Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Tour de l’Oisans et des Ecrins Non Stop : un énorme défi

C’est à une course un peu au delà des limites du concevable que ce sont attaqués, mercredi matin à 8h00, les coureurs de cet édition anniversaire du défi de l’Oisans. 180 kms et 12 000 de D+ au programme et une météo qui allait rendre encore plus dantesque cette aventure hors norme.

A la faveur d’un début de parcours assez roulant mais sous une météo très capricieuse, un groupe de favoris allait se dessiner, discutant et restant à portée de foulées l’un de l’autre pour cette première journée : l’espagnol Pablo Criado Toca, Cyril Cointre, Guillaume Millet et le jurassien Lucas Humbert. Celui-ci nous avouera : « j’ai calé mon rythme sur celui de Guillaume Millet car je le savais très expérimenté sur des courses aussi longues ». (Guillaume abandonnera malheureusement un peu plus tard). Du coté des féminines la belge Séverine Vandermeulen, Irina Malejonock et Martine Volay arrivait avec moins de 5 minutes d’écart à Vallouise (km 83) présageant d’une course très serrée.

La première nuit tombait sur les Écrins et c’est sur un parcours glissant que Lucas Humbert allait prendre quelque encablures d’avance sur les points culminants du parcours (Col de l’Aup Martin 2761 m)  pour arriver avec 10 minutes d’avance à la Chapelle (km 133). « Je savais que rien n’était joué et que la route était encore longue alors j’ai pris le temps de bien me restaurer et de me reposer pour repartir avec mes compagnons ». Même scénario chez les filles où Séverine Vandermeulen n’a pas encore suffisamment creusé l’écart pour la mettre à l’abri d’un retour des autres concurrentes.

Alors que les efforts consentis jusque là commence à se faire sentir pour cette deuxième journée et que la liste des abandons s’allonge à l’arrière au rythme des averses, Lucas Humbert va peu à peu se détacher : « c’était mon jour, j’avais les jambes et cette victoire je la voulais vraiment. Quand on s’est croisé à Valsenestre (km 162) j’ai su que c’était pour moi. ». Il inscrit ainsi son nom au palmarès de cette épreuve unique et établi un nouveau temps de référence de 32h34m09s. Cyril Cointre et Pablo Criado Toca arriveront main dans la main près de 3h plus tard.

Chez les féminines, aucune ne veut baisser les armes et dans une deuxième nuit noire et brumeuse, Séverine Vandermeulen sera obligé de gérer au plus juste son avantage pour empêcher le retour en trombe de Irina Malejonock. Elle l’emporte avec à peine 5 minutes d’avance après 40h23 de courses. Martine Volay complète le podium au courage après une entorse à mi parcours.

A cette heure, bon nombre de coureurs sont encore sur le parcours : les derniers arrivants sont prévus Samedi à 16h00. Il va leur en falloir du courage car au dire de Daniel Boebion (pionner de l’ultra et 30ème à 64 ans) : «Pour aller au bout, il faut aller au bout de soi même…»
Photos Organisation :
Lucas HUMBERT, vainqueur chez les hommes.
Séverine VANDERMEULEN (à droite), vainqueur chez les femmes, et Irina MALEJONOCK (au centre) avec son accompagnatrice (à gauche), 2ème à 5mn de Séverine.