée : 7 jours 4 heures et 35 minutes
Distance : 627 km
Dénivelé : 39 633m D+ / 39 333m D-
8 personnes dont 1 médecin dans l’assistance
15 coureurs relais
200 oeufs en omelettes
100 litres de boisson énergétique Punch Power bio
12 & 15 heures le temps de sommeil cumulé
6 rouleaux d’Elastoplaste pour les straps.

Par Fred Bousseau – août 2015

Pascal Blanc - Grand RAid 2013

Pascal Blanc – Grand Raid 2013