Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

TNF 100 à Sydney – ITV de Seb Chaigneau

Après François D’Haene (hier – voir ci contre), rencontre Australienne ce jour avec Seb Chaigneau.
Lui aussi devait, comme François, aller au Mont Fuji, annulé pour les raisons que l’on connaît, mais aussi en Libye en début d’année, également annulé alors que les concurrents s’apprêtaient à embraquer dans l’avion.
Il s’est rattrapé depuis en participant à La TransgranCanaria avec une 3ème place.
Ne cherchez pas de portrait de Seb, il est déjà au volant de ce magnifique camion de pompiers, acheté pour son fils Ethan.

Rendez vous demain avec Kilian Jornet.

Trails Endurance Mag : quelles sont tes premières impressions en arrivant en Australie ??
Seb Chaigneau : pour ce qui est des impressions et surtout des premières, elles étaient un peu sombre ! En effet je suis arrivé à mon hôtel à 6h du matin et je suis allé me poser le temps de récupérer un peu de 25 heures de voyage et + 8 heures de décalage dans le nez !
Ensuite armé de mon appareil photo et de ma petite camera, je suis parti à la découverte de Sydney. Là j’ai pas été déçu, découvrant de grands immeubles côtoyant des églises construites il y a bien longtemps, en fait j’ai vraiment ressenti le mélange des genres, entre l’ancien et le moderne. Ensuite il faut y rajouter la plage, les vagues, le sable fin et des surfers de partout. C’est un peu un mélange entre la vielle Europe et la Californie .
Et puis comme souvent quand je découvre un pays c’est aussi des nouvelles  rencontres en tous genres :  Traders stressés en costard, communauté gay, clochards, punks, bikers de 80 ans avec une Harley de fou et plus de poids par tous ses souvenirs disposés partout que par la moto elle même!..Sans oublier dans les coins un  peu sombre des seringues et des cuillères  ayant servis à préparer un shoot …ce sont les travers des grandes villes…

TEM : Tu as changé ton programme de course suite à l’annulation du Libyan et du Mont Fuji, est-ce compliqué de se re-motiver ??
S C : C’est pas trop la motive , le plus dur c’est d’aller courir sur une épreuve quand tu sais que tu ne t’y ai pas idéalement préparé. Ces changements m’ont demandé de me relancer dans mes entraînements sans trop de recul pour une date et un profil de course différentes…. en plus il a fallu que j’annule mon déplacement en Argentine, pas assez de temps, gros décalage horaires et à peine deux semaines de préparation spécifique entre les deux…Attention je ne me plains pas, je dis juste que je ne suis pas une  machine, à 38 ans on récupère moins vite! Même si je profite de superbes opportunités pour découvrir le monde en courant, la notion de plaisir et l’envie de me battre, d’être compétitif  doivent rester mes principales motivations …

TEM : As tu modifié ta préparation pour cet Ultra de 100 km ??
S C : J’en ai discuté très tôt avec Christophe (Malardé, son entraîneur) et nous sommes tombés d’accord sur le fait que ce n’était  pas le même enjeu que le Mont Fuji, Le Japon était pour moi un objectif avec l’envie de bien faire sur les terres de mon pote Kaburaki donc en Australie, je suis là pour découvrir la course.
Ensuite en fonction des sensations je verrais bien….en plus comme en ce moment entre deux déplacements, quelques préparatifs  pour l’arrivée imminante de notre petite fille (enfin pas trop vite quand même! j’espère qu’elle va m’attendre! j’ai une femme très zen…) et le tournage des "Get Ready For" pour The North Face  je n’ai pas le temps de m’occuper de mon potager….

TEM : quelles seront les conditions météos et te conviennent-elles ??
S C : Ce  sont des conditions d’automne avec 8/9°c au petit matin et dans la journée, ça monte à 20°c donc c’est pas mal…On fera de toute façon avec dame nature et les conditions qu’elle nous proposera le Jour J !