Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Solukhumbu Trail -Etape 8 – Les choses sérieuses débutent en altitude…

Première grande étape d’altitude ce samedi, avec une étape longue de 15km, et deux cols à plus de 5400m à gravir. Le souffle court, mais les yeux émerveillés par les panoramas proposés, l’ensemble du peloton s’en est parfaitement tiré aujourd’hui, pour arriver sans encombres sur les rives du splendide lac de Gokyo. Au départ de l’étape néanmoins, le peloton avait dû se séparer de l’un de ses plus valeureux et attachant éléments ; François Poissonnier préférait sagement se retirer de la compétition pour raison médicale (sans gravité toutefois), et laissait ses compagnons de course s’attaquer à un parcours dantesque; une première ascension entre Lundgen et le Renjo La (5350m environ), soit 1000m D+ et un spectacle ahurissant mêlant lac d’altitude, neiges éternelles et sommets mythiques se détachant à l’horizon. Sous le coup de l’émotion, chaque concurrent tombait dans les bras de Dawa Sherpa venu accueillir chacun d’entre eux au sommet, d’où l’on pouvait distinguer très nettement le Makalu, L’Everest, le Pumori, etc… S’ensuivait une descente "givrée" et périlleuse  (800m D-) en direction du Lac Gokyo d’un bleu turquoise indescriptible, avant une seconde montée terrible vers le Gokyo Ri, 5400m. Plusieurs concurrents peinaient à trouver leur voie sur cette deuxième ascension du fait d’un balisage difficilement lisible. L’arrivée était jugée au sommet, et consacrait les athlètes sherpas, les seuls à pouvoir encore courir à de telles altitudes. Côté féminin, les Sherpani prenaient environ 40 minutes à Corinne Favre, affaiblie par de l’asthme et une grosse fatigue. La Française conservait néanmoins une bonne avance au général pour pouvoir se permettre quelques "passages au travers" de la sorte….