Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Templiers 2010 – A l’heure des reconnaissances

Le nouveau parcours de la Grande Course des Templiers autour de Millau, suscite sans doute des interrogations, de l’excitation et des inquiètudes. Que ce soit parmi l’élite et les prétendants au podium, ou les locaux qui viennent chaque Week End repérer le parcours. Un repérage qui permet aux athlètes des différents Teams de se retrouver pour échanger ou effectuer une section du parcours ensemble.
A l’image de Thomas Lorblanchet (Salomon – photo ci contre) – double vainqueur sur l’ancien tracé – venu repérer avec son entraîneur Patrick Bringer, mais aussi le Team Adidas présent ce week end autour de Thierry Breuil (Gilles Guichard, Sylvain Court), le team Asics (11 coureurs venus de toute La France, Maud Giraud chez les filles, Alain Bohard, Thomas Saint Girons, Xavier Thévenard, Manu Gault, Eric Clavery, (lequel était sur place pendant 1 semaine… et qui dans le dernier Endurance Mag – N°83 – ne cache pas ses objectifs pour le rendez vous du 24). Laurence Klein est elle aussi passée par Millau, tout comme Franck Mantel et autres coureurs venus en voisins de plus ou moins loin.
Les premiers commentaires font état d’un parcours très technique et très exigeant qui devrait consacrer cette année un coureur(reuse) complet sachant combiner technicité, vitesse et gestion de course.

Des journées de reconnaissance qui se multiplient à l’heure des grands grands rendez-vous du calendrier, preuve que le trail se "professionnalise" dans son approche par l’Elite de la discipline. Des journées de reconnaissance qui représentent aussi une belle aubaine pour l’économie locale, qui à cette époque de l’année connaît logiquement un petit ralentissement. Mais qui génèrent aussi un impact non négligeable sur l’environnement, avec ces coureurs venus des quatre coins de la France….

Des repérages sans doute nécessaires à certains, mais aussi ambivalents : connaître les difficultés lorsque l’on est parfaitement préparé et que la course se déroule comme on le veut est sans doute un atout…qui peut vite devenir un handicap, notamment psychologique, si l’on a un passage à vide et que l’on sait ce qui nous attend derrière…