Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Stéphanie Duc sort de l’ombre

Pour la seconde année consécutive, la Savoyarde Céline Lafaye devrait selon toute vraisemblance remporter le Trail Tour National (TTN) Court. Après son facile succès dans le Loir-et-Cher « sur les Traces du Loup » qui la propulse en tête, il suffit en effet à la pensionnaire du Team Asics de s’adjuger au pis des cas la troisième place sur l’une des deux ultimes manches pour toucher le jackpot. ?Sa dauphine n’est autre que l’Ardéchoise Fiona Porte (Team Adidas) dont la prestation décevante à l’occasion du Trail Drôme Lafuma en raison d’une lombalgie aura eu de fâcheuses conséquences sur le classement final. Et ses dispersions sur le trail long et la course de montagne n’auront peut-être pas joué en sa faveur.
?Une autre fille, mais beaucoup plus en catimini, n’aura jamais cessé de se montrer à la hauteur de ses deux prestigieuses rivales. Son nom ? Stéphanie Duc (Team Inov-8), une autre Savoyarde, qui pointe en troisième position. Parallèlement au TTN Court, on l’aura également vue à son avantage sur des épreuves à la réputation bien établie, à l’instar du 34km de l’Ardéchois (1ère), de la Grimpée du Semnoz (1ère) ou du Cross du Mont-Blanc (2ème). Prochaine échéance pour elle : le 30km du Courchevel X-Trail, dimanche 10 juillet.?Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, Stéphanie s’extirpe enfin de l’ombre.

Pour commencer, peux-tu te présenter Stéphanie ?
Née le 5 novembre 1975 à Albertville, je suis de par mes parents originaire du Beaufortain, le fameux « Petit Tyrol Savoyard ». Toute ma jeunesse, c’est à Beaufort-sur-Doron que je l’ai vécue. J’ai un compagnon cycliste qui performe, en l’occurrence Gilles Tresserre, deux garçons de 11 et 8 ans et demeure à Grignon, commune de deux mille habitants séparée de la cité olympique par l’Isère. Enfin, professionnellement parlant, je bosse comme chargée de clientèle à Mutuelle Existence Albertville.

Quel fut ton parcours sportif ?
J’ai toujours baigné dans le sport. Dès l’enfance et jusqu’à l’âge de 17 ans, je me suis adonnée au ski de fond puis deux ans durant au biathlon. Aujourd’hui, j’alterne entre course à pied, cyclisme et ski-alpinisme. Mais c’est bien la première qui se taille la part du lion, les compétitions se comptant sur les doigts d’une main pour le vélo (sous forme de grimpées sèches), atteignant une dizaine pour la « peau de phoque » (en verticale race).

Quel a été l’élément précurseur pour chausser des running ?
Incontestablement, la naissance de mon second enfant. Quand je me suis mise à retravailler fin 2005, le temps imparti au loisir ne m’a plus permis de me consacrer exclusivement au cyclisme, les séances étant beaucoup trop longues. En conséquence, je me suis rabattue sur la course à pied qui présente sensiblement moins de contraintes. Mais je ne délaisse pas pour autant la petite reine avec une à deux sorties hebdomadaires sur route ou en VTT.

A compter de 2010, tes progrès ont été fulgurants. Comment expliques-tu ce bond en avant ?
En 2009, Franck Lafon, un ami, m’a initiée aux fameuses séances de VMA. Depuis, nous fractionnons souvent de concert, d’autant plus qu’il réside à Gilly-sur-Isère, commune limitrophe de la mienne.
Sur plat via une piste cyclable, nous alternons entre 10×1’, 10×400, 5×800 et 5×1000. En côte, c’est le 10x200m, soit entre 45 et 50 secondes sur une épouvantable rampe, qui prédomine. Eh bien je dois dire que si ce type d’exercice n’est pas une sinécure, il aura contribué directement à l’explosion de mes performances. Aussi, je suis vraiment reconnaissante à l’égard de Franck pour m’avoir introduit ces séquences dans mon entraînement.

Que penses-tu de ta probable 3ème place sur le TTN Court 2011 ?
J’ai donné le maximum et si Céline est sur le point de décrocher la timbale pour la seconde année consécutive, c’est qu’elle est tout bonnement la plus talentueuse. En réalité, elle n’a jamais été aussi forte que maintenant alors que l’an passé son « exil » bruxellois l’avait quelque peu décontenancée, accomplissant des prestations inférieures à son réel niveau. Aussi, quand je mets en exergue mes prouesses sur Céline, ce n’est certainement pas par mesquinerie mais au contraire parce qu’elle est bien la référence hexagonale sur trail courte distance.

Recueilli par François Vanlaton.