Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Trail d’Albertville, lorsqu’un chamois s’invite à la fête.

Architecte du Trail d’Albertville, le Club Alpin Français ne se contente pas de scander des slogans pour porter aux nues sa manifestation. Il met aussi un point d’honneur à les appliquer, ce qui, reconnaissons-le, est autrement plus difficile. Celui intitulé « La Montagne en fête », surgi dès le prologue de 2005, aura ainsi condensé à lui tout seul cette 8ème édition, disputée ce dimanche par une température quasi-estivale

Les 740 dossards attribués contre 563 l’an passé, en l’occurrence le record absolu, illustrent parfaitement le triomphe Albertvillois. N’empêche, la fête n’aurait pas été totale si les prestations des trailers, élitaires comme sans-grades, n’avaient pas été à la mesure de cet emballement populaire.
Au final, elles le seront à l’image de cette avant-garde qui aura fait des prodiges sur le 34km, Julien Rancon et ses deux plus dangereux traqueurs rangeant au rayon des souvenirs le temps référence du Mauriennais Lionel Bonnel, pourtant une des stars du ski-alpinisme.
A l’instar également de ces jeunes pousses qui par leur culot et leur talent auront dynamité les pelotons, à commencer par celui du 21km. En particulier l’Arêchois Xavier Gachet, âgé d’à peine 23 ans, une des étoiles du « ski-alp » intégrant cette année l’équipe nationale mais quasiment novice en trail, ce qui ne l’a pas dissuadé d’aller mater la concurrence pourtant dominée par d’éminents spécialistes de la courte distance. 20 ans le 28 avril dernier, le Montmélianais Baptiste Cauterman ne fut pas en reste, s’offrant une probante 7ème place et un bond en avant de près de 28’ en deux ans.
Quant au prometteur Cyrille Gardet (Team Salomon Espoir), 22 ans, il aura longtemps animé le 34km avant d’être supplanté par l’épatant Aurélien Dunand-Pallaz, 20 ans le 29 décembre prochain, skieur-alpin à la base et étrennant ses baskets en mai 2011, les deux Val-d’Arliens se classant respectivement 5ème et 3ème. Indubitablement, la relève aura pointé le bout de son nez à Albertville.
Et que dire de cette profane, arpentant l’épreuve-reine lestée d’un gros sac brinquebalant, deux rames faisant office de bâtons, titubant et percluse de crampes, mais suscitant l’admiration pour son opiniâtreté à ne rien lâcher ?

Les Templiers en perspective
Julien RanconPour la huitième compet’ depuis sa reprise intervenue le 27 mai à l’occasion des Championnats de France de course en montagne, consécutive à six mois de galère, Julien Rancon aura atomisé l’ancienne marque de plus de 16’, soit 3h07’23. A vrai dire, un chrono qui aurait pu être meilleur encore si le sociétaire des Teams New Balance et BV Sport avait été repoussé dans ses ultimes retranchements. Mais là n’était pas l’essentiel, le Trail d’Albertville lui servant d’ultime test avant l’échéance majeure de sa saison : la Grande Course des Templiers qu’il découvrira.
Disposant d’1’30 d’avance à Allondaz (km8) sur Gardet, de 3’ à Tamié (km17) sur un duo composé du même homme et du Tarin Frédéric Thérisod, c’est dans le mur accédant au Parc du Mouton(1km pour 330m de dénivelée) qu’il creusera irrémédiablement l’écart. Bondissant en petites foulées (il exècre la marche), celui qui vit dans le Bassin Chambérien depuis juillet 2011 trouvera alors un malin plaisir à dompter cette rampe avant que ses poursuivants, dos cambrés, boule baissées et langues pendantes, n’en subissent la moindre aspérité.
In fine, plus de 12’ le séparèrent de son dauphin Thérisod qui pour sa part lâchait définitivement Gardet au km19,5, témoignant ainsi d’une conversion réussie sur des longueurs plus conséquentes. A l’arrière, la résurrection de Ludovic Pommeret (Team Hoka) fut le seul fait notable. Pointé en 7ème position au km17, le Mauriennais enclenchera la troisième dans l’éprouvante ascension du Col du Haut du Four, grillant ainsi la politesse au fondeur ubayen Nicolas Perrier puis au Chambérien Sébastien Masbous (Team Raidlight), avant de déposer Gardet à 3km du but, échouant ainsi au pied du podium.

« Caro and co »
Remise à peine d’une entorse à la cheville, l’ancienne gloire de l’aviron français Caroline Freslon-Bette (Team Garmin) se C. Freslon : Z. Chateauserait bien contentée du 21km pour une reprise en douceur même si l’envie la titillait de s’aligner sur la distance supérieure. Faisant sienne l’adage qui veut que « le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas », la voilà finalement s’alignant sur le 34km. Elle n’allait pas le regretter. Après un incessant mano a mano avec la Franco-Slovaque Zuzana Chateau (Team Sport 2000 Saint-Alban Leysse), lauréate du Challenge du Parc des Bauges, elle s’envolait en vue du Col du Haut du Four (km21,5), pour signer une éclatante victoire, succédant ainsi à Fiona Porte et Nadège Cavagna dans le palmarès. Une mauvaise gestion alimentaire aura eu raison des ambitions de la Slave.
Grimpait sur la marche restante du podium la Clusienne Marie-Laure Pavot (Team Sport 2000 Pays Rochois), qui se permettait le luxe de devancer la triathlète chambérienne Sandrine Tournay et la Tarine Claude Chenal, pourtant bien plus expérimentées, confirmant ainsi son potentiel entrevu l’année dernière. A l’image de Pommeret, elle aussi aura fait la différence sur les forts pourcentages après s’être extirpée de Tamié (km17) en 6ème position.

Confirmation pour Jeannier
Sur le 21km, les tiercés gagnants auront été dessinés longtemps à l’avance, excepté chez les garçons. Alors que Xavier Gachet venait à bout de l’ex-vététiste annécien Damien Piquemal (2ème) dès le km7, le reléguant à 4’ à l’arrivée, la joute opposant pour la 3ème place le réputé Stéphane Avrillon (Team Technicien du Sport Seynod) au méconnu Aurélien Romanet (VEO 2000 La Plagne) aura été épique. C’est seulement à l’entame de la descente (km17) que le premier prenait un très léger avantage qu’il parvenait à sauvegarder pour une poignée de secondes. Victorieux il y a deux semaines sur le 27km du Trail de Combe Bénite dans son village de Granier-sur-Aime en Tarentaise, Romanet, n’a, de toute évidence, pas fini de surprendre.
Routière à l’origine, Céline Jeannier (Union Olympique Albertville Tarentaise), aura fait cavalier seul hormis les premiers km où l’escortait Julia Combe (Entente Athlétique de Grenoble), accoutumée aux départs en trombe. En l’absence de Céline Lafaye et Stéphanie Duc, son succès ne faisait en vérité que refléter les prouesses qu’elle multiplie depuis plus d’un an, tant en course de montagne (4ème cette saison sur le Challenge National) qu’en trail court.
Son différentiel, 3’50 précisément, avec la Tarine Anne-Lise Chamiot-Poncet (Dynafit Courchevel), aurait pu toutefois être beaucoup plus ténu si sa dauphine ne s’était pas égarée à 2km du terme, perdant a minima 2’. Quant au 3ème rang, il échoyait à Julia Combe, distancée par Chamiot-Poncet au 11ème km.

François Vanlaton