Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Sébastien Spehler : « il faut être prêt à 100% »

Sébastien Spehler au depart des Championnats de France de Trail pour un second titre

L’Alsacien Sébastien Spehler, invaincu en 2014, sera le favori numéro 1 ce week-end aux championnats de France de trails, qui se déroulent à Buis-les-Baronnies (Drôme), il sera là pour défendre son titre sur le format long (voir la liste complète des favoris des Championnats de France 2014 ICI).

Sébastien Sephler favori, c’est une lapalissade, tant l’Alsacien est hégémonique en cette saison 2014. Dix courses : dix victoires, parmi lesquelles le trail du Ventoux (News ICI), le trail des forts à Besançon, la Maxi-Race (news ICI)le premier Français était automatiquement sélectionnable pour les championnats du Monde de trail en 2015 qui se disputeront à Annecy – ou encore la 6 000 D fin juillet (lire la news ICI avec photos et résultats). « Non, je ne m’attendais pas du tout à faire une telle saison. A chaque fois, c’est une grande joie tout simplement. Je suis super content ».
Sebastien Spehler - AdidasA quoi attribue t-il sa progression ? « Je pense que cette année, j’ai plus pris confiance en moi. J’ai aussi gagné en expérience car l’an passé, il s’agissait de mes toutes premières grandes courses. Je ne me connaissais pas, j’avais des soucis au niveau de l’alimentation. J’étais facilement en hypo alors que là, j’arrive plus facilement à savoir avant » explique Sébastien Spehler, actuellement en formation pour devenir coach. « Cela fait vingt ans que je fais de la course à pied. Ça m’a toujours plu. Je me suis également rendu compte que sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes marquent des choses fausses sur l’entraînement. Certains sont blessés et continent à courir : il faut leur dire stop » sourit-il. « Et au bout d’un moment, quand on aime quelque chose, il faut le partager ».

Toujours est-il que cela fait quasiment un an que l’Alsacien n’a pas terminé sur la plus haute marche podium, lorsqu’il abandonna pour ses premiers Templiers trois semaines après avoir glané le premier titre de champion de France officiel. « Je ne peux pas dire que j’en garde un mauvais souvenir. Sur la ligne de départ, je savais que ça allait mal se passer. J’étais fatigué et complètement à côté de la plaque. C’était une expérience en plus et on apprend de ses erreurs. Cela m’a sans aucun doute servi cette année ». Quelles furent ces erreurs ? « Il n’y avait que trois semaines entre ces deux courses, qui étaient trop proches. En plus de ça, mon gros objectif était les France. Une fois que je les avais gagnés, ma saison était honnêtement finie dans ma tête. Les grands objectifs comme ça, il faut être prêt à 100 % ».

Aux avant-postes avec Julien Rancon…son coach ?
Sébastien Spehler sera donc favori pour réaliser la passe de deux, dimanche à Buis-les-Baronnies (Drôme). « Le but est de conserver le titre. La préparation s’est bien passée. Je ne connais pas le parcours. Je me sers du profil que l’on trouve sur internet » souligne celui qui a disputé les Crêtes Vosgiennes fin août en guise « d’entraînement“. Les adversaires dangereux ? J’imagine bien Julien Rancon, mais aussi Sylvain Court et tous les gars qui vont essayer d’assurer la qualification pour les Mondiaux*».

Julien Rancon…qui coache justement Sébastien Spehler. Comment comptent-ils gérer cela s’ils se retrouvent tous les deux aux avant-postes ? « C’est clair que ça va faire un peu bizarre. C’est mon coach, on est du même team, et on est amis maintenant. On en a un peu parlé. Que le meilleur gagne et voilà. L’essentiel est que chacun de nous fasse la meilleure course possible » glisse avec le sourire le champion d’Alsace de cross. « On n’a jamais couru ensemble, mis à part les Templiers où on avait échoué ensemble ».

« Il y a plein de choses à faire »
S’il est favori, Sébastien Spehler n’a pas pour autant l’impression de posséder un statut différent. « Très franchement, ça ne change absolument rien du tout. On peut me voir comme on veut, je courrai de la même manière. La façon dont les adversaires me voient, ce n’est pas une question que je me pose ».

Une chose est sûre, l’Alsacien n’est pas repu, loin s’en faut. Après les France, il s’alignera aux Templiers. Et la suite ? « Je ne sais pas du tout pour l’instant. Ce n’est pas que je me cherche encore mais il y a plein de choses à faire, et j’aimerais un petit peu tout faire. L’année prochaine, je peux très bien faire une course de trente bornes, et un ultra. Je ne sais pas encore ».

* Les 2 premiers des Championnats de France 2014 de Buis-les-Baronnies (Trail long) auront leur ticket pour 2015, une fois ceux déjà sélectionnés retirés.

Par Quentin Guillon – Photos Fred Bousseau et Thierry Sourbier.

Sebastien Speher avec son coach Julien Rancon - 2013