Trails Endurance Mag
Le fil d'actus

Twitter: ENDU_MAG

Trail des Allobroges – Lejeune irrésistible

Devant une affluence record, forte de 883 engagés, et en présence de 120 bénévoles absolument au four et au moulin, la manifestation ballavaude aura vu les trois lauréats au scratch ne pas laisser une miette à leurs adversaires qui pourtant ne manquaient pas d’arguments. Et c’est bien sur le 58km qu’a eu lieu le fait d’armes majeur avec le triomphe sur ses propres terres d’Arnaud Lejeune (team Hoka, + Watt et Lou Tavan). A bientôt 33 ans, il   confirme ainsi son intégration dans l’élite nationale du trail, survenue l’an passé après ses fabuleuses 4ème et 5ème places, respectivement sur la CCC et la SaintéLyon.

D’emblée, ce fut une épopée solitaire, implacable, qui vit Lejeune, sur le circuit depuis 2010,  dominer totalement son sujet, dénichant toutes les parades inimaginables aux multiples chausse-trappes que renfermait ce parcours au profil dantesque, au passage remarquablement conçu par Denis Chauchet.

Et dire qu’il était à deux doigts de manquer ce qui allait d’ores et déjà devenir l’apothéose de sa saison. A cause d’une persistante tendinite à la cuisse gauche contractée début avril, c’est seulement 48h avant l’échéance qu’il prit en effet la décision de s’aligner sur l’épreuve reine : « Ce sont mes camarades du team Hoka que j’ai rallié cette saison qui m’ont influencé dans ce sens, affirmant sans ambages que le trailer doit savoir prendre des risques, tout en maîtrisant la blessure en compétition. »

Cependant, le Ballavaud revient de très loin, s’adonnant principalement à la petite reine  durant d’interminables semaines, abdiquant après 15 bornes sur le 57km de l’Ardéchois, enfin éprouvant de très mauvaises sensations huit jours avant la date fatidique en rechaussant ses running sur les 30 premiers km du tracé. C’est dire le haut degré de sa prouesse et tout autant son tempérament hors du commun.

A l’arrivée, dans un tonnerre d’applaudissements, celui qui réside dans la proche commune de Mégevette rendait un vibrant hommage à sa dulcinée Magali et ses deux filles Jade et Chloé : « Elles ne sont jamais avares de leur soutien alors qu’en retour je leur consacre très peu de temps en raison de ma passion et aussi de mes 60h de travail hebdomadaire dans la restauration à Genève. Très souvent, on fait peu de cas de l’environnement familial du trailer qui est pourtant sacrifié ».

Désormais, on piaffe d’impatience de le revoir cette année sur ces odyssées de légende que sont l’UTMB et le Grand Raid de la Réunion.
UNE DOUBLE SURPRISE

Derrière le héros du jour, on attendait Benoît Thiéry, François Lachaux ou encore Olivier Dubreuil. Eh bien, ce sont deux inattendus outsiders qui firent surface. Tout d’abord, en la personne du Ligérien Régis Durand (Eighteam, association roannaise), 34 ans, qui s’adjugea définitivement la 2ème place vers le 35ème km, et ce dépourvu de bâtons au dépens des  inséparables duettistes bas-chablaisiens Franck Vulliez (4ème) et Thiéry (5ème). Depuis ses prémices en 2007, il ne cesse en réalité d’embellir sa carte de visite en trail, se classant ainsi 2ème sur le Marathon des Burons 2010 et 3ème sur le Marathon Race du Lac d’Annecy 2011. On le retrouvera sur la prochaine CCC.
Ensuite, grimpait sur la marche restante du podium Fabien Meynet (Lou Tavan), 23 ans, un autre citoyen de Bellevaux qui décidément aura été à la fête. Nonobstant son inexpérience (10ème tout de même sur les Aiguilles Rouges 2010), c’est à 5 bons km du but qu’il se jouait du tandem Vulliez-Thiéry.

Terminons avec la gent féminine en soulignant le premier succès de sa carrière pour Gael  Mouthon (Foulées Chablaisiennes), 39 ans, précédant de près de 9’ Valérie Chatelain  (Foulée d’Annemasse), 41 ans, qui avait fait course en tête la majeure partie. Ancienne footballeuse au poste d’arrière gauche à Thonon-les-Bains, cette autochtone du Val-d’Abondance avait épinglé le dossard afin de préparer dans trois mois la CCC, son premier ultra.         

CAVALIER SEUL DE GAY SUR LE 35KM

Tant sur le Trail des Crêtes que la course nature du Brevon, les victoires ne souffrirent d’aucune discussion. Accouru de l’Allier mais ayant sa compagne à Bellevaux, Anthony Gay (XTTR63), 29 ans, s’envolait dès les premiers hectomètres sur le 35km pour s’offrir une victoire écrasante sur le talentueux Damien Piquemal (team Scott les Saisies), 28 ans, qu’il devançait de près de 11’. Fort de son 3ème rang sur le 80km du Grand Raid des Pyrénées l’an passé, on suivra de très près cette saison cet ex-footballeur qui prendra le départ de l’UTTJ, de la CCC et de la Diagonale des Fous où il avait jeté l’éponge l’an dernier au 141ème km alors qu’il était 25ème.

Quant au bronze, il était décroché par le réputé Alain Guimet (Oxygène Running Conseil), 41 ans. Seul athlète à avoir disputé les onze éditions du Trail de Faverges, il ralliera de nouveau dans quinze jours le rendez-vous cher à Christian Bailly et Gaëlle Warczareck.
Chez les filles, c’est la Suissesse Lucie Clerc (les Traine la Grolle), 21 ans, qui touchait le jackpot, reléguant la Sillingienne Marine Garkoucha, 42 ans, à plus de 3’.
Enfin sur le 15km, on remarquera le succès éclatant du prometteur Thibault Pollet Villard (Vertical Mountain Sport), 24 ans et originaire de la Clusaz (3ème sur le 13km du Trail du Mont-Saint-Michel 2012). Ainsi que de la Franco-Helvète Martine Boillon (Foulée d’Annemasse), 45 ans, pourtant peu accoutumée aux courses nature en tant que grande spécialiste du 10km et du cross-country.

François Vanlaton